AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Faith L.R. Dyson

let yourself be silently drawn by the strong pull of what you really love.
let yourself be silently drawn by the strong pull of what you really love.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    Dim 25 Nov - 12:46



Faith se réveilla avec son affreux mal de tête habituel. La faute à qui, :kiwi: ? Sur la petite table de nuit près de son lit dépliant (ouais c'est elle qu'elle se prend le lit dépliant alors que Stan a le grand lit merde) était posée sa plaquette de doliprane. Vive les anti-biotiques :kiwi:. Elle pris un sachet et le versa dans le verre vide. Allez, courage, faut se lever, c'est dimanche matin. Elle s'étira et pris le gobelet pour l'emmener dans la salle de bain. Hop, un peu d'eau fraîche et beuh on se pince le nez. Elle déglutit avec peine la poudre amère mélangée à la flotte. Faith se rinça la bouche et releva la tête pour voir son reflet dans la glace. Premier réflexe, se tirer la langue. Ses cheveux rouges étaient totalement en batailles, la moitié était toujours rattachée en queue de cheval par un élastique mais le reste c'était l'explosion du sopalin. Elle les détacha, se passa une main fatiguée pour les remettre en ordre et baissa la tête puis la releva pour les dégager de son visage. Hop, à la douche. Elle bâilla. Il le fallait … Bon, allez, pour se réveiller. Elle ouvrit le robinet pour faire couler l'eau, et en attendant qu'elle se réchauffe, elle ferma la porte de la salle de bain à clef et se déshabilla.
Elle entra doucement dans la cabine et bâilla une fois de plus. Les insomnies étaient revenues et elle avait réussi à dormir que les cinq dernière heures de la nuit. Elle regarda sa montre posée sur l'évier. Onze heure moins le quart.

Elle se lava les cheveux en vitesse et les rinça plus vite que la lumière. Elle sortit de la douche pour enfiler un peignoir et ramassa ses affaires de sa main libre. Cette fois, c'est la porte de sa chambre qu'elle ferma à clef :kiwi:. (sa chambre étant l'ex placard à balais dont on avait démoli un mur pour le mélangé à la buanderie, le grand luxe o/.) Bon, comment s'habiller aujourd'hui ? Elle ouvrit son armoire. Que des jeans noirs troués. Le choix va être dur. :kiwi: Elle en choisit un rapiécé sur la fesse par un patch IM. Elle enfila un soutif en regardant ses tshirts. Hop, un beau tshirt noir Slash qui irait grave avec ses Docs grises. (Merci Lullyyyy I love you). Elle finit de s'habiller par ses chaussettes à rayures noires et blanches totalement défoncées et descendit au salon les cheveux mouillés.

Stan ronflait sur le sofa. Elle soupira et alla directement à la cuisine. Elle sortit ses céréales, Country machin et se versa un bol. Hop, un peu de lait, une cuillère et un café. Elle mit l'eau à bouillir et déposa son bol sur la table basse. Stan dormait profondément et avait l'Ipod dans les oreilles. Le son était assez forts —probablement au maximum— pour que Faith reconnaisse du Lynyrd Skynyrd. Freebird, c'était la préférée de Stan. Vous savez, celle qui dure genre dix minutes. Elle retira délicatement l'Ipod de Stan et mis le casque à ses oreilles, baissant le son. Puis elle retourna à la cuisine pour se verser son Maxwell House (j'adore ** /out/). Stan gémit doucement et se retourna dans son sommeil. Faith sorti vite un plateau et posa son ptit dej dessus, montant à l'étage en un temps record et sans rien renverser. En bas, un hurlement se fit entendre. Ouais, Stan supporte pas qu'on le réveille et encore moins qu'on lui choppe ses affaires :kiwi:. Merde, elle avait oublié le sucre.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
in the cold november rain
When I look into your eyes, I can see a love restrained … but darlin' when I hold you, Don't you know I feel the same ? 'Cause nothin' lasts forever, And we both know hearts can change … And it's hard to hold a candle, In the cold November rain. ∆ belladone.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    Mar 4 Déc - 20:10


I'm the Wild Child
Cause I'm burning, burning, burning up with fire

Stan avait écouté de la musique toute la soirée. Il ne travaillait pas depuis trois jours car on avait plus besoin des agents de réception. Merci les sorts. Merci la magie. Merci les robots et autres androïdes pour voler le travail des autres. Pour la première de sa vie, il aimait travailler. Peut – être préférait – il ses collègues actuels que ses anciens, plus réfractaires et fermés d’esprit. Il s’était endormi avec Free Bird dans les oreilles qu’il avait mit en boucle. Cette chanson avait la faculté d’une vraie berceuse pour lui, il l’écoutait et directement, il avait envie de dormir, puis à la fin du longsupergéniallisme solo de la fin, il était achevé et on l’entendait plus de la soirée.

Lendemain. Il se réveilla péniblement, le genre de réveil qu’on regarde l’heure puis on referme les yeux en se disant « à 35 je me lève », puis après on se rajoute encore 5 minutes et que finalement on est encore au lit une heure et demi après. Totalement dans les vapes, il tapota la table du bout des doigts pour trouver son MP3 (ne faisons pas de pub Low 8D) et son cristal ... Il trouva son cristal qui lui éclata les yeux avec la lumière … Pas son MP3 … Mais où était – il … ?

« Faiiiiith … ? » gémit – il à voix basse pour l’appeler.

Aucune réponse. Avec une voix si … Puissante aussi, fallait s’en douter. Il ferma les yeux, faisant descendre sa main au sol pour voir si le malheureux était pas tombé dans la nuit, qui savait ce qu’on faisait quand on dormait –des fois, il se réveilla avec des griffures sur ses phalanges, et il avait peur de lui-même-. Rien. Mais il était où ce con ?

« … Faaaaaaiiiiith … »


Il se redressa dans les couvertures, regardant d’un air paumé les alentours, genre « Mais c’est chez moi ça °° ? ». Il se pencha pour scruter le sol. Toujours rien. Mais bordel il est où ?

« Faiiiiiiiiith il est où mon putain d’MP3 !? » cria – t – il à plein poumons.

La seule réponse qu’il obtient fut une rousse qui descendait des escaliers avec … Des écouteurs dans les oreilles. Il jeta un furtif regard sur sa poche qui contenait un Ipod gris métallique. Le sien était blanc, celui de Stan couleur métal. Il soupira et roula sur le ventre, toujours sous la couette et décidé à pas se lever, observant d’un œil presque médical les gestes de sa sœur.

« Faith… Ma soeurette d’amour que j’aime beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup … Ca te dirait de prendre ton MP3 et de me rendre le mien pour éviter de me saouler plus longtemps … ? »


Il mit sa tête sur ses mains, continuant à la suivre du regard tandis qu’elle cherchait énergiquement la boîte à sucre. Stan se concentra sur les sons, tentant de reconnaître la musique qui passait actuellement dans les écouteurs, et le fait d’échouer à l’exercice l’agaçait. Basculant sa tête de gauche à droite sur ses mains, il attendait le jour où la rouquine allait l’écouter et lui rendre le bien tant désiré.

« Si tu veux pas je viendrais le chercher … Me force pas à me lever :kiwi: » fit – il d’un ton de maîtresse de maternelle.

Au final il rejoint l’extrémité du canapé, se passant la main dans les cheveux pour les remettre à peu près en place (parce que faut croire que chaque mèche est soigneusement placée, oui on y croit …). Il se leva difficilement, échappant à l’emprise des couvertures bien chaudes et confortables (il faisait tellement froid qu’on devait dormir tout habillé avec un sweat en plus, si c’est pas la misère ça …). Ouvrant une porte d’un placard au hasard, il prit la boîte à sucre et l’agita dans sa main, l’air amusé.

« Tu me le rend et je te passe la boîte à sucre What a Face. Sinon tu devras boire un café sans sucre. C’est bon le café bien amer sans une trace de sucre hein ? T’as déjà essayé ? C’est dégueulasse hein ? Bien dégueulasse en plus. Tu veux pas revivre ça n’est – ce pas ? »

Bouh le vilain chantage.

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Faith L.R. Dyson

let yourself be silently drawn by the strong pull of what you really love.
let yourself be silently drawn by the strong pull of what you really love.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    Sam 8 Déc - 11:21



Faith était redescendue pour chercher le sucre. Elle savait que vu l'état de Stan c'était Suicide Mission total (à lire avec l'accent english pleeeaase :kiwi:) de se mettre à moins de cent mètres de lui. Mais vous le savez, un café sans sucre, c'est carrément dégueulasse. (pas tant que ça enfait :kiwi: moi j'aime bien sans sucre aussi :kiwi: tu te souviens quand je t'ai demandé ton avis ? ouais, exactement, moi non plus). Elle se cacha en haut des escaliers tandis que Stan hurlait :

« … Faaaaaaiiiiith … »


Et se redressait en regardant partout, style “ Mais c'est pas ma chambre ça ??”. Puis il regarda le sol, les escaliers, la cuisine, visiblement entrain de chercher quelque chose.


« Faiiiiiiiiith il est où mon putain d’MP3 !? »

Bordel j'suis juste à côté quoi, pensa t - elle en plissant les yeux. Puis elle descendit à toute vitesse vers la cuisine, qui était juste en face de Stan, espérant qu'il était pas assez réveillé pour la poursuivre et qu'elle trouve le sucre le plus vite possible pour pouvoir s'enfermer dans sa chambre.
Il la regardait à fond, suivant ses moindres gestes et bougeant la tête de droite à gauche. Mais putain on le met le sucre dans cette baraque ? Elle tira un premier tiroir. Ah non, les couverts. Un placard, les assiettes. Le frigo ( qui sait ? ) rien non plus. Sous l'évier ? On peut rêver.

« Faith… Ma soeurette d’amour que j’aime beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup … Ca te dirait de prendre ton MP3 et de me rendre le mien pour éviter de me saouler plus longtemps … ? »

Faith snorta. (ça se dit en français ?). Nan mais tu rêves mon pauvre Stan. Elle monta le son et fit mine de ne pas l'entendre. Son frère se gigotait sur ses mains, awh il était mignon comme ça :kiwi:. Avec l'eye-liner de la veille qui s'était smudgé autour de ses yeux fatigués. C'était clair, il voulait l'MP3, et à un moment ou un autre, il allait tenter de l'avoir. Elle tira encore cinq autre tiroirs, couteaux de cuisine, couverts à salades et tralalas, vide, casseroles et poêles, recettes de cuisines (genre jamais utilisées). Elle ouvra aussi des tas de placards, dans lesquels se trouvaient des verres, des bols, des épices, bref, des tas de trucs dans des tas de placards, mais pas le sucre.

« Si tu veux pas je viendrais le chercher … Me force pas à me lever »

La rouquine ne l'écouta pas. Elle regardait ce qui restait comme trucs à fouiller. Au moment où elle allait se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre le dernier placard, Stan se leva et la devança. Pas con ; le truc qu'on cherche se trouve toujours au dernier endroit où on regarde (vous me suivez ?). Dedans y avais aussi la farine, le sucre en poudre, le sucre à glace, le nutella, le peanut butter, la crème de spéculoos, et bien sûr, le sucre en cubes. En plus, il s'était mis bien devant, comme ça on peut même pas tenter de prendre le sucre en poudre, c'était mission impossible.
Elle tendit le bras pour l'attraper mais il dégagea la boîte, l'agitant. Putain Stan.

« Tu me le rend et je te passe la boîte à sucre What a Face . Sinon tu devras boire un café sans sucre. C’est bon le café bien amer sans une trace de sucre hein ? T’as déjà essayé ? C’est dégueulasse hein ? Bien dégueulasse en plus. Tu veux pas revivre ça n’est – ce pas ? »

Faith le regarda, presque incrédule. Nan mais ça va pas. Plutôt mourir. Enfin plutôt pas prendre de café. Ce qui revient au même au fond. Elle roula des yeux.

« Stan, Stan, Stan …, soupira t - elle en secouant la tête. Quand vas - tu apprendre que c'est pas toi qui gagnes à ces petits jeux ? Souviens - toi quand on devait aller acheter du lait, mais qu'il pleuvait, et que tu m'avais confisqué la Xbox si c'était pas moi qui y allais. Tu te souviens de la suite :kiwi: ? Tu voudrais pas que ça arrive une seconde fois, n'est – ce pas ? »

Elle tira un What A Face. Sur le coup, c'était réussi, il ne savait pas quoi dire :kiwi:.

« C'est pas grave mon petit Stan. Allez, donne le susucre et tout se passera bien. Hm ? What a Face Et puis tu sais très bien, toi mieux que n'importe qui, comment je suis quand j'ai pas pris mon café, le matin … »


… Qu'elle peut être flippante quand elle veut.

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
in the cold november rain
When I look into your eyes, I can see a love restrained … but darlin' when I hold you, Don't you know I feel the same ? 'Cause nothin' lasts forever, And we both know hearts can change … And it's hard to hold a candle, In the cold November rain. ∆ belladone.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    Mer 19 Déc - 19:55


Branded
I don’t wanna fight with you no more


« Stan, Stan, Stan …, soupira t - elle en secouant la tête. Quand vas - tu apprendre que c'est pas toi qui gagnes à ces petits jeux ? Souviens - toi quand on devait aller acheter du lait, mais qu'il pleuvait, et que tu m'avais confisqué la Xbox si c'était pas moi qui y allais. Tu te souviens de la suite :kiwi: ? Tu voudrais pas que ça arrive une seconde fois, n'est – ce pas ? »

Stan grimaça au souvenir et eut le réflexe de sauter sur une chaise en croisant les jambes. Faith était flippante énervée, Faith était violente, Faith craignait, Faith n’était pas rousse pour rien quand même.

« C'est pas grave mon petit Stan. Allez, donne le susucre et tout se passera bien. Hm ? What a Face Et puis tu sais très bien, toi mieux que n'importe qui, comment je suis quand j'ai pas pris mon café, le matin … »

Il croisa les bras et cacha la boîte à sucre entre ses coudes et son genou, levant les yeux au ciel en soupirant.

« J’en subirais les conséquences … Mais … Ma chère Faith, soeurette, si tu comptes avoir une nièce ou un neveu un jour, tu ferrais mieux d’arrêter d’essayer de me castrer à chaque fois que je veux pas t’obéïr, tu sais tu risquerais de t’attirer des ennuis à la force. »


Avec un sourire, le brun posa sa tête sur sa main, écrasant lâchement les sucres sous son coude.

« Puis si tu continues j’ai vite fait de réduire tes sucres en carrés en sucres en poudre. Tu sais j’arrive très bien à doser le taux de sucre à mettre dans du café c’est pas comme si ça me dérangeait … Par contre toi … Allez on fait la gentille et on donne l’Ipod à son grand frère … »


D
evant le manque de réaction de la rouquine, il abandonna et se contenta de regarder désespérément son otage inutile, se demandant comment se servir de ses dernières minutes de vie pour mettre en rogne sa petite sœur. Ecraser les blocs un par un serait trop long, et l’autre le remarquerait. Stan tenait à sa vie parce que oui, c’est ça la dèche, c’est quand on commence à craindre les réactions de sa sœur. D’un côté, il avait des raisons de craindre Faith énervée : Elle visait bien, elle avait des Docs, elle tapait fort, ça suffisait à un homme normalement constitué pour fuir comme la peste les colères d’une femme. Il se leva, emportant la boîte à sucres avec lui et il se jeta à moitié sur la chaîne hifi en fouillant dans la boîte à CDs. Oui, le loft avait beaucoup de boîtes, parce que Stan se perdait dans les tiroirs et autres placards, les boîtes il trouvait ça beaucoup simple, par rapport aux couleurs ou autres étiquettes qu’on colle dessus. Un placard c’est … Bah généralement la couleur pour toute une rangée et pour Stan, c’était beaucoup trop compliqué pour s’y retrouver. En réalité, l’explication la plus crédible était qu’il était bordélique.

Cherchant frénétiquement un CD après avoir mit son otage en lieu sûr (au dessus du meuble télé), il tomba sur la pochette sans CD dedans, le CD orphelin, l’album qu’on se souvenait plus avoir acheté, les oubliés, les trop écoutés, les albums qu’on se demande pourquoi on les a achetés, les dédicacés et les albums aux boîtiers fissurés. Diantre, il était où ce fichu album ? Au bout de cinq minutes de recherche, il le trouva, le fameux, le précieux « Living Like a Runaways » de Lita Ford. Faith refusait de lui rendre son Ipod. Bien. Elle avait déclenché la guerre des « sons ». Stan jubilait intérieurement car il savait que la chaîne hifi faisait beaucoup plus de bruits que de simples écouteurs. Dès l’introduction de « Branded », il sentit les murs trembler légèrement sous le son des enceintes, surtout que leur poste avait un super son avec des supers basses. Bref. Ils avaient beaucoup investi dedans, mais Stan était loin de le regretter. Bougeant frénétiquement la tête en braillant avec passion les paroles, il se fichait de plus en plus d’être juste sur les notes ou le rythme, le but étant de casser les oreilles à la jeune rouquine pour qu’elle lui balance son mp4 à la tronche.

« Oh Faith ! Au passage tu vois le mec qui t’écrivait des lettres là ? Que tu sautillais à chaque fois que t’en recevais une en pensant qu’un jouuur ton priince viendraaaa »
commença – t – il à brailler entre deux paroles.

En réalité, Stan s’amusait à écrire des lettres d’admiration pour sa sœur depuis quelques mois. Son objectif était bien sûr loin d’être mignon ou adorable, c’était de donner de faux espoirs à sa sœur, pour qu’elle ait l’impression qu’elle existe ou qu’elle a un admirateur secret. Voir sa joie à chaque lettre le faisait exploser de rire intérieurement à chaque fois.

« Devine deux minutes qui c’est ? Tu crois sincèrement qu’un mec pouvait s’intéresser à toi :kiwi: ? Désolé d’avoir casser tes rêves d’amour éternel avec un inconnu hein, tu m’en veux pas trop ? »


Accompagné d’un sourire victorieux, il continua à rester à côté de la chaîne hifi, gardant son otage précieusement.

« Bon quand tu veux pour me rendre mon MP4. Sérieux si ça continue je vais devoir te sauter dessus pour le récupérer … »


Avec un autre mouvement de poignet provocateur avec sa boîte à sucre, il commença à enrouler son index autour du cordon de son sweat, avec l’air du type qui vous énerve plus que tout.

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Faith L.R. Dyson

let yourself be silently drawn by the strong pull of what you really love.
let yourself be silently drawn by the strong pull of what you really love.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    Mer 26 Déc - 11:37



Le pauvre replia ses jambes misérablement sur lui - même. S'il croyais que comme ça il se protégeait d'elle, il se fourrait le coude dans l'œil. Il avait l'air plutôt inquiet de perdre ses bijoux, lui qui y avait pourtant échappé (ou pas) plusieurs centaines de fois. Il cachait la pauvre petite boîte écrasée dans ses bras, s'appuyant entièrement dessus.

« J’en subirais les conséquences … Mais … Ma chère Faith, sœurette, si tu comptes avoir une nièce ou un neveu un jour, tu ferrais mieux d’arrêter d’essayer de me castrer à chaque fois que je veux pas t’obéir, tu sais tu risquerais de t’attirer des ennuis à la force. »

Faith tourna la tête et le regarda avec une expression forcée d'incrédulité.

« Argh, Stan, mon frère, tu sais trop bien que j'ai horreur des gosses. Surtout s'ils ont mon sang dans eux. Brr. Tu peux pas imaginer à quel point ça me dégoûte. Plus, tu sais même pas comment gérer un gamin, si en plus il est turbulent comme toi quand t'étais petit (ou encore maintenant de temps en temps v.v) je peux te dire que tu vas pas tenir longtemps. Et c'est pas avec Ey que tu vas mieux t'en sortir. :haha: »

Elle le taquina du bout de sa botte grise, glissant la pointe autour de ses genoux repliés.

« Puis si tu continues j’ai vite fait de réduire tes sucres en carrés en sucres en poudre. Tu sais j’arrive très bien à doser le taux de sucre à mettre dans du café c’est pas comme si ça me dérangeait … Par contre toi … Allez on fait la gentille et on donne l’Ipod à son grand frère … »

Faith reposa sa jambe et s'approcha, légèrement irritée.

« Déjà, d'où tu tiens que je sais pas doser le sucre ? répondit - elle sèchement, avec une pointe d'énervement. Ensuite, si tu veux ton Ipod, tu peux crever ouais, je viens d'entamer ton album de Metallica :kiwi: »

S'il croyait qu'il pouvait écraser tous les petits carrés avant que la batterie ne crash, il s'enfonçait le doigt dans le nez. Bah ouais, une fois la batterie liquidée, elle lui rendrait bien gentiment, mais ça devra attendre, parce là la batterie était à la moitié.
Le brun baissa la tête, limite bavant sur la boîte déjà morte.
Il pensait à un truc, là. Valait mieux être sur ses gardes dans des moments pareils. Je vous jure, Stan est capable de vraiment tout.

Finalement il se leva, pas lentement du tout, les sucres entre les doigts, se dirigeant vers les centaines de milliers de boîtes posées dans les cases prévues à cet effet :kiwi:.
Sans mentir, c'était le bordel. Elle voyait pas du tout comment il s'en sortait là dedans. Et puis, rien ne valait les bons vieux 33-tours.
La boîte à sucre sur la télé, les mains dans les cartons, le pauvre brun fouillait partout à la recherche de quelque chose. Oui, d'un CD. Faith commençait à craindre son choix. Il cherchait quelque chose de défini, n'importe quoi qu'elle aimait pas, comme du Cannibal Corpse (wink :kiwi:) ou du Slipknot. Yavais d'autres groupes dont elle avait horreur, mais c'était avec eux que Stan était habitué à l'emmerder.
Wrong guess, c'était du Lita Ford. Qui était, si vous voulez, insoutenable comme truc. Un espèce de Heavy Metal totalement out of rythme à son goût. Sérieux, la guitare sans intérêt et la voix de la fille totalement vide. Uuuuurgh. Elle grinça des dents et regarda son frère d'un mauvais œil lorsqu'il commença à accompagner la mélodie. Il lui sourit, un sourire moqueur, tout en chantonnant le refrain. Puis arriva la partie un peu plus calme, la partie soutenable, et Faith monta à fond le son de l'Ipod lorsqu'elle entendit les premiers accords de Welcome Home. Puis la voix féminine acheva la chanson en gueulant, accompagnée de Stan.

« BRANDED!!! »

Faith sursauta. Le brun, innocemment, appuya sur le bouton replay tout en lui adressant un clin d'œil. S'en était trop. Elle alla jusqu'a la cuisine et alluma l'interrupteur de la lumière. Ah non, pas de la lumière, mais du broyeur à légumes dans le fond de l'évier :kiwi: Vous connaissez ces cuisines américaines, avec le trou muni de dents, qui commencent à tourner quand on les actionnes :kiwi: ? Ben ils avaient ça, eux. Plutôt sûr d'elle, elle sortit l'MP3, mit Pulling Teeth, et le secoua au dessus de l'évier ronronnant.

« STAN. SI T'ARRÊTES PAS TON BOUQUANT ET QUE TU T'APPROCHES DE PLUS D'UN PAS, JE TE JURE JE LÂCHE. »

Et pour le coup, elle rigolait pas d'un poil. Son expression était resserée, froide, énervée, et exaspérée. Celle de Stan était frigorifiée, apeurée, il était blanc comme un linge et secouait leeeentement la tête de droite à gauche, la bouche légèrement ouverte :kiwi:.
Faith sourit pour elle-même quand elle reconnu les paroles de Dominated Love Slave bourdonner dans ses oreilles. Yee-hah! *out*

Spoiler:
 

_♣ _______________ ♣_
in the cold november rain
When I look into your eyes, I can see a love restrained … but darlin' when I hold you, Don't you know I feel the same ? 'Cause nothin' lasts forever, And we both know hearts can change … And it's hard to hold a candle, In the cold November rain. ∆ belladone.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stanley A. Dyson

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !

COME TOGETHER FOR LUCIFER'S SON !



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    Ven 28 Déc - 19:46


Smell Like Teen Spirit
Oh yeah, I guess it makes me smile


Stan arrêta tout, les yeux écarquillés. A ce moment là, il savait pas s’il devait rire ou commencer à paniquer comme un taré. Il fixa la main de Faith puis la regarda elle, sa propre main sur le bouton « » de la chaine hifi.

« … Non mais t’es sérieuse là ? »

Toute façon son « je te jure » rajoutait rien à la certitude qu’elle était sérieuse, ils étaient de parfaits athées donc sur ce côté-là, Stan avait rien à craindre. Cependant, son air sérieux et fermé lui faisait un peu peur. Soupirant, il arrêta son CD et chercha à tâtons la boite de « Living Like a Runaways ». Ils avaient l’habitude de trier leurs CDs par ordre alphabétique et artiste, c’était à peu près qu’il rangeait réellement et avec une sincère envie. En cherchant « Lita Ford » « L », Stan tomba sur le CD préféré de Faith. Use Your Illusion II des Guns n Roses. Avec sa chanson préférée devant, Estranged. Elle le laissait à peine le toucher, car cet album avait été signé par le groupe en lui-même, alors que la fratrie était allée les voir à l’occas. Stan se souvenait encore comme sa sœur gueulait sans cesse des « AAAAAAAAAAAAXL ! » puis se tournait vers lui en ricanant d’un air sarcastique « Le chanteur pas toi hein … ». Bon dieu il était pas con à ce point là quand même. Souriant, il fit une manipulation de la mort qui tue : Il prit le CD dans la boîte et le cacha entre deux Lita Ford, il rangeait Living Like a Runaways à sa place. A côté de la caisse se trouvait un petit calepin. Dès qu’ils voulaient un CD, devaient en rendre un à un ami ou alors le remplacer parce qu’il était rayé ou autres, il le notait sur le block note, au moins ils oubliaient pas. S’il y avait du papier, il devait y avoir un stylo quelque part. Cherchant discrètement le crayon, il se demandait si Faith faisait un compte à rebours mental pour savoir quand elle devait lâcher son MP3 dans le broyeur.
Il venait de trouver le stylo. Intérieurement, c’était presque jouissant de se dire qu’ils allaient se menacer à armes égales. Le CD signé versus l’Ipod.

« Ma Faithy d’amour que j’aime beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup … Tu te rappelles ce super concert des Guns qu’on a été voir y a trois ans ? Que tu gueulais comme une hystérique « AAAAH MON DIEUUUU C’EST EUUUUX » et tout ? Il est entre mes mains là … Et tu sais que sous échanges de menaces je suis capable de tout … Maintenant tu poses cet Ipod, t’arrêtes tes conneries et tu me le rends … »

Il ouvrit la boite du CD, le stylo entre ses dents pour le moment histoire d’avoir les deux mains libres (vive les boîtes dures à ouvrir) puis il le reprit une fois la pochette ouverte. Il retourna le CD dans son emplacement, laissant la partie « grise/bleue » à la vue.

« … Si tu me rend pas mon Ipod, je bousille ton CD avec le stylo. Tu sais, quelques traits là et là, c’est simple à défoncer ces trucs là. Si je jette l’MP3 dans le broyeur, je casse ton CD en deux après l’avoir bousiller au stylo. » Il sourit, cynique. « Tu sais, Billie a le même, mais lui il est pas signé. Moi je m’en fiche d’avoir un CD signé des Guns, ça te tient beaucoup plus à cœur, déjà que tu gueules à chaque fois que je veux toucher ton ô précieux album … Maintenant tu rend le joujou à ton grand frère sinon sérieux, Faith, je vais vraiment péter un câble … »

C’est sûr que balancer l’Ipod du grand frère dans le broyeur, c’est pas super comme idée. Il aurait bien pu poser le CD, ramener le sucre et lui rendre, puis elle lui aurait sûrement rendu son bien, mais non. Puis avec Faith, les échanges, rien n’était sûr à 100%, elle pouvait toujours au dernier moment faire un coup en traite et se casser en courant avec votre truc en se foutant de votre gueule. Faith était comme ça, un peu vicieuse sur les bords dans ses disputes là, donc ce que Stan savait par-dessus tout, c’est qu’il fallait combattre le mal par le mal avec elle. Soit la menace par la menace. Le bien possédé par le bien possédé. Ce qui nous tenait à cœur par l’important.

« Puis Faith sérieux, ça craint ce que tu fais. T’imagines tu le lâches, comment tu vas faire quand t’auras plus de batteries ? Puis tu comptes vraiment faire ça à celui qui t’a à moitié élevé °° ? Sérieux Faith … »

Puis il sortit un dernier argument, celui qui allait tout changé.

« Puis c’est méchant … »

_♣ _______________ ♣_
A quoi tu sers je t'aime encore
bataille déjà perdue une histoire déjà entendue c'est pas qu'je crois en rien j'crois plus tout court ça me convient chez moi j'vote pas, j'suis pas chez toi y fait trop froid j'ai perdu mon drapeau j'crois plutôt qu'j'l'ai brûlé j'ai oublié d'trouver ça beau j'ai oublié qu'c'était sacré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Please don't take it so badly, cause lord knows I'm to blame.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The lord of the ringard
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» Lord Voldemort
» Figurines Lord of the Ring
» Lord of Ultima

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AutreMonde :: AutreMonde :: Omois :: Loft-