AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Scaretale ϟ pv Ignatius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Scaretale ϟ pv Ignatius   Ven 27 Juil - 23:12

HOLY DIVERDio.
(musique qui commence vers 1.17)
« C’est la voisine …
- Qu’est – ce qu’elle me veut cette connasse ?
- Elle veut que tu gardes son fils aujourd’hui, elle doit aller voir son mari qui est gravement malade …
- Elle a qu’à emmener son môme avec elle écoute.
- Mais elle veut pas qu’il sache que son père va crever.
- … »


Stan fixa un moment le mec, son autre voisin, si, vous savez, dans une rue avec des lofts collés, on a normalement deux voisins. La voisine, une vraie riche qui méprisait ceux de la classe sociale d’en dessous, voulait qu’il garde son gosse. On croirait rêver … Stan soupira.

« Je vois même pas pourquoi je le garderais son gosse, il est con, mal élevé, braille à huit heures du mat et défonce toutes les cinq minutes notre boîte aux lettres. Pourquoi je le garderais ?
- Parce que son père va m…
- Je sais je suis pas débile non plus.
- Elle a dit qu’elle te paierait … »
Un petit sourire s’esquissa sur les lèvres du jeune homme. « … Cher … Quelques crédits muts d’argent, et qu’elle arrêterait de faire les travaux le soir, le matin, et de passer l’aspirateur toute l’après midi pour nettoyer ses saletés de la journée.
- Bon ok j’vais le garder son gosse. »
dit – il en levant les yeux au ciel.

Sauf que le gosse, il allait souffrir. Le gosse, il avait sûrement rien demander, mais il allait subir les foudres de Stan qui en avait marre de sa mère, marre de sa voix, marre de son éducation que ses parents lui avait pas donnés, ce gosse, pour lui, c’était limite le Diable en personne.
C’était donc avec nonchalance qu’il alla ouvrir la porte le lendemain, quand sa chère voisine lui ramenait le mioche. Il le regarda un moment, un petit blond limite rasé, avec des fringues de bourge, un air faussement méchant, manquait plus qu’il gueule « Je m’en fous de mes parents j’suis trop un anarchiste de la tête trop dark, fuck l’impératrice ! » et on avait le stéréotype du parfait petit con poseur. Après maintes discussions avec la mère du petit, Stan ferma la porte. Première parole du gosse : « J’ai faim fait moi à bouffer. » Le brun soupira, la journée allait être longue.

C’était donc aussi pour ça qu’il avait eu la sublime idée de l’emmener dans la fête foraine du coin. Le truc, c’est que y avait de tout dedans, des manèges, des magiciens, des stands de tirs, des pêches aux canards, des autos tamponneuses et les mythiques marchands de barbe à papa. C’était ainsi que Stan découvrit une peur enfouie, celle des clowns. Il ne les supportait pas, avec leur sourire soi disant joyeux qu’il voyait ignoble, les grands yeux surmaquillés, leur teint blafard à cause du maquillage, des teintes vertes autour de sa bouche, avec des nuances de rouge. Le brun le trouvait tout simplement … Monstrueux. Il y trouvait même une incarnation du Diable vous savez, cette envie de faire rire alors qu’on trouvait leur accoutrement tout sauf drôle, ses perruques étranges … On le sortit vite fait de sa … Contemplation car le petit le tirait par la manche en braillant.

« Stanley on peut aller au chapiteau là bas ?
- Stan … Pas Stanley, Stan.
- M’en fout ma mère elle a dit que c’était Stanley. Dis Stanley on peut aller au chapiteau ?
- Petit con v.v »
murmura – t – il pour lui-même.

Il se traîna (ou se fit traîner plutôt …) jusqu’au grand chapiteau, avec une envie qui sautait aux yeux … Mais bon sang, qu’est – ce qu’il avait fait pour mériter un voisin aussi chiant ? Et en plus qu’on lui refile pour une journée ? Certes, c’était qu’une journée, mais une seule journée avec ce merdeux, c’était suicidaire. Totalement. Tandis que le petit était en train de regarder un espèce de spectacle de cirque, Stan admirait le plafond, se disant qu’il faudrait vraiment passer le balai parce que c’était dégueulasse, l’hygiène s’était décidément pas ça. Toute façon, c’était qu’une petite fête foraine de passage, qui essayait de se donner du prestige en employant les meilleurs dans le domaine du cirque, alors qu’au fond, elle servait pas à grand-chose cette fête … A part à faire peur aux gamins avec des clowns laids à mourir.

« Bon on rentre maintenant, elle vient te chercher à quelle heure ta m… OH PUTAIN. »


Le gosse s’était fait la malle. Et bien là. Il s’était barré il ne savait pas où, d’un côté Stan s’en fichait bien, c’était qu’un gamin mal élevé, puis l’idée qu’il se fasse bouffer par une bestiole le faisait sourire, mais il pensait à la voisine qui allait l’engueuler et lui rappeler l’histoire vingt quatre heures sur vingt quatre. Il regarda le spectacle et se surprit de s’émerveiller devant un magicien. Sincèrement, même avec la magie hors norme d’Autremonde, ce mec était juste génial pour Stan, c’était de la magie simple, sans réelle agressivité … C’était … Juste joli. Sans marque de prétention, d’une grande classe sans artifice, si sobre que c’en était excentrique par moment. Le jeune homme continua à regarder les tours, oubliant l’enfant quelques minutes, puis une fois le tour fini, le spectacle en entier se termina, et il soupira à l’idée d’aller chercher l’autre. Il l’aimait pas ce gosse, pourtant, il était loin de détester les gamins, mais lui … Eurk. Quand il le retrouva, le petit s’était prit un type, était à terre, sur le point de pleurer. D’accord … Stan alla le relever et regarda le mec, qui lui disait vaguement quelqu’un.

« ‘Scusez le … » marmonna t – il vite fait.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ignatius Conan Weiss





MessageSujet: Re: Scaretale ϟ pv Ignatius   Sam 18 Aoû - 18:41

La magie c'est bien mais même lorsqu'on pense enfin pouvoir en vivre, il faut parfois retourner à son ancien boulot pour gagner un peu plus d'argent. L'égo des humains est immense, celui des hommes bien plus que celui des femmes et toutes celles-ci réuni ne pourraient égaler l'égo d'un homme haut-placé. Alors lorsqu'on redescend dans les classes sociales ou qu'un malheur nous touche, c'est à ce moment là que notre égo en prend le plus un coup. On perd de notre rang, ainsi que nos amis infidèles qui ne sont que de passages. C'est simple, redescendre dans l'échelle de la société c'est reconnaître nos faiblesses et connaître nos ennemis.

Le magicien que je suis dût, par une belle après-midi de Faitcho, préparer ses accessoires et descendre en ville vers les bas étages de sa profession. Le cirque, un endroit que j'avais redouté, que je redoutais et redouterais toujours. Le chapiteau traditionnel rayé blanc et rouge se dressait devant moi. Je l'observais un instant de toute sa hauteur avant d'y entrer. On balayait la piste et préparait la salle. Les coulisses étaient noires de monde et je me faufilais jusqu'au grand patron, dans un coin assez dégagé.

La haut chapeau noir trônait sur des cheveux noirs tirés à quatre épingles. La chemise blanche, la veste rouge aux boutons dorées, les bottes cavalières; la tenue complète et traditionnelle nonsos lui seyait à merveille. Une fine moustache décorait son visage sévère. Le temps de quelques paroles, il m'indiqua ma loge privée ainsi que l'idée des tours que je devrais faire pendant la représentation et le temps qu'il me fallait rester sur scène. C'était d'une simplicité déconcertante ce qu'il me demandait et je n'avais pas à m'inquiéter pour le déroulement des évènements.

Durant le chemin qui me séparait de ma loge, j'espèrait secrètement ne pas croiser trop de monde et en particulier une certaine communauté de gens du cirque. Les clowns, ou « monstres de foire » comme j'aime à les surnommer, étaient pour moi, ce qu'il y avait de plus ridicule et terrorisant au cirque. Ceux qui étaient censés faire rire, je l'avais remarqué après de longs sondages à travers des publiques plus ou moins enthousiasmé, faisaient plus peur qu'autre chose, et surtout aux enfants. C'est également pour ça qu'étant enfant je fus traumatisé par eux et que je n'ose plus en regarder un en face.

Par chance (et cela ne m'arrive pas souvent) j'arrivais à mon repère sans encombres. Le spectacle n'aurait lieu que dans quelques heures et j'avais largement le temps de me préparer. Les heures passèrent et même avec toute mon expérience je ne pouvais éviter le stresse qui me prenait le ventre un peu plus chaque minutes passant. C'était une boule qui se logeait dans l'estomac et grandissait, grandissait, grandissait; prenant toute la place possible et imaginable jusqu'à tirailler la peau elle-même par manque de place.

Le rideau rouge s'ouvrit sur ma personne et j'entrais sous les feux éblouissants des projecteurs qui ne servaient à rien de plus qu'à les faire transpirer et à les éblouir pour qu'ils s'entrainent à marcher tels des mannequins nonsos sur des talons de vingt-cinq centimètres. Le centre ressemblait plus à un soleil brûlant qu'à une étoile brillante. Le publique était au rendez-vous pour une fois. En effet, les cirques n'attiraient pas toujours tant de monde que l'on pouvait s'imaginer et j'avais souvent du jouer face à une salle vide.

Je terminais sous des applaudissements modérés, je ne plaisais pas à tout le monde et ça m'était bien égal. En sortant, j'attrapais une serviette et m'essuya le front, le tissue blanc bouchant ma vue un instant. La mauvais moment car un corps frêle entra en contact avec le mien sans délicatesse et je tombais à terre, l'entrainant par la même occasion. Le petit avait les yeux larmoyant et je commençais à angoisser de l'entendre pleurer car ceux-ci s'entendraient jusqu'à la scène et le patron m'en aurait beaucoup voulu. La panique me prit car le stresse avait laissé un vide derrière lui. Heureusement pour moi un homme vint récupérer le gamin.

« ‘Scusez le … »

- C'est pas grave, j'espère qu'il ne s'est pas fait trop mal au moins?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Scaretale ϟ pv Ignatius   Lun 20 Aoû - 20:06

I'M EIGHTEENAlice Cooper.
[strictement aucun rapport, mais j'écoutais ça à ce moment \O/]

« C’est pas grave, j’espère qu’il ne s’est pas fait trop mal au moins ? »

Stan sourit, pas parce qu’il trouvait le mec sympa et altruiste à ce moment là, mais parce qu’il pensait l’exact opposé. Il espérait de tout son cœur qu’il avait eu bien mal, lui … A croire qu’il devenait méchant en ce moment. Des envies de meurtres pour presque rien, juste parce que quelqu’un était trop proche de lui. Il ne supportait plus la proximité physique, ça lui donnait juste envie de cogner quelqu’un à chaque fois. Stan était peut être plus agressif … Quoiqu’en soit, il n’était pas vraiment violent. Bref. Le gamin réclamait un truc, et pour qu’il lui fiche la paix, le brun lui donna une pièce pour qu’il aille se chercher une barbe à papa ou un truc du genre, histoire qu’il le lâche deux minutes.

« Vous êtes le magicien de tout à l’heure non ? »


D’un côté, habillé de la sorte, à part quelqu’un d’extrêmement excentrique, Stan ne voyait pas d’autres personnes que les employés de cirque dans ce « code vestimentaire ». Il jeta un bref coup d’œil à l’enfant pour vérifier qu’il ne s’attirait pas d’ennuis, étant pour lui une véritable habitude. Il était là, à faire gentiment la queue pour une barbe à papa, bien … Le brun reporta son attention sur l’homme, il n’avait toujours pas répondu à sa question d’ailleurs, mais de toute façon, il répondait souvent aux questions des autres par une autre question … A force, on s’habituait puis on laissait tomber, c’est tout.

« Et oui, je pense qu’il va bien. Si vous voulez mon avis je pense que ça lui servira de leçon, il court partout, braille no stop, depuis ce matin j’essaie de le canaliser mais à leur âge c’est la galère. Surtout quand on a une éducation pareille » dit – il en levant les yeux au ciel.

Le pire c’est qu’il causait comme s’il était lui-même parent. Non, avoir des gosses ne faisait pas parti de son idéal de vie pour l’instant. Des mioches qui court partout, les couches à changer, les caprices parce que les biberons sont pas assez chauds ou sont pas préparé assez vite, les pleurs agaçants et les nuits blanches, l’éducation à donner, les réunions parents/élèves pour plus tard, les crises d’adolescence, le non respect … Fini les sorties ou la vie sociale une fois parent, vous goûtez au plaisir de la vie en famille, certes, mais un gamin petit ça demande de l’attention, et Stan n’était pas assez responsable pour l’instant. Le gosse allait souffrir sinon, du jenfoutisme constant et de la bipolarité (légère … ?). Non, il n’était vraiment pas prêt à avoir un môme pour le moment, sa vie sociale étant assez bordélique comme ça.

« C’est pas mon enfant au passage. »


Manquait plus qu’il ait un fils dans le genre, aussi chiant et mal élevé. Un truc à se tirer une balle quoi. Dans le fond, le problème n’était pas les gamins en fait, mais c’était CE gosse. Une vraie tête à claque qui …

« … Mais kékifait o.o ? »

Bonne question. Le gosse, dans sa diplomatie enfantine, était allé gentiment dans les coulisses de se taper la conversation avec les femmes à barbe, les clowns, les lanceurs de couteaux, les dresseurs d’animaux et leurs bêtes, les contorsionnistes, équilibristes et autres motards fous. Oh god, il allait le tuer … Rien que là, il avait envie de le claquer. Il soupira d’un air désespéré et regarda le magicien.

« Dîtes vous voulez un gosse ? J’vous l’offre ... »

Le pire dans tout ça, c’est qu’il l’avait perdu de vue et ne savait plus du tout où il était, et qu’il se voyait très mal se taper l’incruste au milieu des artistes pour aller le chercher. Il s’imaginait un moment ce qu’il pourrait faire d’autres, essayant de se dire que c’était pas si dramatique. Mais le mioche serait parfaitement capable d’ouvrir les cages, se montrer plus qu’impoli avec les autres, faire le gosse plus qu’insupportait quoi … Génial … Il en revenait même à s’engueuler mentalement, se demandait pourquoi il avait accepté de le garder ? POURQUOI sérieux ? A croire que les galères financières des uns faisaient le bonheur des autres …

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Scaretale ϟ pv Ignatius   

Revenir en haut Aller en bas
 

Scaretale ϟ pv Ignatius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /Vilain/ Ignatius Ogilvy
» ignatius ϟ notebook
» ignatius ϟ stars burn out like dreams all around
» Perceval (Percy) Ignatius Weasley [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AutreMonde :: AutreMonde :: Omois-