AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Valkandre A. Kahl Ylegosh

Parce que vous ne valez rien
Parce que vous ne valez rien



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   Mer 3 Juil - 9:56

Réflexions Tragiques


Lorsque le rideau se déchire en lambeaux, que le voile rouge du mystère s’ouvre en deux sous mes yeux, la terreur monte, la voix se bloque. Tous mes sens me crient de m’en aller, d’abandonner sur scène les autres qui, certainement tout autant que moi, ressentent cette angoisse indescriptible. Pourtant, je reste. Par fidélité, par fraternité pour ces gens dont je regarde les genoux trembler, je décide d’utiliser cette force qui me cloue au sol et fait de mes pieds des entraves de plomb, fatales chaînes qui semblent s’alourdir à mesure que je découvre les mille paires d’yeux scrutateurs. Ces yeux, qui cherchent autant la performance que la faute, sont aussi prompts à châtier qu’à porter aux nues. Pourtant, c'est de ces figures terribles que nous dépendons tous, car même si nous les craignons plus que tout, nous n'aurions pas la moindre raison de nous trouver là, sans elles. Ainsi, je me campe sur mes pieds, ancré dans le sol comme une ancre dans la vase, et fais de la lourdeur impitoyable de l’air la force de poussée pour m’élancer sous la lumière. Mes poumons pleins à exploser expulsent ce trop-plein d’oxygène sous la forme de paroles et de tirades, tandis que mon moi de peur et de doutes devient celui de la traîtrise, de l’amour, de la haine et du bonheur exalté.

A l’immobilité succède le mouvement, alors qu’à la rigidité cadavérique la subtile danse aux mille masques vient mettre un terme. Je ris avec les haïs, j’injurie les proches à mon cœur. Dans la valse de la perdition, l’identité propre s’efface, remplacée par celle du masque d’argile dont les trais marqués s’enfoncent peu à peu sous la peau, pour enfin devenir l’épiderme périodique de son hôte. Dans les veines des menteurs loués, le sang noir et visqueux des cadavres du temps passé vient prendre la place de la liqueur rubis, qui s’écoule sur le sol boisé sous les coups funestes de jadis.

Dans l’ivresse de l’oublie de soi, qu’importe le discours erroné ou inexact, car ce n’est plus le comédien effrayé qui le prononce. Remplacé, bâillonné et enfermé en coulisses, il n’a plus à s’exprimer et son discours maladroit ne blessera plus nulle oreille. Les héros de tragédies, avides de vengeance pour avoir été mille fois abattus et relevés, s’en donnent à cœur joie pour sceller leur fatal destin avec art et éclat. Ainsi, ils se vengent de la mort en allant à sa rencontre avec la dignité folle et granitique qui est la leur. Ils insultent le destin qui les veut disparus en éblouissant tant les yeux des mortels que ceux-ci les relèvent avec avidité, encore et encore, jusqu’à ce que le charme de leurs vies gâchées n’ait plus d’effet sur celles de leurs serviteurs et maîtres.

Le théâtre. Seul jeu de marionnettes où celles-ci donnent le pas à la main. Si cette dernière souhaite s’élancer, elle est d’abord soumise au bond vouloir de la miniature qu’elle habite. En effet, la lourde poigne du destin ne manipule le mortel qu’à l’ultime condition que ce dernier croie en son existence et se laisse bercer dans son étreinte illusoirement réconfortante. De même, les fantômes du passé n’apparaissent sur scène que convoqués par le Grand Marionnettiste, le metteur en scène, qui sacrifie une partie de la vie terrestre de ses acteurs aux créatures du dramaturge.

Parfois, l’agneau sacrificiel se débat et tente d’échapper à la dague factice du prestidigitateur. Hélas, plus grande est sa lutte, plus l’humiliation qui en découle est forte. En refusant d’abandonner momentanément son identité, il laisse la marionnette trop peu creuse pour que la main blafarde de l’Autre la remplisse. On assiste alors à une lutte sur les planches car l’humain se débat dans l’étreinte sans âge du souvenir immortel. Cependant, il ignore que sa victoire sera également sa défaite d‘artiste, qui restera tristement mortel devant un public qui n’est pas venu pour se voir sur scène.

Lorsque le fantôme de jadis a pu à nouveau revivre son inexorable histoire d’âme en peine, il rend son corps à l’humain qui, étonné, presque hébété, fait face aux marées d’applaudissements des spectateurs satisfaits. Les conditions du pacte sont remplies, sauf qu’ici, on ne paie pas avec son âme. Au contraire, celle-ci croît à mesure que le nombre de noirs serments grandit. Non. Ici, on donne sa vie pour la gloire ou pour la perdition momentanée de sa conscience émergée. Or, les démons du théâtre sont ceux qui hantent l’âme humaine. Savoir céder sa personnalité aux facettes obscures de son être permet donc à l’acteur de s’apprendre lui-même tout en s’oubliant fatalement. S'affirmer en s'effaçant, tel est le merveilleux paradoxe de l'art dramatique.


Dernière édition par Valkandre A. Kahl Ylegosh le Mer 3 Juil - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chamidontrachiva





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   Mer 3 Juil - 17:06

Je ne suis pas totalement d'accord avec ce que tu dis, mais tu le dis si bien que ça n'a plus d'importance. Encore une fois, bravo et merci de nous le faire partager !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autremonderpg.forumgratuit.org
avatar
Valeriane Moredhel





MessageSujet: Re: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   Mer 3 Juil - 19:12

A vrai dire, moi non plus :) J'ai écrit ce truc sous le coup d'un genre d'envie irrépressible, j'ai marqué mon délire sur la page. C'est un genre de fantasme de type qui a fait un peu de théâtre. Mais merci pour le compliment, Chamounette :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chamidontrachiva





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   Jeu 4 Juil - 19:29

" les fantômes du passé n’apparaissent sur scène que convoqués par le Grand Marionnettiste, le metteur en scène, qui sacrifie une partie de la vie terrestre de ses acteurs aux créatures du dramaturge. " niark niark je fais le lien avec une Ariane Mnouchkine, là tout de suite, étrangement...

Mais tu as le droit de penser tout ça, c'est une bonne réflexion (peut être un brin trop lyrique, si tu veux l’énoncer du seul défaut que j'aurais à reprocher à cette jolie création littéraire). C'est ce que tu ressens en tant que comédien arrivant sur un plateau ?A tu déjà joué du classique ?

PS : pardon si je commence à polluer ce sujet, mais ô surprise ce fil de réflexion m’intéresse vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autremonderpg.forumgratuit.org
avatar
Valkandre A. Kahl Ylegosh

Parce que vous ne valez rien
Parce que vous ne valez rien



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   Jeu 4 Juil - 20:20

Hélas, non. Le propre du metteur en scène de base en structure d'enseignement est de ne proposer que des pièces comiques pour "faire plaisir à tout le monde". Cependant, c'est l'impression que j'ai eue à plusieurs reprises en assistant à des pièces à tonalité tragique. Après, pour tout ce qui ne concerne pas le théâtre tragique dans son exclusivité, oui. C'est exactement ce qui se produit dans mon esprit lors de l'ouverture des rideaux.
En réalité, ce n'est pas vraiment une réflexion mais plutôt une digression partie d'un épanchement personnel. Ça donne quelque chose d'assez fleuri, finalement.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chamidontrachiva





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   Sam 6 Juil - 15:14

Au début d'année nous avons  décidé (enfin quand je dis "nous", je veux plutôt dire "eux, les comédiens intervenants") de monter des scènes des grands classiques tels que Le Cid, Bérénice etc... bref du Corneille et du Racine dans ce qu'ils ont de plus beau : les grandes scènes larmoyantes, les dilemmes et les méchants méchants (comme Néron) qui enlèvent de pauvres damoiselles après avoir trucidé toute leurs familles. Nous n'avions pas à choisir notre pièce, ni notre partenaire, et ce sont nos intervenants qui ont décidé pour nous. Tu ne peux pas imaginer ma frustration quand on m'a mis dans les mains le Misanthrope de Molière ! Moi qui rêvais d'une héroïne tragique, on m'avait donné Célimène dans une de ses scènes cultes.
Et au final, faire rire les spectateurs en jouant cette célèbre peste lèche botte m'a tout autant amusé et tout autant stressé que si j'avais interprété une Enfante et son "t'écouterai-je encore, objet de mon amour....".
Je ne ressens pas (ou seulement en partie) ce que tu peux ressentir au lever du rideau, car je pense avant tout que ce n'est pas le personnage qui prend le pas sur son interprète, comme je suis convaincue que ces deux entités ne sont pas aussi clairement séparées. J’espère bien que c'est au comédien de créer son personnage et de lui insuffler une vie, en partant de ce qu'il est, de ce qu'il imagine et de ce qu'il est capable de faire. C'est d'ailleurs pour cela que chaque interprétation de Célimène est différente, en gardant le même texte. C'est également pour cela que le héros de tragédie plait encore aujourd'hui, et qu'il est si difficile à jouer : c'est au comédien de rester sur scène et de se lancer, et non au texte de faire un miracle.


M'enfin bref, l'année prochaine nous allons jouer Hamlet, et je me battrai bec et ongles pour pouvoir interpréter Ophélie dans sa scène de folie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autremonderpg.forumgratuit.org

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réflexions chaotiques sur le théâtre tragique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réflexions Pour Une Haïti Meilleure
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Grandes Réflexions... [PV : Nuage d'Eclipse]
» Les cicatrices [réflexions d'Eileen : ce qu'elle ressent et ses "pistes d'enquête"]
» Réflexions métaphysiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AutreMonde :: Tralala et Kidikoi :: Il joue comme Sarah Bernhardt-