AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Ven 13 Avr - 16:48

Spoiler:
 

C'était déjà l'aube. La jeune fille avait passé toute une nuit à errer dans la forêt. Son visage mouillé de larmes reflétait une expression désespérée. Elle avait tout perdu : D' abord, Nick, mais maintenant que sa maison avait été incendiée il ne lui restait rien. Elle était fatiguée et sa gorge brulait depuis qu'elle avait échappé à l'asphyxie. Elle se sentait si misérable. Elle avait une petite robe légèrement déchirée, un petit haut de velours rattaché à une mini - jupe plissée, gonflée grossièrement et engouffrée, dont la soie laissait refléter une lueur brune. Son visage, noircit par les cendres, laissant deux lignes vierges partant de ses yeux,traversant ses joue et rattrapant son menton tremblant, ne montrait aucun signe d'existence. Une petite branche lâcha un bruit silencieux, craquée et pliée par le pas d'un fantôme. Elle se retourna pour apercevoir une petite ombre grisâtre, gigotant faiblement contre les rayons du soleil levant. Elle ramassa lentement le chaton. Il était complètement noir, ce qui ne changeait pas de l'habitude, car il avait toujours été comme ça, donc la différence était à feindre.
Ses yeux aveugles étaient bien enfermés par ses paupières radines serrées entre elles, mais sa queue battant misérablement l'air en faisait deviné qu'il était plein de vie. Elle s'assit sur un tronc nûl et abattu, et déchira les manches de sa robe brulée. Elle s'essuya le visage avec les morceaux de tissus et les roula pour les glisser dans la poche du veston qu'elle tenait à la main. C'était plutôt un petit manteau de cuire, mais qui rênes ne lui appartenait pas. C'était le blouson que Nick avait oublié avant de partir. Elle le déposa délicatement près d'elle et affaissa sa tête contre la masse formée. Le petit chat vînt se blottir dans son cou. Elle soupira : elle était pied nue, et en pleine forêt c'était une très très mauvaise idée, dont elle s'était rendue compte après avoir compté la quinzième fois avoir marché sur un insecte ou morceau de bois oublié.
À chaque bruit, elle sursautait, prête à se défendre, mais elle avait vraiment sommeil et sombra bien vite dans le vide sombre et copieux.

Dès qu'elle avait fermé les yeux, sont corps s'était détendu. Devant elle, un décors abstrait et mélo - dramatique se dessinait en larmes, dans un esprit agité et calme, une atmosphère délirante et triste dans un ton vulnérable et sucré, succombant aux supplices d'un démon prisonnier de lui - même.
Elle frissonna et se retourna dans son sommeil.
Le tout était perdu dans un songe, une image mutante, tel une étincelle égarée, dans un ciel de nuit, totalement oublié.
Des souvenirs vinrent noyer sa mémoire, clampant ses addictions, griffant les visages qui hantaient son esprit, déchirant les paroles entendues, lors gravée dans ses pensées.
L'amour était fait comme le soleil nargué par la pluie, comme le beau temps vexé par les nuages...
N'y a - t - il rien de réel ici ?
..deux amants rejetés par les alentours... Un frisson froid et saccadé avait parcouru le dos d'une âme perdue dans les bois. Dans un soupir, celle - ci se laissa aller d'un voyage solennel vers le pays des rêves et des larmes percutées. En silence, le ciel s'éclairait.
Et la flamme s'éteignait.

Encore inconsciente, dans la pénombre de ses pensées, elle se mit à fredonner le refrain qui l'avait hantée si longtemps, libérant les paroles prisonnières de son passé, se sentant libre à nouveau, brisant les liens qui la raccrochait à sa douleur.
Elle se sentait plus légère, si légère...


« No one knows what it's like
To be hated
To be fated
To telling only lies

But my dreams
They aren't as empty
As my conscience seems to be

I have hours, only lonely
My love is vengeance
That's never free

No one knows what it's like
To feel these feelings
Like I do
And I blame you

No one bites back as hard
On their anger
None of my pain and woe
Can show through

But my dreams
They aren't as empty
As my conscience seems to be

I have hours, only lonely
My love is vengeance
That's never free

No one knows what it's like
To be the bad man
To be the sad man
Behind blue eyes »

Un petit picotement froid et humide sur son bras la tira de sa " sieste ". Il pleuvait déjà, et l'aurore était passée depuis quelqu' heures déjà.Essuyant les gouttes qui troublait sa vue, elle enfila la veste et attrapa Zero. Courant pour trouver refuge, ne voyant pas à dix mètre d'elle –de toute manière le vent fermait ses paupières, elle trébucha plusieurs fois et se retrouvait au sol une fois sur deux. Au bout d'un moment, elle du bien ralentir tellement la fatigue la regagnait. Elle regarda autour d'elle.
Les arbres étaient assez hauts, pourtant avec peu de feuilles malgré le printemps ; çà et là poussait de rare touffes d'herbes, plutôt grise, copiant le ciel matinal, et comme mortes ; le sol de terre se fendait en fossés, formant quelques talus, permettant à la jeune fille tout aussi bien de glisser que de s'agripper. La petite forme sombre la suivait comme son ombre, malgré le fait que sa taille ne fasse que la moitié de celle son amie. Celle - ci se mordit la lèvre, et alors qu'elle serrait les poings pour tenir le coup, elle rentra dans quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Elle recula dangereusement. C'était un homme d'une vingtaine d'années, grand et mince, avec des cheveux d'un brun si copieux et si familier. Portant sa main à son front, elle le dévisagea. Il avait des yeux verts mélancolique et réconfortants, maquillés et soulignés d'un trait noir, un dessin semblable à ses cheveux. Il était assez mignon enfin de compte.
Avant qu'elle ne puisse même ouvrir la bouche pour dire un mot–ce qui ne lui était enfaite pas venu à l'esprit, la voix mélodique du garçon accompagna les doux ruissellement de la pluie.

Elle le fixa, laissant son regard s'adoucir sur chaque détail de son visage.

( Courissime, mais les débuts de Rps, pas d'inspi. C'est nul pour un premier Rp. Je m'en escuse. ._. )

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.


Dernière édition par Levy Matthews le Jeu 21 Juin - 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Ven 27 Avr - 20:38



© Lonely Angel


Bon sang ! Pourquoi il y avait cette fichue pluie ?! Ouais, à Omois, en ce moment, le temps était pire qu’horrible. Invivable même. Mais foutaise, Stan n’était pas à Omois justement. Il était bien paumé, au milieu de « La Grande Forêt », the forêt d’Autremonde en gros. Pourquoi il était perdu ici ? Bonne question. Être en forêt quand il pleut, ce n’est pas la chose la plus recommandable, alors quand il commence à y avoir de l’orage … Oui, les arbres, c’est haut, on dit souvent que la foudre frappe les choses les plus grandes.
En d’autres termes, à moins d’avoir vraiment rien à foutre de ses journées, aller à Selenda, en pleine forêt, en plein orage et quand il pleut, c’est pas le truc le plus intelligent au monde. En retraçant u peu ses pensées, Stan se dit qu’il était peut – être là pour oublier Omois. Sa vie en ce moment, c’était « mes amis, mes amours, mes emmerdes » donc d’un côté, c’était carrément compréhensible. Il en avait marre de la capitale de ce pourpre de partout et cet qui or qui défonçait les yeux, ce luxe que certains trouvaient grisant et d’autres gênant. Stan n’était pas gêné par le « classe qui tue le classe », il ne le supportait plus. Il avait béni les inventeurs des portes de transferts entre les états d’Autremonde et s’était barré sans prévenir personne. Le truc, c’est qu’il comptait rester une journée … Pour le coup, c’était raté. Quand on est pas doué et qu’on se paume dans une forêt, on est mal. Bref.

Il râlait à chaque pas qu’il faisait, jurant contre la boue qui salissait ses DocMartens qu’il venait de cirer et la pluie qui manquait de le faire tomber à chaque fois. Se ramasser la tronche dans la bouillasse, c’est franchement nul quand même. Il tenta e lever la tête vers le ciel et se reçut une goutte dans l’œil. Putaiiiiin v.v ! Il continua à avancer, divaguant un peu sur son chemin et dans ses pensées, frémissant à chaque bruit qu’il entendait, devenant limite paranoïaque à certains moments d’ailleurs. A force de marcher sans but, il rencontra (sans le faire exprès et sûrement involontairement) une « autre sorte de vie humanoïde » dans la fôret. Haléluia mes frères … Il se tourna vers la gens qui venait de lui foncer dedans et là … Flash de la mort qui tue.

« LEVY ?! Qu’est – ce que tu fous là oô ?! »

Vous remarquerez le nombre de « ?! » en deux phrases. C’était le choc total. Pas besoin de faire des lignes et des lignes sur ce sentiment extrême de béatitude de ce moment où on tombe sur la fille qu’on a pas vu depuis des mois, qu’on a limite oublié et, qu’avant tout, on avait aimé. Oui, couramment dit, Levy était l’ex de Stan.

« Attend on va trouver un endroit où on s'prendra pas de pluie parce que là … »

Elle paraissait affreusement faible. Le plus étonnant restait qu’elle était très légèrement habillée pour un temps de pluie, et ce détail avait le don d’aiguiser la curiosité du brun. Le truc, c’est que ce type, comme il a généralement froid, il avait prit la Sainte précaution de mettre un sweat, deux t-shirts en dessous et un manteau qui lui arrivait environ jusqu’aux genoux. Sinon à part ça, ce mec n’était pas du tout frileux. Grand moment de solitude où vous ne savez plus rien dire, c’est juste … Mortel.

« Il pleut bien hein … ? »
Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Mar 8 Mai - 9:40





« LEVY ?! Qu'est - ce que tu fout là ôo ?! »

Le monde est petit. Enfin je veux dire : « mais qu'est - ce que le monde est petit ! »
Et en plus il faut qu'il y en ai deux. Deux petit mondes. Comme si ça allait nous avancer ce que je raconte.... Bref, reprenons, le monde est petit, mais pourtant la jeune fille n'étais pas sûre de connaître cet homme. Et fallait dire qu'elle connaissait pas grand monde pourtant. Et en parlant de monde ; qu'advient - il du vôtre ? Non, non, allez bon, assez parlé de monde. Je disais que Levy ne connaissait pas beaucoup de gens. Elle se faisait jamais beaucoups d'amis à l'école et n'avais eu que son tuteur qui lui fût proche. Pas si proche que ça, apparemment. Elle se sentait affreusement gênée, vêtue d'une robe qui avait autrefois été jolie, et qui maintenant paraissait souillon, devant ce jeune homme assez habillé et ayant l'air de bonne forme.

« Attend on va trouver un endroit où on s'prendra pas de pluie parce que là … »

Elle se sentie d'autant plus gênée lorsque celui - ci lui pris le bras pour l'emmener à l'abris et qu'elle fondit en larmes une fois protégée. Houlà. J'serais gênée à sa place moi aussi. Elle le regarda lentement. Peut - être cet inconnu était - il la seule personne à laquelle elle pouvait tout ? laquelle, susceptible de l'écouter ? celle à qui elle pouvais penser à la place de Nick...? Celle, encore, dans les bras de qui elle pouvais se jeter ? elle s'abstint de le faire, tout de même. Elle baissa le regard, honteuse en quelque sorte de ne pouvoir le reconnaître. Pas très bonne mémoire, celle - là. Elle le releva quand même une seconde fois ( -_- ) pour le contempler dicrètement. discrètement? Il regardait au loin, ses yeux traversés par une mèche noire vagabonde voyageaient dans le vide. De plus près, ses traits était comme qui dirais plus fins et distingués, mettant en valeur le coin de ses lèvres, où se dessinait le début d'un sourire qui semblait perdu, il y a longtemps, s'accentuant pourtant, presque invraisemblablement, chaque fois qu'une goutte descendait brusquement de ses cheveux charbons.
Les gouttes, elles - mêmes, qui refeltaient les rayons du soleil faisaient rêver la jeune fille ( paumée comme elle était ), la faisant imaginer un ciel sombre mais étoilé... Ses yeux descendirent doucement dans son cou, puis traversèrent son haut détaillé ; un simple pull rayé comme une marinière, avec des rayures pourtant légèrement plus épaisses, entouré d'une veste en cuire /longue/ semblable ( ouais, mais en plus long, je viens de remarquer le détail -_- ) à celle qu'elle portait. Elle ralentit brusquement à sa ceinture. Elle avait déjà vu sa quelque part... mais ses idées n'étaient pas assez claires, et cela aurait tout aussi bien pu être un de ces moments de « déjà vu » qu'on a lorsque l'on est hs, qu'on a pas assez dormi. Elle secoua machinalement la tête en fermant les yeux. Le jeune homme la regardait maintenant, ses yeux curieux brûlant les mains et les détails bléssés de la jeune fille. Elle détourna son regard et il soupira silencieusement.

« Il pleut bien hein … ? » gros blanc

Oui en effet, Stan. Sa voix résonna de nouveau dans l'esprit de la jeune fille, la faisant frissoner. Elle avait cesser de pleurer, depuis un moment d'ailleurs, et s'essuyait doucement les yeux. De part et d'autres de ceux - ci tombaient des lignes noires, traversant le visage de porcelaine comparés au dessin agressif, tracé dans une tristesse incomprise. Elle laissa de nouveau cheminer son regard... la boucle de la ceinture était grise, surmontée d'une petite « tête de mort »... dessous, tombait un jean troué aux deux cuisses, un trou se baladant dans le creux de la couture et l'autre bien posé au milieu, en haut de sa jambe. Plus bas, les genoux aussi étaient déchirés, mais de façon plus évidente, et enfin les tibias fermaient la marche.
Elle voulu répondre à la ' question ' du garçon, mais sa gorge la brûlait trop, et elle ne fit qu'opiner en hochant la tête... hochement de tête perdu, car il lui tourna le dos, sans prendre conscience de son entourage.
Elle grimaça. Une longue chaîne d'argent partait d'une boucle du jean du garçon, traversant ses fesses et rejoignant la poche de l'autre côté de celui - ci... son coeur se mit à battre plus fort.
Stan ! le garçon quelle avait aimé –qu'elle avait cru aimé... Stan, celui qu'elle avait essayé d'oublier... celui qui l'avait laissé seule avec son coeur brisé.
Celui qu'elle avait escusé, le croyant mort.
Elle se leva brusquement. Une rage incompréhensible prenait vie dans son corps, la prenait soudainement d'une force artificielle. C'était un monstre ; cruel et sans coeur. Une larme perla dans le coin de son oeil et roula sur sa joue. Ses yeux tombèrent doucement et décryptait ses chaussures. Ah oui, c'était bien lui, lui et ses Docs.
Elle serra les poings, mais ne resta pourtant pas bien longtemps debout. Elle tourna de l'oeil, tourna littéralement de l'oeil et descendit gravement sur le sol humide. Sa joue pâle carressait la terre trempée et ses mains étaient posées délicatement sur son torse et derrière sa tête. Elle pensait, les yeux fermés. Elle pensait dans son sommeil. Où étais - ce l'insonscience, qui surgit lorsque le monde nous tourne le dos, lorsque l'on est pris d'un tristesse brusque, lorsqu'on n'arrive plus à tenir bon?
Un souffle chaud et rassurant effleura sa joue mouillée, et elle frissonna.

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Dim 20 Mai - 16:00

    ALONE IN KYOTOAir
    « 'Cause nothin' lasts forever, and we both know hearts can change
    And it's hard to hold a candle, in the cold November rain
    . »


Bon … Levy semblait pas décidée à répondre … D’un côté, laisser quelqu’un en plan comme ça, elle avait des raisons légitimes de lui faire méchamment la gueule. Inutile de préciser que dans sa tête, Stan essayait de rejeter toutes ses fautes sur la faute de diverses personnes. Sur le travail, oui, il devait voyager lui, si il voulait se faire suffisamment d’argent pour pas se faire lapider par sa sœur et ses colocs. Hic number one, à l’époque il avait ni de loft, ni d’emploi, il raya donc cette excuse. Manque de temps, il devait s’activer pour trouver un logement et un travail … Genre lui s’activer à quelque chose d’utile, faut pas rêver quand même. Lui, il s’en fiche un peu de vivre dans un quatre mur ou dehors. Next excuse. Donc oui, pour le coup, c’était lui l’enfoiré de première qui abandonne les gens comme des vulgaires objets trop dépassés. Stan réfléchit deux minutes à ça et décida de lui foutre la paix un petit moment. D’un air pensif, il regarda la pluie tomber. C’était joli, un peu pénible parce que c’était la plupart du temps gelé et mouillé (non jure, la pluie ça mouille \O/), mais quand on était abrité, c’était super à voir. Il réfléchissait à comment il allait sortir d’ici. Vu son niveau en magie, valait mieux laisser les Transmitus de côté pour le moment, et marcher à l’aveuglette dans les bois en pleine nuit, bad idea. En gros, ils étaient un peu obligés de dormir en pleine forêt, sous la pluie, contre un arbre, avec toutes les bestioles plus ou moins carnivores de Selenda … Mais qu’il était con des fois de se barrer sous un coup de tête comme ça. Il faisait beaucoup de conneries, manquait plus qu’à assumer maintenant. Il leva la tête vers le ciel en soupirant, il tentait de voir à travers le feuillage des arbres mais c’était cause perdue d’avance. Selenda, c’est juste la plus grande forêt d’Autremonde (et la plus dangereuse aussi …). Le bruit des gouttes s’intensifiait, et il commençait vraiment à plaindre l’autre. Quelle idée d’être en robe déchirée par un temps pareil … Et non, il n’est pas du tout altruiste ce mec. En ce moment, il avait ce réflexe un peu con de se mettre à la place des gens dans ces cas là. Et souvent, ça faisait mal quand même.
Il se retourna vers elle, qui semblait décider à dormir par terre, sur la terre trempée. Chacun ses trips après tout … Il soupira pour finir, go s’excuser. C’était son amour propre et son égo qui allait morfler, mais il s’en fichait. Mine de rien, Levy avait maintes raisons de lui en vouloir, même s’il s’obstinait à croire le contraire.

« Bon … OK J’ai pas été cool pour ce coup là mais … Tu fais la gueule c’est ça ? »


Et le douuux son de la pluie lui laissa comprendre qu’il s’était prit un gros vent. Il regarda en l’air, baissant la tête vite fait quand il voyait une goute qui tombait d’une feuille. Oui, se prendre de l’eau dans l’œil c’est pas super. Il ramena ses genoux contre lui et tourna la tête vers la jeune femme. Elle avait les yeux fermés, si elle répondait pas, c’était sûrement qu’elle dormait … Vive la perspicacité.

« T’es arrivée comment ici … ? »

Si elle dort, elle risquait pas de te répondre. Mais étrangement, elle n’avait pas cette respiration régulière des gens qui dormait, autant essayer la communication. C’était toujours ça de gagner. Il regarda ses chaussures, raclant la terre trempée avec le talon de sa Doc. Il se pencha vers elle pour lui secouer l’épaule. S’il s’en prenait une en pleine tête, il s’en fichait bien, si elle lui collait une baffe, il saurait qu’elle ne dort pas. Vive la logique (ça fait beaucoup de vive en une réponse).

« Tu dors ? Dis moi merde si t’as pas envie de me causer et je me barre ça ira plus vite. »

Il incanta un Réparus vite fait pour sa robe. Bientôt, toutes les déchirures disparaissaient. Pour une fois qu’il s’était pas planté sur un sort, il se sentait puissant d’un coup. Like a boss :kiwi:. Il se redressa et commença à faire des percussions avec ses pompes. Chacun sa technique pour penser à autre chose. Ouais, mine de rien, Stan se sentait bien coupable et commençait à s’inquiéter pour les prochaines heures à venir, comment ils allaient sortir de là … Bref. Et aussi, il savait toujours pas ce que Levy foutait en robe, sous la pluie, pieds nus en pleine forêt, ça, c’était un truc qui avait le don de l’intriguer puissance 10.000.

« Tu dis si t’as froid. »

Quand on a un manteau, deux sweat et un pull, on peut se sentir d’humeur généreuse. C’est vrai.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Mar 5 Juin - 8:13





La jeune fille ne s'était pas rendue compte que le graçon était penché sur elle, sa mèche noire caressant son front. Elle entendait à peine sa voix, un murmure noyé dans un océan sombre. Le voyage l'avait épuisée, et la fumée qui avait pénétré ses poumons rendait sa respiration plus difficile et plus douloureuse. La pluie s'était calmée –mais on l'entendait toujours très bien– et quelques rayons de soleil perçaient les nuages et s'étaient glissés dans leur refuge pour l'illuminer légèrement. Le jeune homme s'était éloigné, il regardait le sol. L'inconscience de l'"endormie" persistait, mais elle parvenait à entendre les bruits de la forêt et le chant des oiseaux. Une voix accompagnait le vent, une voix peu reconnaissable mais présente, parmis les feuilles au vert réconfortant. ( l'âme d'une poète 8D /corde/ ) Elle était difficile à comprendre, malgré toute la volonté qu'on puisse y mettre.

« Tu dors ? Dis moi merde si t’as pas envie de me causer et je me barre ça ira plus vite. »

Partir ? de toute façon, là, pour le moment elle en avait un peu rien à faire. le monde lui tournais autour comme une fusée. Elle essaya de mémoriser les dernières phrase du garçon.
La fille se souvenait, des journées ensoleillées, des promenades main dans la main, des pics - nics, des engueulades et des chagrins ... Mais qui était - il ? une vieille connaissance, certes. Oui, enfin évidemment. Un petit jet de lumière lui traversa le corps, illuminant sa cloison de peau funeste de ses genoux à son cou. Elle ouvrit les yeux. Une voix étouffée l'avait «tirée de son sommeil».

« Tu dis si t'as froid. »

Levy se releva et se racla la gorge. Elle épousseta vite - fait sa vieille robe, et remarqua avec stupéfaction ( stupéfaction ) qu'elle était comme neuve. Les plis de la jupe reflétaient parfaitement le soleil et son petit haut de velours gris mettait en valeur la jeunesse de son visage. Elle se rassit à son emplacement d'avant qu'elle trouva effectivement gelé et frissonna légèrement.

« Maintenant que tu le dis. » elle coassa.

Sa réplique avait été froide et sèche, bien que ce n'était pas le résultat voulu. Elle se dirigea vers lui et le regarda, hésitante. Il avait encore toute sa hauteur, ce qui valait bien, disons, dix centimètres de plus qu'elle. Mais il avait dans ce regard un regret qu'elle ne comprenait pas. Il n'avait pas l'air très très sur de lui non - plus, mais c'était dur de le remarquer, et il tourna la tête lorsqu'elle s'approcha. Elle frotta doucement sa nuque blessée et soupira.

« Écoute, t'en veux pas quoi ... »

Même si elle avait peur d'avoir rétorquer une phrase prononcée d'un ton agacé, elle vit les yeux du jeune homme s'adoucir, et elle baissa la tête, ne sachant trop que dire.


Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.


Dernière édition par Levy Matthews le Sam 16 Juin - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Sam 16 Juin - 12:30



Super, Levy ne lui en voulait pas. A croire que cette fille n’était pas rancunière, c’est sûr que se faire abandonner du jour au lendemain et être délaissée sans signe de vie, ça fait un choc. En fin de compte, Stan semblait l’avoir compris. Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité \o/.

« Bon, tu te souviens vite fait ce qui s’est passé ou tu sais pas du tout qui je suis ? »

Silence. Bon, d’accord … En gros c’est « démerde toi avec ça et essaie d’analyser ». Sauf que sous la pluie, en étant crevé et tout, c’est pas la première chose qu’il avait envie de faire. Pas envie de réfléchir, déjà qu’il était assez inquiet sur le comment il allait sortir d’ici. Les mecs qui survivent sans eau et nourriture dans une forêt et qui deviennent des hommes de la jungle ça existe que dans les films, faut pas rêver quand même. Il soupira, s’assit au sol et ramassa un bâton. Il commença à faire des dessins au sol, qui était vite effacé avec la pluie et la boue.

« Attend j’vais essayer de t’expliquer vite fait. »

Le jeune homme prit une branche et la racla le sol avec pour faire une surface à peu près lisse. Avec quelques morceaux de bois qui traînait, il fit une sorte de muraille autour, comme pour éviter que la boue passe sur la terre "propre".

« En gros, là y a toi » dit – il en traçant un rond « Et là y a moi » fit – il en dessinant un nouveau cercle. « Ta vie d’avant je la connais pas vraiment, sur le coup désolé je peux pas t’aider. Moi à l’époque j’étais à la rue. » expliqua Stan en écrivant un « à la rue » en bas de son cercle. « Toi t’étais dans une maison, hébergée en gros. » Yop un « dans une maison » en bas du rond de Levy. « Ensuite on s’est rencontré, moi j’étais avec ma sœur » nouveau cercle et des flèches entre les ronds qui apparaissaient pour expliquer un peu mieux « Puis après on est tombés amoureux, on est sortis ensemble. Bref, c’était joyeux comme vie quand j’y repense. On est restés pas mal de temps à l’époque ensemble, ça faisait bizarre d’ailleurs au milieu des ados qui se foutent ensemble pour une semaine et qui rompt en disant qu’ils vont se pendre, se suicider et se scarifier, bref tu vois un peu le bordel des relations actuelles. » True story pour lui de son côté. « Puis après on a arrêté de se voir, quand et comment exactement je sais plus du tout, faut croire que je deviens vieux et je commence à devenir amnésique. Un truc sûr c’est que c’est moi qui ai commencé à plus venir, parce que j’ai eu le rôle du « connard de l’histoire » et qu’après on a totalement coupé les ponts. »

Il soupira longuement et gribouilla la terre comme pour effacer ce qu’il venait de faire.

« Je sais plus exactement aussi depuis combien de temps on s’est pas vu en fait, un bail sûrement, j’en sais rien. Ce que t’as fais après j’en ai aucune idée, me demande pas c’est toi qui devrait le savoir je pense, moi ce que j’ai fais après … J’ai vécu ma vie quoi, j’ai trouvé un loft et j’habite avec ma sœur. Si t’sais, Faith, ma sœur, la rouquine là, j’sais pas si tu te souviens d’elle … Et y a ma cousine qui va arriver dans pas longtemps. Voilà, t’es moins paumée là ? »


Il regarda en l’air et vit que le ciel commençait à se dépaissir (ça se dit … ?), dans quelques minutes la pluie allait sûrement cesser et l’atmosphère allait être beaucoup plus respirable, moins humide. Il ramena ses genoux contre lui.

« En attendant je sais toujours pas comment t’es arrivée ici. »

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Dim 17 Juin - 13:22



Hanlà. Explication de ouf, merci.
« En gros, là y a toi, et là y a moi » « Hmm. » « Ta vie d’avant je la connais pas vraiment, sur le coup désolé je peux pas t’aider. Moi à l’époque j’étais à la rue. » il écrivit un " à la rue " en dessous de son cercle. Classe.
« Toi t’étais dans une maison, hébergée en gros. » « Hmm - hmm. »
Même chose, des petites lettres en dessous du rond de la jeune fille.
« Ensuite on s’est rencontré, moi j’étais avec ma sœur. Puis après on est tombés amoureux, on est sortis ensemble. »
Elle était tendu en entendant ces mots. Ce serait possible qu'il l'avait aimée ? elle en avait toujours douté depuis leur séparation.
« Bref, c’était joyeux comme vie quand j’y repense. On est restés pas mal de temps à l’époque ensemble, ça faisait bizarre d’ailleurs au milieu des ados qui se foutent ensemble pour une semaine et qui rompt en disant qu’ils vont se pendre, se suicider et se scarifier, bref tu vois un peu le bordel des relations actuelles. »
Levy n'était pas trop sûre de comprendre de quoi il parlait là, peut - être il était juste aussi nerveux qu'elle et il se mettait un peu à dire n'importe quoi, tout et rien.
« Puis après on a arrêté de se voir, quand et comment exactement je sais plus du tout, faut croire que je deviens vieux et je commence à devenir amnésique. Un truc sûr c’est que c’est moi qui ai commencé à plus venir, parce que j’ai eu le rôle du « connard de l’histoire » et qu’après on a totalement coupé les ponts. »
Au moins, il se souvenait de ce qu'il avait fait, c'était déjà ça. Un monstre dans l'âme mais honnête, ça pardonne. Ouais, ok, pas totalement mais c'est mieux que rien. On va dire qu'il servait à quelquechose au moins. Il effaça le dessin ( déjà à moitié effacé par la pluie ) soupira. Où dans l'autre sens ? Bref. Elle l'écoutait plus trop, mais il continuait quand même de parler. Ça ressemblait à ça.
« Je sais plus exactement aussi depuis combien de temps on s’est pas vu en fait, un bail sûrement, j’en sais rien. Ce que t’as fais après j’en ai aucune idée, me demande pas c’est toi qui devrait le savoir je pense, moi ce que j’ai fais après … J’ai vécu ma vie quoi, j’ai trouvé un loft et j’habite avec ma sœur. Si t’sais, Faith, ma sœur, la rouquine là, j’sais pas si tu te souviens d’elle … Et y a ma cousine qui va arriver dans pas longtemps. Voilà, t’es moins paumée là ? »
Euh, qu'est - ce qu'il voulait dire par paumée exactement ? Dit aussi qu'elle pige rien à la vie.
« Hmm. »
La pluie ralentissait de plus en plus la cadence, et maintenant seulement quelques gouttes tombaient de temps en temps des feuilles ou des branches. Le soleil commençait à être plus fort derrière les nuages, qui s'éloignaient. Elle nous auras bien fait chier la pluie.
« En attendant je sais toujours pas comment t’es arrivée ici. »
Il la regardait pas, il regardait ses genoux, ou pas d'ailleurs, sûrement le vide enfaite, perdu dans ses pensées.
La jeune fille tourna la tête, comme réveillée. ( t'as pas assez dormi? :0 )
Elle réfléchi un moment, cherchant ses mots, elle voulait pas renverser des tas de paroles qui voulaient rien dire comme il l'avait fait. Mais elle arrivait pas à penser droit, alors elle se lança, sans savoir mais du tout qu'allais être le résultat.
« Ben tu vois la petite maison, ben ... cette nuit elle a pris feu et du coup ben je suis partie, pour pas cramer, avec Zero, et ben on est arrivé ici, et puis ben je te suis rentré dedans. Je crois. » Voyez le nombre de «ben». .w.
Elle regarda la petite forme noir qui se blottissait dans ses genoux et passa sa main humide sur son pelage, regrettant les situations quand même plus faciles que ça.

« Pourquoi t'es pas venu ? »
La phrase était sortie sans qu'elle puisse s'empêcher. Elle voulait tourner la tête, s'enfouir ou s'enterrer dans les profondeurs, mais son regard demeurait sur le garçon car elle voulait sa réponse. C'était assez lâche quand on y repense, partir comme ça. Mais au fond, elle avait l'habitude, au début ça faisait mal, mais finalement ça la dérangeais pas plus que ça. Enfin ça c'est surtout ce qu'elle aimait croire. Mais bon.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Mer 20 Juin - 14:55

ELLENThe Dirty Youth

Et Levy émit un énième « hm », d’accord. C’était soit un « tu me gonfles dégage », soit un « ok merci pour l’explication ». En attendant, devant un siii long discours de sa part, Stan ne savait plus vraiment comment agir. Puis d’un coup …

« Ben tu vois la petite maison, ben ... cette nuit elle a pris feu et du coup ben je suis partie, pour pas cramer, avec Zero, et ben on est arrivé ici, et puis ben je te suis rentré dedans. Je crois. »


… Elle lui répondit. C’est sûr qu’avec une réponse directe il comprenait un peu mieux la situation. Il sourit lentement puis réfléchit deux secondes. Maison qui brûle = Plus de maison = Dehors. Et merde.

« T’habites où maintenant alors o.o ? »

Il baissa un peu la tête pour regarder ses pompes, encore. D’un côté il savait pas vraiment où regarder. Il aperçut un mouvement sur les genoux de la jeune femme et vit une boule de poil noire qui brillait faiblement à cause de l’eau illuminée au soleil. C’était donc lui le fameux Zero, ok.

« Pourquoi t'es pas venu ?
- Euh … »


Ça, Stan ne s’y attendait pas du tout. Il aurait du, certes, mais il était trop étourdi pour prévoir à l’avance les questions des gens. Pourquoi il n’était pas venu avant ? Bonne question … Il n’en savait rien, il faisait des trucs sans vraiment y réfléchir à l’avance. A tous les coups, ce jour là il avait eu la flemme et il obéissait à sa flemme, donc il n’était pas venu … Il se dit qu’il pourrait bien esquiver la question et se tourna vers Levy … Qui le fixait. D’accord, pour dériver le sujet, ça paraissait bien impossible parce qu’elle semblait déterminée à avoir sa réponse. Life sucks v.v

« Pour être sincère, j’en sais rien et je m’en tape totalement … Sérieux, peut – être que j’avais la flemme ce jour là, ou un empêchement … J’en sais rien. J’y ai jamais vraiment réfléchi après. En tout cas j’suis désolé … Vraiment … »

Il enleva son manteau, vu le nombre de sweats/t-shirts qu’il avait il en avait pas vraiment besoin et il le posa entre Levy et lui.

« Si t’as froid tu peux le prendre, il va faire nuit bientôt et Selenda … tu sais, c’est tellement réputé pour son climat supra chaud. » dit – il avec ironie.

Il regarda la jeune fille. Ouais, elle semblait pas inquiéter pour le moins du monde d’être en pleine forêt avec la nuit qui tombait. Pas le moins du monde, exactement. Au fond, Stan était en pleine panique à l’idée de se faire bouffer par n’importe quel bête qui passait. Autremonde, c’est dangereux, y a des bestioles qui sont plus grandes que vous et qui vous bouffe tranquillement pendant votre sommeil, mais bien sûr … Stan était un peu parano sous le stress, la panique, l’anxiété, la fatigue et il voulait pas forcément épiloguer sur son ancienne relation avec Levy. Pour lui c’était fini, elle avait peut – être souffert, mais en ce moment il souffrait bien assez de ses autres relations. Pourtant, elle avait de quoi être stressé là, sa maison avait cramé, etc … A ce moment, il eut presque de la pitié pour elle, ouais, la pauvre quand même …

« Au passage, comme mon loft est un espèce de gros squat tu peux venir habiter avec nous si tu veux. J’vais pas te laisser dehors quand même. »
Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Jeu 21 Juin - 15:31



La jeune fille se sentai misérablement seule, et elle ne voulait pas que Stan le sache par son regard. Ce qu'elle fit, elle baissa les yeux, n'importe quelle personne gênée et morale aurais fait ça alors. Ce garçon avait été présent pour presque tous ses jours heureux, étant la cause même de son bohneur. Mais les gens ça change, et les sentiments aussi. En elle n'étais ni amour ni affection à son égard, pas parce qu'elle ne l'aimait plus et ne s'en souvenais que comme un pauvre souvenir dépassé ( hm, classe ), mais parce qu'en elle était plutôt un vide. Et puis la pluie, ça déprime ( sagesse magistral \o/ ). Elle refusait de pleurer une deuxième fois, non quoi, c'en était assez pour aujourd'hui … un aujourd'hui qui d'ailleurs disparaissait, vu la tête du ciel. Elle pensait que cette nuit allait être froide et triste, et elle n'avait qu'une envie c'était de se blottir dans les bras du brun et dans sa sécurité. Comme avant. Et puis quoi encore ? Un vent âpre et désagréable lui rappella le silence provoqué par sa question. Silence qui finalement ne dura pas si longtemps, lorsque le jeune homme, d'un air pensif, remua les lèvres.
« Euh … »
Puis après un moment de réfléxion, il renchérit, plus sûr de lui.
« Pour être sincère, j’en sais rien et je m’en tape totalement … Sérieux, peut – être que j’avais la flemme ce jour là, ou un empêchement … J’en sais rien. J’y ai jamais vraiment réfléchi après. En tout cas j’suis désolé … Vraiment … »
Elle tourna la tête, un petit sourire timide aux lèvres. Il avait l'air sincère, et en vouloir à quelqu'un, c'est pas trop marrant.
« Bah, t'inquiète j'te pardonne. »
Il ne lui sourit pas en retour ( quel étonnement ) mais ne fit que retirer son manteau lentement. Elle regarda au loin. La nuit venait de tomber, et même les étoiles n'osaient pas illuminer le ciel sombre.
« Si t’as froid tu peux le prendre, il va faire nuit bientôt et Selenda … tu sais, c’est tellement réputé pour son climat supra chaud. »
Stan et l'ironie, une grand histoire d'amour, vraiment. C'était une des choses qui avaient plûes à Levy. Même s'il n'avait pas changé, elle n'arrivait à éprouver pour cet homme que de l'amitié, ou même pas. ( enfin elle le connait plus quoi ^^ )
« Merci. »
Elle prit le manteau posé entre les deux gens, et l'enfila soigneusement par dessus sa veste. – Là, elle porte un habit de chaque homme de sa vie. La classe x) –
L'odeur de Stan reposait sur le manteau. Une odeur pas trop désagréable, plutôt familière et réconfortante enfait. Elle gratta doucement la terre de ses ongles, un peu gênée. Le silence qui régnait était plutôt vexant. Finalement, c'est le jeune homme qui le rompit, sa voix accompagnée d'un légé rictus.
« Au passage, comme mon loft est un espèce de gros squat tu peux venir habiter avec nous si tu veux. J’vais pas te laisser dehors quand même.
– Ben ouais j'espère quand même que tu me laisserais pas ! » elle avait retrouvé un peu de sa bonne humeur. « Non, sérieux, merci c'est sympa. »
Elle lui sourit une nouvelle fois encore, jouant avec le bout des mèches de ses cheveux roux. Zero ronrronnait royalement, comme un petit Prince totalement satisfait de son lit, gémissant dans un petit miaulement chaque fois qu'une mouche ou une fourmi venait le déranger dans son sommeil.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Jeu 19 Juil - 18:41

STARBLINDIron Maiden.

« Bah, t'inquiète j'te pardonne. »

Yes \o/ Il soupira intérieurement en la regardant répondre à ses questions ou ses phrases. Il sourit en la voyant « s’enthousiasmer » quand il lui parlait du loft. Il regarda Zero un moment qui dormait, tranquillement. Pendant un moment, Stan se mit à l’envier, parce qu’il était crevé, avait envie de dormir, quitte à pieuter contre un arbre avec plein de bestioles à côté, il s’en fichait.

« J’allais quand même pas te laisser crever hein … »

Il se leva et regarda un peu autour d’eux. Certains disaient de suivre le soleil pour retrouver son chemin, le problème, c’est que le soleil venait de se lever. Dat fail. Le brun mit ses mains dans ses poches et leva les yeux au ciel, il y avait encore des gouttes qui tombaient légèrement des feuilles, mais c’est tout. Il ne pleuvait plus, et ça, c’était cool.

« Bon, je sais depuis combien de temps t’es ici mais moi, tu sais, les arbres, les feuilles et les cailloux ça va deux secondes après ça devient vite chiant … » Il passa sa main dans ses cheveux, gêné, en fixant ses pompes, encore. « Et sinon tu sais faire des Transmitus ... ? »

Il lui jeta un petit regard timide et un sourire penaud. Un Autremondien qui savait pas faire de Transmitus, c’était juste légèrement con. Lui, il connaissait à peine les portails, et encore il aimait pas le principe. C’était tellement plus fun de marcher, ou prendre ce truc là, terrien, une voiture peut – être. Un truc qu’on peut personnaliser, pas un truc de l’Impératrice. Surtout que niveau magie, Stan maîtrisait juste les Réparus, point barre. Après tout, c’était un des trucs les plus utiles qu’un Sorcelier pouvait avoir, donc don’t joke please. Il tenta de se mémoriser le niveau de magie de Levy, et le plus truc dont il se souvient c’était qu’il était relativement aléatoire. Godness, ça l’aidait ça … Majoritairement, il s’en souvenait plus, ou était totalement crevé et ne voulait pas du tout réfléchir, ce qui était possible aussi. En gros, il était en mode « off », tout ce qu’il voulait, c’était rentrer chez lui, se laisser tomber sur son canapé lit et dormir, pas réfléchir et marcher des heures pour trouver la sortie d’une forêt qu’il :
- ne connaissait pas
- était arrivé par erreur ici, avait pas envie de visiter et encore moins rester.

« Désolé de te demander autant de trucs. Je sais que ça doit pas être super facile pour toi en ce moment. » Soupira t – il.

Pendant un moment, il se mit à sa place et ouais, c’était pas facile. La maison vient de cramer, la première personne qu’on croise c’est une personne qu’on a pas vu depuis des siècles, qui nous demande plein de trucs. Ouais, c’est vraiment chaud comme situation. Mais peut – être en pur égoïsme total, Stan s’en fichait. Stan, c’est un peu un enfoiré des fois, mais bon. Il se surprit de repenser un instant à « sa vie d’avant », avec Levy, et se surprit encore de sourire. C’était plus simple que maintenant, sa vie actuelle était beaucoup plus dure et froide … Il regarda la jeune femme et attendit sa réponse pour le Transmitus, en espérant qu’elle répondrait oui.
Il avait pas envie de poireauter en pleine forêt. Au pire, si elle répondrait non, ils marcheraient un peu dans la forêt, vers le Nord, en ne sachant pas où il est. Il souhaitait juste qu’elle le suive, qu’elle lui fasse un minimum confiance. Encore une fois, il se mettait à sa place, et il se disait qu’à sa place, il ne se suivrait pas … (dit comme ça c’est vachement chelou.) Non mais pourquoi il fallait aussi qu’ils se retrouvent dans une des forêts les plus paumés d’Autremonde aussi ? Si ça c’était pas du gros foutage de gueule c’était quoi au juste ? Y avait plein d’endroits sur la planète, sur Terre, même aux Limbes (mais qu’est – ce qui ira foutre aux Limbres, je vous le demande …), mais non. Et bizarrement, ça, Stan trouvait ça fun comme situation, ne cherchons pas à comprendre quoi :kiwi:

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Dim 25 Nov - 11:09




Levy soupira. (voilà, je savais pas comment commencer, au moins c'est mieux que rien. Bref) Stan avait l'air de chercher un truc, genre il avait paumé sa montre ou ses clés de voiture parce qu'il regardait partout autour de lui, le ciel (pourquoi est-ce qu'une montre tomberait du ciel ?), la terre, les murs. Le soleil commençant à se lever, on y voyait clairement mieux. L'air était encore frais mais les rayons éblouissant réchauffaient le sol humide. Le brun parut illuminé par une idée. Il la regarda avec un sourire espérant. L'espoir fais vivre, c'est déjà ça.

« Et sinon tu sais faire des Transmitus ... ? »

Levy le regarda avec une apparente consternation. Nick lui avait parlé de ces trucs étrange qu'étaient les Autremondiens, des noms qu'il avait cités et des histoires qu'il avait racontés. Mais là ce mot ne lui rappellait rien. Donc Stan faisait partie des gens qui avaient de ces « pouvoirs » ? Faudrait lui expliquer un jour svp, parce là elle flotte. :kiwi: (mon premier kiwi dans ce rp! *out*)

« un quoi ? »

Le garçon semblait pas du tout rassuré, là. Il réfléchissait, fronçant les sourcils et se grattant la barbe :kiwi:. Une autre lumière, mon cher Stan ? non ? dommage. Je veux bien marcher mais je connais pas le chemin. Tu sais, je suis jamais sortie, moi.
Il la regarda, un peu gêné, ou quelque chose, pas de la gêne mais de la sympathie, ah merde, pourquoi de la sympathie, il allait lui annoncer que lui pouvait faire ce truc bizarre mais qu'il devait la laisser crever ici ? Son cœur se mit à battre la chamade. Vraiment les meufs, vous vous énervées mais pour rien quoi.

« Désolé de te demander autant de trucs. Je sais que ça doit pas être super facile pour toi en ce moment. »

Elle soupira de soulagement. Stan, c'était un chien, un cochon, un enculé, il était con (:kiwi:) mais pas si cruel, au fond. La jeune fille se demandait s'il fallait qu'elle réponde. C'était plus poli, ouais. Elle pensa à une phrase intelligente qui le détendrait. Sauf qu'elle, elle était pas du genre à trouver des phrases intelligente. En plus, elle savait rien sur lui quoi, peut-être qu'il avait une vie de prince, peut-être une vie aussi chienne que celle qu'il vivait quand elle l'avait connu. C'est fou, ça. On se croyait proche d'une personne et trois ans après on se rend compte que c'est comme si on l'avais jamais connue.

« Ça doit pas être facile pour toi non-plus, elle déglutit et sourit en le regardant. Je sais comment t'es doué en matière de femmes. »

L'ironie détendrait peut-être l'atmosphère. Il sourit amicalement. Soudain, elle se demanda s'il sortait vraiment avec une autre fille, et à quoi elle pouvait ressembler. Elle n'était pas à tendance jalouse, mais ça la gênait de penser Stan dans les bras d'une autre. (enfin une autre dans les bras de Stan.) :kiwi:. Après tout, il vit ça vie merde, c'est quoi ces filles super-protectives quoi ? Laissez-le respirer en paix.

« Et ta frangine, sinon ? Faith ? Comment elle va ? Elle a enfin trouvé l'âme sœur ? Tu sais, j'ai pas mal pensé à elle après. »

Elle renchérit pas sa phrase. Elle voulait lui dire à quel point elle aimait la rouquine pour qu'elle était sa première amie, sa seule amie, elle était sa belle sœur et en même temps sa sœur de cœur, elle voulait aussi lui balancer à la figure qu'a cause de lui elle l'avait jamais revue non plus, qu'au fond elle lui avait manqué, peut-être plus que lui même, mais elle pinça ses lèvres. C'est pas vrai, quoi, on viens de commencer une conversation détendue, pas la peine de se disputer quoi.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Ven 30 Nov - 22:15

MIGHT AS WELL BE ON MARSAlice Cooper

Tout en marchant, Levy retrouvait peu à peu la parole. Haléluia, parce que parler tout seul ou face à un mur de « Hm … Hm … » c’est pas évident quand même. La jeune femme semblait aussi perdue niveau culture Autremondienne que lorsqu’ils s’étaient rencontrés : C'est-à-dire rien. Stan ne s’y connaissait pas mieux, certes, mais les Transmitus, il savait que c’était ultra pratique. De même pour les Réparus. A vrai, il maîtrisait que trois sorts et il s’en sortait très bien dans la vie de tous les jours. Pas besoin d’avoir le super sort qui te fait apparaître un tas de bouffe énorme quand on a une cuisinière et des poêles vous savez. J’vous jure, les sorceliers étaient vraiment partisans du moindre effort.

« Ça doit pas être facile pour toi non-plus. Je sais comment t'es doué en matière de femmes. »


Il tira une poker face, ne sachant pas tellement comment le prendre (j’allais faire une remarque … Déplacée, je vais me taire *out*). Dans sa situation, la remarque était relativement … cocasse.

« Hein hein hein … » fit – il avec un sourire de coin, genre « ahah pas drôle. »

Il continua de marcher, regardant avec acharnement ses chaussures poissées par la boue. Il commençait à avoir faim, et se dire qu’ils étaient totalement perdus l’inquiétaient de plus en plus. Il était à deux doigts d’appeler les hélicoptères de sauvetage, la NASA, la police, les forces militaires … Bref :kiwi:.

« Et ta frangine, sinon ? Faith ? Comment elle va ? Elle a enfin trouvé l'âme sœur ? Tu sais, j'ai pas mal pensé à elle après. »

Stan sourit, ah Faith. La frangine. Levy et elles s’entendaient relativement bien quand lui et la jeune femme étaient ensembles … Il grimaça, c’est vrai que pour le coup, il n’y avait pas forcément pensé. En fait, en quittant Levy, il n’avait pensé qu’à lui, son petit bonheur. D’un côté, rester avec quelqu’un sans l’aimer, c’est pas cool pour vous ni cool pour la personne. Vous vous gâchez non seulement votre propre vie et vous passez pour le pire des hypocrites.
J’vous jure, restez célibataires c’est bien plus facile.

« Oh Faith tu sais … Elle se démerde bien dans la vie au fond. Mieux que moi-même. Tu lui fous un appareil dans les mains, tu la mets dans un parc, elle peut passer sa journée à prendre en photo de l’herbe ou des insectes qui passent donc bon … D’un côté elle doit être sacrément douée parce qu’elle vit de ça. Elle est devenue photographe indépendante. Dans le genre métier dur, c’est pas mal parce que si tu fais pas des photos nickel, tu coules … J’aurais bien aimé avoir un métier du genre, à croire que j’aime batailler en fait. Donc voilà, on bataille tous les mois pour payer le loft, puis comme y a de plus en plus de gens, on arrive de mieux en mieux à payer parce que tout le monde met sa part, ça coute direct moins cher … »
Il soupira doucement « Et se retrouver à la rue c’est pas cool quoi. »

Il shoota dans une pierre, attendant limite qu’un truc lui tombe dessus histoire de faire bouger un peu les choses. Marcher seulement, ça lui plaisait pas. D’une certaine manière, il n’y était pas forcément habitué, il était constamment en mouvement généralement, ou en veille totale. Il ne connaissait pas le milieu entre l’hyperactivité et la paresse en fait.

« Et sinon toi entre temps t’as trouvé un boulot ou t’es restée dans ta maison à être isolée du monde ? T’as trouvé un copain ? Une copine ? Sait – on jamais … »

Il leva la tête en l’air, tendant de se rappeler comment on faisait pour s’orienter avec le soleil. Le problème, c’est que le soleil … Bah y en avait pas beaucoup …

« Tu sais vraiment pas comment on sort de cette forêt ? J’en ai ras le bol je vais péter un câble là. »
balança – t – il d’un ton mi – calme et mi – excédé. Si je vous assure c’est possible

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Ven 7 Déc - 20:30



« Hein hein hein … »

Ça voulait dire qu'elle avait réussi son coup, ce petit sourire ? Venant de Stan, c'était sûrement le cas. Ouf. On peut respirer. Il l'immitait relativement bien, niveau j'avance à fond en regardant mes docs et en marmonnant des réponses. Qui se ressemble s'assemble, comme on dit. (ne pas prendre mal, d'ailleurs ci-dessus une magnifique chanson qui exprimera ce que je pense assez bien :kiwi:).
Le ventre de Stan gargouilla, couinant comme une baleine entrain de mourrir. Levy tenta tant bien que mal de coincer le rire qui sautillait dans sa poitrine. Puis elle se rappella qu'au fond elle aussi, elle crevait la dalle, et comme ça ils sont deux quoi. Pas de quoi rire merde. (… hmph. AHAAHAHAHHHAHHAHHAAAAAA *respire.* bref.)

« Oh Faith tu sais … Elle se démerde bien dans la vie au fond. Mieux que moi-même. Tu lui fous un appareil dans les mains, tu la mets dans un parc, elle peut passer sa journée à prendre en photo de l’herbe ou des insectes qui passent donc bon … D’un côté elle doit être sacrément douée parce qu’elle vit de ça. Elle est devenue photographe indépendante. Dans le genre métier dur, c’est pas mal parce que si tu fais pas des photos nickel, tu coules … J’aurais bien aimé avoir un métier du genre, à croire que j’aime batailler en fait. Donc voilà, on bataille tous les mois pour payer le loft, puis comme y a de plus en plus de gens, on arrive de mieux en mieux à payer parce que tout le monde met sa part, ça coute direct moins cher … Et se retrouver à la rue c’est pas cool quoi. »

Levy l'écouta sans rien dire. Ouais, elle savait ça, c'est pas facile de se retrouver à la rue, sans issues et sans rien pour s'accrocher. La jeune fille se demanda d'un coup comment elle pourrait payer Stan, payer sa vie tout court, sachant que bah elle avait jamais travaillé, et oh, surprise surprise, n'avait pas fini les cours et n'avait pas de c.v. La galère en gros. Stan shoota dans une pierre. Levy espéra à moitié qu'il pensait qu'en shootant dans la pierre elle se transformerait en aviron ou en bus, qu'ils puissent sortir de ce trou. (… vous préférez que je dise “cette forêt noir” c'est ça ?). Puis enfait bah, c'est un peu inespéré. Un petit vent frais vint agiter ses cheveux et elle ferma les yeux. Sans le manteau de Stan, elle voyait pas comment elle aurait fait pour pas finir congelée.

« Et sinon toi entre temps t’as trouvé un boulot ou t’es restée dans ta maison à être isolée du monde ? T’as trouvé un copain ? Une copine ? Sait – on jamais … »

Levy sourit de travers. La question quoi. Enfin les questions, mais ça sonne vachement moins bien. Enfin bref. Ouais, Stan, on est pas tous ambulant et scf. (sans copain/copine fixe … ouais c'est pas drôle.) Enfin bref, le cœur brisé qu'elle était n'a rencontré personne d'autre, non.

« Ouais, exactement, je suis restée isolée du monde. Pas de copain, pas de copine, on va dire que ma vie amoureuse est extrèmement plate. Enfait, j'ai du avoir deux copains depuis ma naissance, donc bon … Mais t'as pas trop froid ? Il fait pas chaud, dirons-nous. »

True love, c'était pas son truc, c'est vrai, mais c'était pas non plus la dernière des pétasses à collectionner les conquêtes. C'est pas tellement qu'elle voulait pas, c'est surtout que vue sa sociabilité, elle pouvait pas trop.

« Tu sais vraiment pas comment on sort de cette forêt ? J’en ai ras le bol je vais péter un câble là. »

Mesdames et messieurs bonsoir, applaudissez le tacte, lui-même. On aurait pas mieux dit à sa place, avouez-le. Enfin bref.

« Absolument pas. Et tu devrais t'habituer à être sur les nerfs, tu crois pas ? Sur le coup, l'exemple de la forêt c'est pas le pire du monde. Imagine-toi seul dans une maison que tu connais par cœur de l'intérieur, dont tu n'as fait que le contour de l'extérieur, paumée au milieu de nulle part, d'un nulle part que tu ne connais pas, avec pour seul amis un chat qui peut même pas atteindre sa queue. » elle regarda un instant Zero, qui frottait sa patte contre un tronc d'arbre pour enlever la terre et l'herbe accrochée à ses griffes. Elle soupira et murmura. « Prend-ça, comme exemple, si ça c'est pas un coup dur, l'instant dans la forêt c'est le pays des bonbons dans les nuages roses … »

Elle ralentit. Elle y était peut-être allé un peu fort, là, c'est vrai, mais regardez, toute la rage accumulée s'était échappée d'un coup. La rage à la fois pour Stan et pour Nick, pour ses parents qui l'avaient abandonnés, son tuteur qui ne prenait pas soin d'elle. Et puis regardez aussi, j'écoute The Forgotten à l'instant donc vous comprendrez que je verse toute la haine de la semaine dans ces trois petites phrases. Enfin bref.

Spoiler:
 



_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Dim 23 Déc - 17:03

« Absolument pas. Et tu devrais t'habituer à être sur les nerfs, tu crois pas ? Sur le coup, l'exemple de la forêt c'est pas le pire du monde. Imagine-toi seul dans une maison que tu connais par cœur de l'intérieur, dont tu n'as fait que le contour de l'extérieur, paumée au milieu de nulle part, d'un nulle part que tu ne connais pas, avec pour seul amis un chat qui peut même pas atteindre sa queue. Prend-ça, comme exemple, si ça c'est pas un coup dur, l'instant dans la forêt c'est le pays des bonbons dans les nuages roses … »

Stan leva les yeux au ciel en soupirant. Si Levy ne tenait pas à sa liberté, c’était bien son problème. Si il a fallu qu’un con foute le feu à sa baraque pour qu’elle décide de quitter sa « prison », c’était son problème. Si elle avait été soumise à un homme, c’était son problème aussi. Qu’est – ce que Stan venait foutre là dedans ? Certes être paumé dans la plus grande forêt d’Autremonde il y avait pire comme situation, il en était conscient, mais avouez que c’était un peu rageant quand même. Il avait autre chose à foutre que rester là à attendre qu’un hélicoptère arrive et les sauve, ou qu’un motard aussi égaré les prennent sur son porte bagage et que miraculeusement il les fasse sortir de là … Certes, il rêvait un peu, suffisait juste une personne qui sache faire des Transmitus sans risquer qu’ils atterrissent dans un endroit hors sujet. Sur une planète, il avait des millions de gens, des milliards, tout plein de personnes qu’on veut pas voir. Là, on demande juste un sorcelier plus doué qu’eux et c’est le vide total. Le vide intergalactique de l’utilité. Stan n’avait pas envie de passer sa vie à marcher dans la boue et l’herbe de Selenda, il se mit à regretter Omois et ses habitudes « pète œil ».

« Ecoute je suis désolé que t’ai tellement une vie de merde ok ? T’as été enfermé dans une maison ok, mais qu’est – ce qui t’empêchait de fuguer ? T’étais pas curieuse de savoir où t’étais en fait ? La plage tu la connais aussi, tu pars vers là et t’y arrives et … OH PUTAIN. » Illumination. « On a marché depuis combien de temps en fait ?! Histoire qu’on retourne à peu près vers la maison et qu’on se casse vers la plage, y a une voie de transport pas loin on peut faire du stop. Avec un peu de chances les gens auront tellement pitié de nous qui nous embarqueront. »

Il fit volte face et fit le chemin totalement inverse, réfléchissant à toute allure. Si ils partaient vers la droite, arriveraient – ils plus vite ? Etaient – ils du côté nord ou sud de la maison ? Quelle distance ils avaient parcourus ? Une branche sauvage apparut et Stan, plongé dans ses réflexions, ne fit pas attention.
Ce fut ainsi qu’il se mangea le sol lamentablement, gémissant de douleur. Non seulement il venait de se ramasser magnifiquement, mais son pied était resté dans la racine. Ca faisait mal. Très mal. Restant un moment à terre, immobile et les yeux fermés. Sa cheville lui faisait terriblement mal, et rien qu’en la voyant, il comprit que oui, il souffrait : Au lieu d’avoir son angle normal, elle était juste tournée à 90°, comme ça, tranquille.

« … Putaiiiiin … PUTAIN CA FAIT TROP MAAAAAAAL. »

Il resta assez calme quand même pour quelqu’un qui mourrait intérieurement du pied et tenta tant bien que mal de détacher sa chaussure de la racine qui s’était enroulée autour de sa cheville. Il leva la tête vers Levy qui se mordait les lèvres : soit elle était inquiète pour lui (ce qu’il doutait), soit elle se retenait de rire pour se foutre de sa gueule. La solution deux semblait plus crédible. Il prit appui sur ses mains pour se relever et se recassa la tronche par terre.

« Levy au lieu de te foutre de ma gueule tu peux m’aider à me relever ? »

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Sam 5 Jan - 13:58



« Ecoute je suis désolé que t’ai tellement une vie de merde ok ? T’as été enfermé dans une maison ok, mais qu’est – ce qui t’empêchait de fuguer ? T’étais pas curieuse de savoir où t’étais en fait ? La plage tu la connais aussi, tu pars vers là et t’y arrives et … OH PUTAIN. » Il s'arrêta, les yeux grands ouverts (la bouche aussi) en mode " AH MAIS OUIII " « On a marché depuis combien de temps en fait ?! Histoire qu’on retourne à peu près vers la maison et qu’on se casse vers la plage, y a une voie de transport pas loin on peut faire du stop. Avec un peu de chances les gens auront tellement pitié de nous qui nous embarqueront. »

Levy roula des yeux et se retourna aussi pour le suivre. Lui bougeait la tête dans tous les sens, parfois plissant les yeux, parfois les ouvrant grands. Levy le suivait en traînant le pas, soupirant à chaque fois qu'il changeait de direction. Zero miaula dans le froid et la brune le ramassa pour le cacher dans sa veste (enfin celle de Stan pour le coup :kiwi:.) Stan faisait des allers-retours, alors au bout d'un certain nombres d'allers-retours, elle décida de s'asseoir sur une souche et de caresser son petit chaton. Au bout d'un moment la voix de Stan devenait de moins en moins audible, alors elle se leva pour le rattrapper. Et la paf, le mec s'explosa par terre. Levy pouffa légèrement puis se mordit la langue en se tenant le ventre. Elle regarda sa jambe et sa cheville. Cette dernière était entièrement retournée perpendiculairement rapport à sa jambe, coincée entre une racine et le sol. Stan gémit et poussa un cri d'horreur.


« … Putaiiiiin … PUTAIN CA FAIT TROP MAAAAAAAL. »

Levy se mordit la lèvre tandis qu'il tentait d'enlever son pied ou de retirer sa chaussure. Il essaya de se lever, s'appuyant sur ses bras comme il pouvait, et manqua pas de perdre une dent en s'explosant la tronche une deuxième fois. Le comble du spectacle, Levy lâcha Zero qui s'approcha de lui et explosa de rire. Elle se tenait les côtes qui lui faisait mal tellement elle riait et était secouée de spasmes répétitifs. Une petite larme apparu dans le coin de son œil et elle reprit sa respiration :kiwi:.

« Levy au lieu de te foutre de ma gueule tu peux m’aider à me relever ? »

La jeune fille s'avança vers lui, non pas sans rire un petit coup, et commença à délaçer sa chaussure. En même temps, des grosses docs en forêts, c'est pas la meilleure idée. Rien ne vaut les bonnes vieilles Chuck Taylors quand on part en excursion pétage de cheville. Pour le coup, Levy était contente d'être pied nues, même si elle avait des tas d'échardes et que ses petons étaient égratinés de partout, elle aurait pas perdu un os de cheville ou un genou. Par contre un doigt de pied c'était encore possible. Elle dégagea le pied enflé de Stan de sa pompe et retira sa chaussette.

« Ben mon vieux, tu t'es pas loupé dis - donc. »

La cheville était entièrement rouge et gonflée et retournée et moche et devenait violette bleue noire au mon dieu c'était pas beau à voir. (rime accidentelle 8D). Stan gémissait toujours, les larmes aux yeux, tandis que Levy tentait de replacer le pied dans son axe normal. Elle faisait des moues et fermait les yeux quand le truc repartait dans l'autre sens et que Stan hurlait en s'accrochant à la terre.

« EH OH STAN ARRÊTE DE HURLER J'ARRIVE PAS À ME CONCENTRER LÀ D8 »

Elle donna un bref coup qui lui coupa le souffle et remis la cheville en place. Pas la peine de vous dire que celle-ci doubla encore de volume. Stan fixa son pied sans rien dire. On pouvait voir toute la douleur passer dans son regard, et la jeune fille lui pris la main et la serra fort.

« Bon, là faut vraiment sortir d'ici avant que ta jambe ne tombe :kiwi: Par contre, je vais vraiment pas pouvoir te porter alors faut soit que tu sois méga courageux, soit que tu marches à cloche pied. À part te laisser ici et revenir dans deux jours, je peux rien faire :kiwi:. »

Elle se releva et lui tendit la main pour l'aider à se mettre debout.

Spoiler:
 


_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Lun 7 Jan - 22:12

HEAVEN OR HELLCrucified Barbara
J'écoutais juste ça XD

Après que Levy s’est royalement foutu de sa gueule, elle commença à faire quelque chose pour … Remettre son pied dans l’angle naturel. Oui, les êtres humains n’ont pas le pied à 90° normalement.

« Ben mon vieux, tu t'es pas loupé dis - donc. »

Stan lui jeta un regard noir, genre « Bon ferme la et aide moi ». Quand quelqu’un a mal, il devient méchant et agressif, sauf à quelques exceptions. Le petit brun n’en n’était pas une, bien au contraire. Plus il avait mal, plus il était agressif et acerbe. Autant vous dire que dans son état actuel, il était très, très, très énervé. La jeune femme retira sa Doc, histoire qu’il voit un peu mieux son état peut – être. Sa cheville était gonflée, rouge, puis violette, puis bleue … Oh. Bientôt, ça ferait toutes les couleurs de l’arc en ciel, puis qui sait, il lancerait une nouvelle mode : « COLOREZ VOS CHEVILLES ». D’un côté, si la nouvelle mode était de se colorer les chevilles en vert, tout le monde le ferait, donc bon, pourquoi pas après tout. Plongé dans ses pensées, il ne sentit pas Levy qui tirait sur sa cheville pour la remettre en place.

« PUTAIN LEVY ARRÊTE T’EMPI… AAAAAAAAAAH PUTAIN ARRÊTE CA FAIT TROP MAL. »

Il tenta de retirer son pied, histoire de limiter la casse. Il faisait confiance à son ex, c’était pas le problème. Il se rappelait parfaitement qu’au temps où ils étaient ensembles, il n’avait jamais été aussi heureux. Ils s’engueulaient que rarement, vivaient comme de vrais bisounours, se trompaient jamais, prenaient tous avec le sourire … BON DIEU POURQUOI IL A CASSE ;____ ; ? Nouveau essai de remise en place de la cheville, nouveau cri de douleur de Stan, d’un côté pour se faire mal comme ça en tombant, faut le faire. Il savait que s’il remettait pas son pied en place, il allait encore plus avoir mal, donc autant tirer un bon coup dessus et calmer la douleur une fois pour toute. A chaque changement de direction, Stan hurlait parce que … Putain ça fait mal.

« EH OH STAN ARRÊTE DE HURLER J'ARRIVE PAS À ME CONCENTRER LÀ D8
- J’aimerais bien t’y voir tiens ! »


Nouveau coup sec et là, miracle, la cheville se remit en place. Haléluia. Stan la fixa, se détendant à moitié en restant par terre, haletant. Même s’il paraissait plus calme, il souffrait le martyr quand même. Il sentit la main de Levy prendre la sienne et se retourna vers elle.

« Bon, là faut vraiment sortir d'ici avant que ta jambe ne tombe :kiwi: Par contre, je vais vraiment pas pouvoir te porter alors faut soit que tu sois méga courageux, soit que tu marches à cloche pied. À part te laisser ici et revenir dans deux jours, je peux rien faire :kiwi:. » Stan leva les yeux au ciel.
« J’ai envie de rester et tu reviens te paumer avec moi dans deux jours. »

Son ton était sérieux, sans trace d’ironie. Bien sûr, il voulait se casser de cette forêt miteuse avec elle et voir la civilisation une nouvelle fois 8D. Mais … Pour l’instant les seuls êtres vivants qu’ils voyaient c’était des insectes donc bon … Il se releva difficilement, aidé par la main de Levy et préféra rester à cloche pieds, parce que marcher sur une cheville qui vient de se faire retourner c’est pas le mieux à faire médicalement parlant je pense. C’est ainsi que, boitant légèrement quand son autre jambe était fatigué, il s’appuyait sur la jeune femme pour s’aider quand même, histoire d’avoir quelqu’un qui supporte avec lui son poids pour pas se recasser lamentablement la gueule par terre. Des fois, il soufflait d’aller à gauche ou à droite, tentant de se rappeler du chemin de la plage et de, Ô joie, sortir de cette putain de forêt .___.

A
près avoir failli se casser une nouvelle fois la dent sur une racine, se tromper une bonne dizaine de fois, ils arrivèrent devant le Grall. Il n’y avait que sur Autremonde où les forêts débouchaient sur des côtes. Mais pour la première fois de sa vie, Stan était heureux et surtout fier d’être Autremondien parce qu’au final, c’était fichtrement cool pour les gens n’ayant aucun sens de l’orientation.

« … PUTAIN OUAIS. OUAIS. OUAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS. »

Le genre de cri qui vient du cœur, le cri de joie quoi :kiwi:. Il s’écroula dans le sable, tout content de lui, soupirant un bon coup.

« On entendrait presque des voitures … Ou des bateaux … C’est magnifique *^*. »

Stan et Levy. Alias les Robinson Crusoé des temps modernes, après qu’ils aient échapper à la misère de la forêt. Applaudissez.
Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levy Matthews

in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever
in Hell we'll run in rows of sunshine, we'll watch it rise and shine forever



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Mer 13 Nov - 17:19



OPETH ▬ Patterns in the Ivy



Tels des marins perdus retrouvant enfin la terre. Ils pourraient presque embrasser le sol en béton de la ville. hallelujah mes frères, revoilà notre air citadin. Pour Levy, c'était presque un bon moment pour ouvrir le champagne. Ça devait faire plus d'un an qu'elle n'avait pas vu la ville. Normal, puisqu'elle n'y allait qu'avec Stan, et qu'à part ça elle restait clouée chez elle vu qu'elle avait tout ce dont elle avait besoin dans sa "maison magique", là. Mais elle savait que l'occupation primordial, c'était de trouver une personne qualifiée pour la cheville de Stan. Surtout que, à la vue du ciel menaçant, mieux valait se dépêcher avant de se refaire saucer. Elle commença donc par entamer un pas rapide en direction du trottoir, avant de se rendre compter que Stan ne la suivait pas vraiment, enfin pas du tout même. Elle revint sur ses pas pour le trainer par la manche.

« Mais tu fous quoi bordeeeel .-. dépêcheeeeeeee, on va se prendre la goutte là ! »

Mais même en le tirant, poussant, traînant, ça n'allait pas tellement plus vite. La cheville avait prit une couleur vraiment très cheloue, un espèce de bleu marine tirant sur le pourpre, avec en prime des petits points jaunes-verts aléatoirement dispersés sur la jambe gonflée. Levy dû se retenir de vomir.

« Bon, Stan, écoute-moi, si tu veux pas qu'on t'ampute du pied, faut y mettre un peu du tien, et avancer uh. Sinon ça va empirer et ça va faire encore plus mal et tu vas être encore plus pénible. »

Elle la sentait venir, l'indignation de son ex « quoi pénible ?? merci de t'inquiéter de ma santé aussi ! » etc. Tout comme un enfant. Il croyait qu'elle faisait quoi ? Qu'elle traînait un brun unijambiste sous la pluie, au milieu d'une ville qu'elle ne connaissait pas, pour le fun peut être ? Elle pouvait le larguer là, après tout, ce serait pas plus mal. Puis revenir après une semaine, quand on s'ennuiera de lui. Ou elle peut aussi laisser quelqu'un le récupérer à sa place sinon.
Mais Levy est humaine, Levy a un coeur, quand même, et pouvait pas laisser un pauvre enfant seul au milieu de nulle part et ne pouvant se déplacer qu'à cloche-pied. Elle soupira, très profondément, et prit une fois de plus le bord du vêtement du brun, qui gémissait dès qu'un pied perdait le fil parce qu'elle allait "trop vite" pour lui.

« Ce que tu peut être insupportable parfois. »

Just to complain :kiwi:. N'empêche, ça faisait un moment qu'ils marchaient, et même si ce fut un miracle pour eux de retrouver la ville, ça les dispensait pas de ressentir les douleurs, la fatigue, et … la faim. Levy avait pas mangé depuis la veille au soir, ça faisait longtemps quand même. Elle commençait à avoir vraiment la dalle et, gueuler, ça creuse, c'est bien connu. (à ce train-là, Faith doit avoir tout le temps hyper faim …)
Il pleuvait, il y avait du vent, il faisait froid, elle avait la dalle, un poids lourd à trainer, pour encore de nombreux mètres. C'était clair aux yeux de la brune : il fallait se rendre à un café ou bar pour récupérer et bouffer un peu … Puis beaucoup.
Et là, ce fut le message cosmique. La rencontre avec le destin. Juste devant eux se trouvait, attention, s'il-vous-plaît, une pub. Mais pas n'importe quelle pub, non. Une pub pour le mcdo se trouvant à trois minutes à pieds. La simple image du fameux bigmac lui mit l'eau à la bouche un moment, jusqu'à ce que l'évidence ultime la frappa : ils avaient pas de blé. Ah, c'est con, hein, ces petites choses que sont ces jolies pièces dorées, sans valeur apparente (à part que ça brilleeeee), mais ça peut bien te coûter la vie ouais. Elle fut tirée de sa rage contre l'avortement du troque par des marmonnements venants de derrière elle, et se retourna. C'était Stan, un peu plus loin, qui lisait à voix haute le plan à … une petite fourmis posée sur son bras droit.
Le coup de la cheville, pas très bon pour lui à mon avis. Son cerver a dû enfler aussi, et rendre la connexion entre ses deux neurones impossible. Pourtant, c'est là que la lumière céleste fit son entrée, éclairant la petite brune et formant une auréole illuminée autour de son ex. On pouvait presque entendre les louanges au loin.

« Stan putain. Viens là que je t'embrasse ! » elle lui sauta au cou, faisant tomber le pauvre insecte et causant ainsi de brefs pleurs et plaintes du brun. « T'as trouvé un plaaaaaan ! Tu t'es enfin rendu utile à notre recherche et survie ! Tu te rends compte, c'est une étape pour toi ! »

Level up dans ta vie d'adulte, Stan. Mes sincères félicitations.
Mais Levy se rendit compte que c'était un coup de chance s'il était parvenu à les sauver, quand elle l'enlaça et qu'il se dégagea pour continuer de chercher la fourmis au sol.

UNDERCOWESH. I love you

_♣ _______________ ♣_
every breath you take
And every move you make, every bond you break, every step you take; I'll be watching you. Every single day And every word you say, Every game you play, every night you stay; I'll be watching you. Oh can't you see, You belong to me… How my poor heart aches, With every step you take. Every move you make And every vow you break, Every smile you fake, every claim you stake; I'll be watching you. ►hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   Sam 14 Déc - 20:43


Mettez deux incompétents de la vie dans une forêt. Bien. Faîtes qu’une ait une certaine rancœur dans l’âme et que l’autre n’ait que très peu de considération pour la race humaine. Maintenant, faites que le destin sanitaire s’acharne sur ce dernier et supprimez-lui une cheville. Bienvenue en enfer mes frères !

« Bon, Stan, écoute-moi, si tu veux pas qu'on t'ampute du pied, faut y mettre un peu du tien, et avancer uh. Sinon ça va empirer et ça va faire encore plus mal et tu vas être encore plus pénible.
- D’un côté si t’habitais dans un putain de trou sans aucune magie t’aurais pu me faire un Réparus ! »


Bonjour je m’appelle Stan Dyson et j’aime râler pour rien. Il aurait presque pu se laisser tomber par terre, se mettre en tailleur et croiser les bras d’un air boudeur. Même s’il était enfantin, il s’empêchait de laisser ses envies de profonde démission de soutien (cette phrase ne sert à rien) devant la gravité de la situation. A Selenda, y a plein de bestioles, des grosses, des petites, des moyennes, des bêtes à deux pattes, puis des monstres à six pattes, voir plus. Devant un tel drame, Stan ne serait pas étonné de voir un mille pattes géant surgir d’entre deux arbres, la bouche pleine de dents aiguisées, désirant les dévorer. Après tout, ils étaient dans une forêt, perdus, et il ne tenait pas vraiment à sa vie en temps normal. Pour retenir le rythme, il désira de préserver son amour propre en avançant à cloche-pied dans le seul but de tenir la cadence et éviter les remarques de Lev…

« Ce que tu peut être insupportable parfois.
- Je suis insupportable et tu es carrément inutile pour le moment, quel couple on devait former. »
déclara – t – il sur un ton monotone avec une tête de blasé.

Quand Stan était perdu et sous la douleur, il devenait carrément insupportable oui. Des phrases rabaissantes  fusaient et il ne mettait aucune volonté dans ses faits et gestes. Il fut tenté de se mettre contre un arbre un moment et s’attendre, n’ayant pas l’habitude de ressentir la douleur puisque sa vie n’était pas très éprouvante. En règle générale il n’avait pas tous les jours de fortes sensations de douleur vu qu’il ne lustrait rien de ses journées, à part rester derrière un bureau à prendre des appels pour les répertorier et accueillir des gens. Son job à lui, c’était de la communication bordel, pas du catch ! Puis vu sa carrure, on comprenait qu’il n’était pas sujet à la douleur régulièrement.
La pluie revint tel un troll de niveau huit, et le sourire blasé du petit brun s’accrut. Putain mais même le temps était contre eux ! Il avait presque l’impression que la pluie s’était arrêtée pour leur laisser un espoir de beau temps puis s’était à nouveau écrasée sur la forêt juste pour eux. Devaient – ils se sentir aimés par l’averse ? La bonne affaire tiens ! Il sentit son cœur s’emballer sous l’énervement. Vous savez, l’organisme de Stan avait vingt sept ans. Le reste devait être resté à la vingtaine, et ses nerfs le torturaient dès qu’il était cible de forts énervements. Il avait besoin d’hurler, de se rouler par terre jusqu’à que ses crises étaient passées. Rajoutez à ça sa haine des gens (il haïssait juste l’humanité, rien de grave), sa paranoïa et ses peines de cœur, et vous avez le combo de l’énervement.

« PUTAIN FAIS CHIER. LEVY TU VAS TOUT DE SUITE NOUS TROUVER UNE ISSUE A TOUT CE FOUTOIR SINON JE TE JURE, JE TE TUE ET JE TE BOUFFE. J’AI FAIM BORDEL. J’AI FAIM ET LE CANNIBALISME N’EST PAS UN TABOU POUR MOI. Absolument pas d’ailleurs ! »

La crédibilité était à ras des pâquerettes et ses paroles étaient aussi profondes qu’une pataugeoire, mais aucun souci pour ça Stan était habitué à sortir des choses irrationnelles pour autrui. Lui, il y croyait, et c’était l’essentiel. Soudain les deux jeunes gens tombèrent nez à nez avec une immense publicité pour un fast food de ricain.

« Non sérieusement Levy. Tu comptes pas me trainer dans c’te merde ? »


Il soupira et se laissa tomber au sol, totalement désespéré. Il refusait de bouffer au McDo, avec ses nuggets faites de pattes de poulet et ses frites décongelées et industrielles. Amateurs de malbouffe bonjour, mais très peu pour lui, il irait se prendre un sandwich ou une baguette de pain, ou même un cup de pattes dans un Mezzo Di pas loin et voilà. Moins cher, plus nourrissant et moins aléatoire et douteux sur la qualité. Le petit brun fit l’aimable rencontre et se souvint d’une chose : Si le monde un jour était en perdition, c’était les rats et les fourmis qui le gouverneraient. Les fourmis étaient fascinantes pour ceux qui s’intéressaient un peu à l’histoire des micro-sociétés et leur fonctionnement avaient toujours halluciné le jeune homme. Il prit un insecte sur sa main et prit une grande inspiration.

« Toi aussi t’es paumée ? Regarde, nous on doit être là, ouais, c’est un peu loin de là où on veut aller, et en plus je suis un semi handicapé d’une cheville, tu vois comment on s’amuse en plus ? Regarde la y a la ville, mais c’est super chiant parce que comme dans toutes les villes, c’est plein de pollution et t’imagines même pas comment ça pue ! C’est ignoble ! Sérieux vous êtes bien dans la forêt vous, vous vous êtes habituées, alors que nous les humains on est incapables à s’adapter, tu parles d’une espèce d’inférieurs et de bras cassés ! Puis y a au…
- Stan putain. Viens là que je t'embrasse ! T'as trouvé un plaaaaaan ! Tu t'es enfin rendu utile à notre recherche et survie ! Tu te rends compte, c'est une étape pour toi ! »


Il crisa sur la perte de son insecte et se dégagea de l’étreinte de Levy. Il fouilla le sol à la recherche de son amie minuscule mais ne trouva rien. Il estima que l’affaire était peine perdue. Fusillant bien proprement Levy du regard, il se releva, tirant sur son pull avant de se mordre la lèvre inférieure.

« On va à la ville et on rentre hein ? Aucune envie de traîner dans un McDo ou dans une merde du genre. Au pire tu viendras squatter chez moi, y a toujours plein de gens tu verras, puis ça sera l’occasion de revoir Faith non ? Vous étiez très proches à l’époque, elle sera contente de te revoir je pense. »

Le ton était donné, vous ne le traînerais pas dans un de ses centres d’obésité morbide et de culture ricaine.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪   

Revenir en haut Aller en bas
 

Give me a long kiss goodnight, and everything will be alright ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ~DIVAS MATCH
» Just a kiss, goodnight. [PV ♥]
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AutreMonde :: AutreMonde :: Selenda-