AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Echec et mat ~ Pv Magichou <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Mer 31 Juil - 14:16




Echec & mat





J
e posai le dernier carton au sol avec un profond soupir de satisfaction, et me laissai choir dans le divan pour mieux contempler le fruit de mes efforts. Un joli appartement situé au cœur de Travia, que j’avais choisi ni trop petit, ni trop grand. Normal, quoi. Normal étant l’adjectif que je m’efforçais désormais de faire coller à ma personne. Une personne normale, au domicile normal, au métier normal, au salaire normal, aux relations normales, au quotidien normal. Voilà le rôle que je désirais jouer dans ce théâtre fou qu’est Autremonde. Ma vie ostentatoire, constituée autour d’un quotidien de folie, faite de flashs et de contraintes, je la considérais morte en même temps que ma fille. Je veux tout laisser derrière et renaître de mes cendres. Renaître de mes souffrances.

Les meubles les plus imposants étaient déjà déballés. Les armoires, la table, les appareils ménagers, les plantes, la bibliothèque et le grand lit double, déjà réquisitionné par Sembor, assoupi sur l’oreiller. Je songeai avec tristesse que la place ne serait occupée que par le puma, au vu de mon statut de célibataire. Mais j’étais de bien trop bonne humeur pour ruminer ces pensées négatives, aussi les chassai-je de mon esprit et entrepris de fixer un miroir au mur.

Le reflet me renvoya l’image de la brune (trop) convoitée par les médias et bon nombre d’autres personnes. La brune rendue si célèbre par son mariage impérial et pat l’intérêt que lui porte l’ennemi public numéro 1. La brune dont on a gâché la vie et qui compte la reconstruire dans un petit appartement de centre-ville en faisant du baby-sitting. Elle est aujourd’hui vêtue de façon banale, d’un léger chemisier blanc et d’une courte jupe noire. Sans nul autre artifice que sa longue crinière bouclée laissée libre. Elle fait joyeusement tourner un trousseau de clés autour de son doigt. Elle n’est pas maquillée, ne porte aucun bijou. Elle est pourtant plus rayonnante que jamais et, malgré sa simplicité, le chemisier souligne avantageusement ses formes. Peut-être est-ce ça la vie dont elle avait rêvé ? Un bonheur simple, sans artifices. La simplicité peut être si belle…

Je me servis un verre d’eau à l’évier. La sonnette retentit soudain, me faisant sursauter. Je crie un « J’arrive ! » guilleret et notai mentalement : changer le bruit de la sonnette, trop aigüe à mon goût. Je me dirige vers l’entrée, tout sourire.

Et devinez quoi ? J’ouvris la porte.
Et le monde s’écroula.
Et mon sourire s’évanouit.
Et mon verre s’en alla rencontrer le sol.

Je claquai la porte en hurlant et m’appuyai au cadre de bois, reprenant mon souffle et essayant de réfléchir. Merde. Merde. Merde. Claquer la porte au Maître des sangraves n’étant pas des plus recommandables, j’invoque à moi toutes mes bonnes résolutions et rouvris violemment. Et lui fis face.

Je n’allais plus me laisser impressionner. Ce masque, cette cape, cette gestuelle dominante, cette voix langoureuse et cet esprit tordu, j’allais y rester insensible. Mieux, j’allais les manipuler. Enfin, j’allais essayer. Ôtant les stigmates de panique naissante de mon visage, je me composai une expression provocante et désignai les cartons jonchant le sol au mileu d’un barda indescriptible (d’ailleurs, c’était surtout les cartons sur lesquels je voulais attirer l’attention, mais vu d’ici, le bazar que j’ai réussi à mettre dans l’appart’ saute aux yeux. Comme ça, même Magister saura que je suis une bordélique née, vive moi !)

« Si c’est du thé que tu veux, va sonner ailleurs. Ce n’est pas encore déballé. »

Puis, un petit sourire en coin et les yeux pétillants malicieusement, je rajoute :

« Je n’ai rien à t’offrir... »

Et je reste là, insolemment appuyée au cadre de bois, ne l’invitant pas à entrer. De toute façon, il s’imposera sûrement lui-même, autant m’épargner la peine d’être aimable. Après tout, peut-être que le bordel incommensurable le découragera ?


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Dim 5 Jan - 14:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chamidontrachiva





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Jeu 1 Aoû - 18:03









P
ersonne, à part Selemba, ne savait que le Maître des Sangraves, le Sombre Seigneur en Personne, Le Roi des Malfrats, le Prince du Crime, le Dieu des Gris Etc, prenait des jours de congé. Dans un premier temps, cette information pourrait constituer un risque pour sa petite entreprise, et secondement, et bien, il n'avait tout simplement pas envie que des crétins (comme Luka Goran par exemple) ne viennent jeter des coups d’œil envieux sur sa vie personnelle.
Vie personnelle ? Vous me demanderez avec de la haine plein les yeux (est-ce possible ? Oui je vous assure, ça s'appelle un regard qui tue, Magister était un spécialiste en la matière). Et bien oui, Magister en avait une. Infiniment petite, mais elle existait bel et bien. Elle existait et prenait une importance presque douloureuse la nuit, quand il en rêvait, au petit déjeuné, quand il constatait avec amertume qu'il était seul à s’attabler et qu'il n'y avait qu'un nombre de tartines limité (4) devant lui, l'après-midi, quand il s’ennuyait vaguement et ne rencontrait personne dans le couloir menant à ses appartements à part deux géants à l'intelligence discutable, en soirée, quand il se résignait à se coucher tôt sans sortir (et seul) et enfin la nuit, quand il retrouvait ses rêves.
Alors quand il arriva enfin à poser ses quatre jours de congé pour le mois de Féchau, il renonça à sa villa secrète perchée sur la côte de ****** et succomba à l'appel de son obsédante vie privée.
Qui en fait ne prenait la forme que d'une seule personne. Une petite personne qui ne devait même pas dépasser les un mètre soixante-dix et qui ne devait pas peser plus de cinquante cinq kilos (oui, il avait déjà fait l'estimation). Une petite personne qui était la seule capable de le détourner de son travail si prenant et frustrant, car elle avait la faculté extraordinaire d'être huit fois plus prenante et quarante et une fois plus frustrante que lui.  
Son Seul  Et Unique Amour, celle qui occupait toutes ses nuits et ses journées en brillant pas son absence. Une des rares personnes qu'il n'oserait jamais tuer, ou violenter, ou encore soumettre à une quelconque torture morale. Comme quoi, l'Amour peut vraiment vous pousser à revoir vos convictions personnelles.
Enfin, il faut vous préciser que ça, c'était avant.
Le coup du méchant-méchant très méchant qui se transforme en Barbapapa gris à chaque fois qu'il croise ses transcendants yeux dorés, c'était terminé.
Il faut vous expliquer : prenez un cocote minute. Elle chauffe. Chauffe. Hurle. Prévient que ça va péter. Chauffe encore. Chauffe toujours. Et à un moment ça pète. Cette image marche très bien avec le cas Magister : il s'était toujours comporté en gentleman avec Selena Duncan. Même pendant les dix années qu'il avait passé à moins de deux mètres de l'objet de tous ses désirs, jamais il ne lui avait fait le moindre mal, ne lui avait lancé le moindre sort. Il méritait d'être appelé Héros pour cette résistance et ce respect à toutes épreuves, car je peux vous l'assurer, ça n'avait pas été facile tous les jours.
Mais, comme la cocote minute, il avait fini par exploser.
Marre d'être traité comme un gentil toutou, marre d'être la risée des Omoisiens et des Sangraves qui inventaient des devises ignobles pour se payer sa tête (« quand il aura tiré son coup, même Demiderus sera au courant de là où il se trouve »), marre de ne plus faire peur à la veuve et à l'orphelin, BREF, marre de ne pas tenir son image de méchant sadique.
Alors il avait profité de ces vacances pour espionner gentiment Selena. Il se l'était formellement interdit pendant les derniers mois, tout simplement parce que la situation des Sangraves était trop critique pour tolérer une quelconque distraction. Mais maintenant que la situation s'était stabilisée, il pouvait revenir à son vice.
Comme d'habitude, la belle avait fuit pour se cacher dans un endroit qu'il ne serait pas susceptible de trouver (ahahah). Totalement seule et sans défense, elle s'était pris un appartement dans le centre et avait réussi à remballer Lisbeth qui l'avait laissé sans garde rapprochée (chapeau ma vielle tu as définitivement tout mon respect).
Trois petits sacs de crédits-muts passés à de bonnes mains, et il s'était trouvé en possession de son adresse et du code de son immeuble.
Comme personne ne savait où il se trouvait, il y était allé seul. Ca tombait bien, il ne tolérerait pas qu'on le dérange dans cette difficile et personnelle entreprise.

Et le voici donc seul, habillé avec un peu plus de classe que d'habitude ( masque doré bien astiqué, robe d'un rouge profond savamment repassée/pliée, gants de cuir noir d'aragne et bottines cirées), essayant de se tenir droit pour se donner une contenance, à sonner chez sa dulcinée avec culot.
Elle se serait sans doute attendue à ce qu'il entre en brisant sa fenêtre ou en incentant un Transmitus sur le tapis de son salon, mais comme je vous le disais, les choses avaient changé. Il avait décidé d’être moins théâtral, mais nettement plus efficace.
A la deuxième sonnerie, la porte s'ouvrit en grand, et son cœur rata un battement.
Il eu à peine le temps d'embrasser la figure en forme de cœur, les lèvres vermeilles, les yeux d'un magnifique doré, les divines boucles brunes et une vague de blanc et de noir, que déjà la porte se refermait sous son nez.
Il inspira un bon coup et sonna à nouveau. Il avait la faculté d'être incroyablement tenace. La porte se rouvrit miraculeusement, comme répondant à son appel. Oyéjesuistroppuissant.

Si c’est du thé que tu veux, va sonner ailleurs, ce n’est pas encore déballé. » Déclara la belle d'un ton sec en lui barrant élégamment le passage d'un déhanché qui lui fila un petit coup de chaud. Il préféra focaliser son intention sur le second plan, où s’étalaient cartons et boîtes en effet non déballés.

Je n’ai rien à t’offrir… » Continuât-elle avec un petit regard appuyé.

Si seulement tu savais....
Il tenta une première approche, et ne trouva rien de plus intéressant à dire que :
-Bonjour, ma douce

Mais bon, son ton de velours liquide répondait toujours présent, même dans les situations les plus stressantes. Il le bénit mentalement. Selena ne répondit cependant rien, comme insensible à sa prestance feinte. Il sentit pourtant sa petite bouche trembler.

-....Vu comme notre entretien se présente, je vais devoir m'imposer un peu, tu me pardonneras. (Comme d'habitude tu me diras) Je peux entrer ?

Il n'attendit pas sa réponse (« va te faire voir chez les Tatris espèce de malotru ») et la poussa gentiment sur le côté pour forcer le passage. Comme il s'y était attendu, sa dulcinée avait le goût des teintes claires, apaisantes. Si un jour ils se mariaient, ils allaient avoir une petite discussion au sujet de la déco, parce que lui il était nettement plus dans le trip marbre et noir.
Mais pour le moment ils avaient bien d'autres sujets d'engueulade.
Ne sachant pas trop où se diriger et ne voulant pas s'imposer plus que nécessaire, il se stoppa un peu bêtement au centre de l'entrée, faisant mine d'inspecter la pièce avec grand intérêt pour se donner un semblant de contenance.

Oh un miroir, comme c'est joli...oh un reflet comme c'est trognon...oh mais c'est moi.....c'te classe démoniaque.....

Puis réalisant qu'elle ne semblait pas vraiment être d'humeur à commencer la conversation, il se lança, lui tournant toujours lâchement le dos.

-Trop de temps s'est écoulé depuis notre précédente conversation, ma douce. Et trop d’événements importants aussi. D'ailleurs, je dois te présenter mes condoléances, je pense que c'est l'usage dans pareilles circonstances....

Et on applaudie très fort Mister Boulet !...diantre, mais pourquoi cette femme lui faisait-elle perdre tous ses neurones d'un simple regard ?
Il se tourna finalement vers elle dans l'espoir de se rattraper et lui adressa un petit sourire compatissant, ce qui resta bien entendu inutile, car invisible, ainsi planqué sous le masque. Il attendait cependant une réponse encourageante, qui l'aiderait à continuer sur sa lancée.



Je me suis permise de prendre ton code pour continuer, dis moi si ça te gène :)
Couleur : #cccccc [simple, efficace]

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autremonderpg.forumgratuit.org
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Dim 4 Aoû - 15:50









P
unaise.

« Bonjour, ma douce.»

Par mes ancêtres. Comment s’était-il introduit ici, comment m’avait-il dénichée, bref : qu’est ce qu’il foutait là ?! Qui donc au monde serait en mesure d’expliquer cet étrange phénomène physique : vous avez enfin fini par vous poser, vous n’avez absolument pas fini de vous installer, tout n’est encore que carton et objets éparpillés, et le foutu psychopathe qui vous poursuit depuis… Quoi ? Quinze ans ? Dont vous passez votre existence à fuir/à repousser ses avances/ à vous cacher de lui/ en bref,  à lui foutre râteaux sur râteaux, s’évertue encore et toujours à vous coller partout et à venir sonner chez vous ainsi ?
Franchement, la vie est vraiment dure parfois. Vous me direz, bah abandonne une bonne fois pour toutes, de toute façon il est voué à te dénicher où que tu sois, laisse tomber et sort avec lui, c’est bon quoi, tourne la page ! En plus c’est un beau gosse ! Et puis les méchants, c’est trooooop la classe intergalactique !
Laissez-moi gentiment vous remballer en vous disant que non, ce n’est pas aussi simple ; d’abord j’ai ma fierté, ensuite… Heum, question de principe, tout simplement. Peut-être est-il physiquement attirant mais… rhooh et puis vous m’agacez.

« ...Vu comme notre entretien se présente, je vais devoir m'imposer un peu, tu me pardonneras. Je peux entrer ? »

Krrhhhkrmbfquerdndfj. Décidément, je ne le connais que trop bien. Oh, bien sûr mon chou, que tu peux entrer. De toute façon, toutes les demeures que je ne pourrais jamais avoir seront pour toi des moulins dans lesquels tu pourras t’incruster à ta guise sans demander mon avis, visiblement. Et bien, félicitations mon ami, je crois que tu es magnifiquement bien parti pour me faire péter un câble. Ma bonne humeur n’est plus qu’un vague souvenir, à présent.

« Trop de temps s'est écoulé depuis notre précédente conversation, ma douce. Et trop d’événements importants aussi. D'ailleurs, je dois te présenter mes condoléances, je pense que c'est l'usage dans pareilles circonstances.... »

Je poussai un petit gémissement. Pourquoi avait-il remis ça ? Par mes ancêtres… Refouler cette effroyable tristesse au plus profond de mon être m’avait coûté tant d’efforts… Non, Selena, tu avais déclaré avoir surmonté cette épreuve… Ne craque pas… Pourquoi faut-il que tu cèdes à toutes les émotions qui ont le malheur de s’imposer à toi ?
Je ne me montrerai pas faible devant lui. Je ne me montrerai pas faible devant lui. Je ne…
Trop tard... je m’avance vivement vers la porte-fenêtre, le dépassant et lui tournant le dos, et m’essuie rageusement les yeux, en essayant de réprimer mes tressaillements.

« Merci… »

Le pire, c’était que je soupçonnais fort les sangraves d’être pour quelque chose dans l’affaire du meurtre de ma fille. Mais ça, je le découvrirai bien un jour. Si je pouvais soutirer auprès de Magister quelques informations ou quoi que ce soit qui pourrait me faire avancer dans mon enquête…

Et bien, je n’ai d’autre choix que de l’écouter. Je m’assis de nouveau sur le divan, occupant ainsi la seule place libre, le reste du canapé étant envahi d’affaires diverses et variées. Non, je ne m’abaisserai pas à dégager la place pour qu’il puisse poser son séant. Si l’envie lui prend de s’asseoir à mon côté, il n’aura qu’à tout pousser lui-même. Pourquoi m’obstiner à tout faire pour l’agacer ? Provoquer Magister est chez moi une seconde nature. C’est vraiment grisant, vous devriez essayer. Attendez, ce n’était pas moi qui était censée lui faire du charme pour qu’il me révèle plans et infos ? Hmm. Et puis slurk, il était inutile de s’appesantir pour si peu.
Ne m’occupant pas outre mesure du confort de mon « invité », j’ajustai mon chemisier, croisai les jambes et enroulai une boucle autour de mon doigt.
Je le détaillai en grinçant discrètement des dents. Je ne supportais pas chez lui cette suffisance, cette manière de s’imposer, et l’aura particulière qui se dégageait de tout son être. Une aura sombre, qui planait au dessus de vous et vous écrasait, vous dominait, vous soumettait, vous attirait. Cette allure supérieure, toute puissante qu’il avait, ça vous mettait forcément mal-à-l’aise. Ce détail dont je m’étais habituée avec le temps me semblait tout à coup plus distinct que jamais. Il semblait décidé, sûr de lui. Bref, ça n'augurait rien de bon. Je m’efforçai de durcir mon visage et l’invitai à continuer.

« Bon, je t’écoutes. Qu’est ce que tu avais de si important à me dire pour venir m’importuner ainsi dès mon arrivée ? Ou peut-être vas-tu sûrement me radoter les mêmes choses que d’habitude ? »

De la provocation. Encore et toujours. Il fallait pourtant que je change de disque, mais je n'arrivais pas à m'y résoudre.

~

Bien sûr que non, ça ne me gêne pas ! Au contraire, vive l'harmonisation des rps :happy: 



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Lun 12 Aoû - 11:03

Info Staff :Chamidontrachiva incarne Magister










M
erci… 

Ahah ! Il n'avait donc pas fait qu'une grosse boulette, car la belle semblait être dans un état de colère raisonnable. Il se félicita mentalement : le plus dur -l'approche- était passé. Grace à cette (brillante) introduction, il allait pouvoir se diriger tranquillement vers le cœur du problème, à savoir l'annonce de sa folle proposition.

Bon, je t’écoutes. Qu’est ce que tu avais de si important à me dire pour venir m’importuner ainsi dès mon arrivée ? Ou peut-être vas-tu sûrement me radoter les mêmes choses que d’habitude ? »

Oh tu sais, je peux faire les deux en même temps, je suis un homme très polyvalent...

Bon, allez gros malin, mieux vaut te lancer, comme ça ça sera plus vite fini.
Il se racla la gorge, failli lui demander de s’asseoir pour plus de sécurité, mais constata qu'elle ne l'avait pas attendu pour s'installer confortablement sur l'unique place disponible de la pièce. Il se tenait debout face à elle, comme un écolier timide débutant un exposé devant sa maîtresse. Son cœur battait comme après un sprint, comme à chaque fois qu'il se trouvait seul dans une pièce avec elle. Quand elle habitait encore avec Selena (hum, mais qu'elle idée délicieuse...) il arrivait à contenir ses émotions grâce à l'entraînement, car il la côtoyait plusieurs fois par jour, et ils en avaient tous deux pris l'habitude. Mais depuis qu'ils ne se rencontraient qu'en coup de vent entre deux attentats/prises d'otages/plans de destruction de l'univers, son corps semblait s'embraser et il en perdait les commandes : rougeurs, tremblements, mains moites, regard baladeur, il ne pouvait y couper. Pour ne pas perdre sa crédibilité il était obligé d'utiliser sa magie pour bloquer une partie de l'activité de son masque, qui avait la mauvaise habitude de se colorer suivant ses émotions. Si il ne faisait rien, il porterait en permanence un masque rouge pivoine en sa présence.
Il croisa ses mains derrière son dos et se lança, la fixant droit dans les deux (un des avantages du masque était l'impression de supériorité qu'il procurait : une sensation primaire qui consistait à voir sans être vu, la possibilité de pouvoir observer ce qu'il voulait sans que sa cible ne s'en rende compte. Ca marchait très bien avec la jeune femme).

-Je viens te proposer un marché. Avant que je n'en dise plus, tu vas devoir me promettre de ne pas m'interrompre, d'écouter mon offre jusqu'au bout et de peser chaque argument soigneusement. Je vais également devoir te demander de ne révéler à personne cette conversation. Je suis prêt à n'importe qu'elle extrémité pour t'y contraindre, si jamais ton intention était de me tromper.

Il commençait en douceur : il resservait le plus dur pour la fin. Déjà il voyait ses traits se durcir et son regard devenir plus perçant, ce qui la faisait dangereusement ressembler à sa mère, l'implacable Isabella Duncan. Mais elle ne l'interrompait pas, prête à entendre ce qu'il avait à dire. Il prit ça pour  un consentement.  A partir de maintenant, il allait devoir y aller avec précaution, plus par peur de la froisser et de la faire se bloquer définitivement que par peur d'une quelconque attaque magique. Après tout, le pouvoir de la jeune femme était ridiculement faible, et le sien pouvait la mater en moins d'une seconde si jamais la situation se corsait. Mais là n'était pas son intention.  

-....voilà. Rhum (du courage mon Magi, du courage. Dis le vite, comme quand on enlève un pansement. Cela fera peut être moins mal). Je te propose de faire ressusciter Tara.


Ca, c'est fait. /check/
Il expira à fond, sachant que c'était le moment d'attaquer, pour ne pas laisser à la jeune femme le temps de le jeter dehors. Il avait préparé son discours avec soin, et il le récita avec toute la persuasion donc il était capable. Et, c'était d'ailleurs l'un de ses atouts majeur, il avait la faculté d'en avoir beaucoup.

-Je peux agir comme le prévoyait ta fille pour faire revenir Danviou, à la différence près que moi, je sais lire une recette correctement et y ajouter les bons élèvements. Concrètement, j'ai réuni tous les ingrédients et la potion ne va pas tarder à arriver à maturité. Si nous parvenons à retrouver le corps de ta fille (et mes sources m'ont annoncé qu'il se trouvait dans le palais Impérial à Omois), ce sera un jeu d'enfant : le fantôme de Tara pourra tout naturellement regagner son enveloppe charnelle, sans que les autres fantômes n'arrivent à passer la brèche qui nous sépare d'OutreMonde. Je possède les connaissances suffisantes pour la remettre sur pieds, ainsi que pour entretenir son corps jusqu'à son retour. Les Objets démoniaques qui se trouvent en ma possession assurerons la réussite de l'opération.

Il sentit clairement la panique voiler les beaux yeux de sa dulcinée, mais il ne lui laissa cette fois encore pas le temps de protester. Il s'emporta, et son discours devint plus passionné et un peu plus décousu.

-Tu imagines, ma chérie ? Tu imagines, pouvoir serrer ta fille de nouveau dans tes bras, lui dire à quel point tu l'aimes, et oublier ces mois de deuil et d’absence ?

Il tomba quasiment à ses genoux (bien fait pour toi, tu n'avais qu'à me donner un siège, espèce de petite peste) et s'approcha d'elle, l'implorant silencieusement le temps de reprendre son souffle. Il se sentait comme un de ces grands acteurs, qui interprètent des figures tragiques et montent sur scène, tout le public en suspend, à la merci de ces lèvres, dans l'attente des mots connus de tous et adorés. Il se sentait puissant tout d'un coup, la gène semblait s'être envolée, et il pouvait presque palper l'emprise qu'il avait sur la jeune femme. Lentement mais sûrement, il commençait à voir qu'elle doutait.
Il posa ses mains gantées sur les fins genoux (pas fou, il s’interdit de monter plus haut ou de les serrer trop fort) et leva son masque vers le visage de Selena. Pour une fois il regretta qu'elle ne puisse pas voir son visage : il était terriblement convaincant.
Sa voix de velours liquide, rendue un brin plus aiguë par l'excitation, était entrecoupée par un souffle haletant, fou, hystérique.

- Bien entendu, je demande quelque chose en échange. Mais je t'assure que le prix à payer n'est rien par apport à ce que je te donne. Le plaisir d'être mère à nouveau, de retrouver un enfant perdu et de ne plus être séparée d'elle. Jamais.

fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Sam 17 Aoû - 10:26









J
e viens te proposer un marché. Avant que je n'en dise plus, tu vas devoir me promettre de ne pas m'interrompre, d'écouter mon offre jusqu'au bout et de peser chaque argument soigneusement. Je vais également devoir te demander de ne révéler à personne cette conversation. Je suis prêt à n'importe qu'elle extrémité pour t'y contraindre, si jamais ton intention était de me tromper. »

Ça commençait bien. Menaces à la clé. Toujours aussi délicat, à ce que je peux voir. Et bien sûr que je ne vais pas t’interrompre, ce n’est pas comme si j’avais autre chose à faire. Enfin, à part vaquer aux occupations auxquelles s’adonnent les personnes normales, à savoir finir d’emménager tranquillement, déballer la vaisselle et commencer à préparer le repas, car il se fait tard. Mais apparemment, n’étant pas une personne normale, je suis dans le devoir d’écouter un terroriste dans mon salon me débiter des discours louches. Boooon, toutefois, ne jugeons pas trop vite. Laissons-lui sa chance, à cette ordure.

« voilà. Rhum... Je te propose de faire ressusciter Tara. »

Arghl !

Oh. Mon. Dieu. Quand je parlais de marché louche, je… Par mes ancêtres !
Avec des grands yeux épouvantés, j’allais le stopper en hurlant qu’il était décidément bon pour l’asile, et que ce n’était pas possible. Il ne FALLAIT pas recommencer les erreurs passées. Il ne me laissa pas en placer une.

« Je peux agir comme le prévoyait ta fille pour faire revenir Danviou, à la différence près que moi, je sais lire une recette correctement et y ajouter les bons éléments. Concrètement, j'ai réuni tous les ingrédients et la potion ne va pas tarder à arriver à maturité. Si nous parvenons à retrouver le corps de ta fille (et mes sources m'ont annoncé qu'il se trouvait dans le palais Impérial à Omois), ce sera un jeu d'enfant : le fantôme de Tara pourra tout naturellement regagner son enveloppe charnelle, sans que les autres fantômes n'arrivent à passer la brèche qui nous sépare d'OutreMonde. Je possède les connaissances suffisantes pour la remettre sur pieds, ainsi que pour entretenir son corps jusqu'à son retour. Les Objets démoniaques qui se trouvent en ma possession assureront la réussite de l'opération. »

J’essayais désespérément de réfléchir de façon rationnelle, mais il était comme ces hommes politiques, qui vous embrasent avec leurs discours qui font mouche. Qui font monter en vous l’enthousiasme, l’euphorie et surtout l’espoir. Après ça, vous vous sentez capable de soulever des montagnes, de changer le monde, et vous êtes contaminée par l’hystérie de votre interlocuteur.  

« Tu imagines, ma chérie ? Tu imagines, pouvoir serrer ta fille de nouveau dans tes bras, lui dire à quel point tu l'aimes, et oublier ces mois de deuil et d’absence ? »

Oh oui ! Comme je peux imaginer ! Cette tristesse dévorante pouvait ne plus être !  Tout rentrerait dans l’ordre, comme tout aurait dû être ! Cela pouvait être possible ! Ce fol espoir, je pouvais le caresser, le toucher… Je ne fis même pas attention à la dangereuse proximité de Magister. Dans ma tête résonnait une unique phrase : tout peut s’arranger !

« Bien entendu, je demande quelque chose en échange. Mais je t'assure que le prix à payer n'est rien par apport à ce que je te donne. Le plaisir d'être mère à nouveau, de retrouver un enfant perdu et de ne plus être séparée d'elle. Jamais. »

Vous imaginez ? On vous a arraché vos trois enfants. Conséquence : vous n’avez pas eu l’incroyable bonheur maternel de voir grandir et s’épanouir votre progéniture. Et quand vous les retrouvez enfin, quand vous pouvez enfin goûter à ce bonheur, la Mort vous l’arrache aussi sec. Tara est partie. Cette atroce vérité, il n’y a plus que ça qui compte ; elle s’impose cruellement dans votre esprit, en permanence. Alors vous passez des longues semaines de deuil, de larmes, de désespoir. Une véritable torture psychologique. Vous ne vous en relèverez jamais vraiment. Vous vous consolez amèrement en vous persuadant qu’elle est heureuse, avec son père. Mais au fond, vous êtes comme les autres humains : égoïste et faible. Votre cœur souffre trop de son absence. En tant que mère, vous la voulez auprès de vous, peu importe les conséquences. Et vous voulez saisir cette chance qui s’offre à vous, par tous les moyens.

Je me levai, le repoussant doucement, et me mis à faire les cents pas dans le petit salon (en essayant vainement de shooter le moins possible dans les objets au sol). Je murmurai, plus pour moi que pour autre chose.

« Oh… Je… Vois. Mmmmh… Oooh, par mes ancêtres… »

Evidemment qu’il y a un prix ; cela me refroidit quelques peu. Rien n’est gratuit avec lui. Mais je ne peux pas laisser passer cette opportunité. Il m’a eue.

Il y a cette petite voix dans ma tête : « On ne joue pas avec ces choses-là. On ne joue pas avec la Magie Démoniaque, encore moins avec la Mort. Voyons, Selena, ça irait à l’encontre de tous tes principes, de tes idéaux, de tout ce que tu as toujours cru. Et on ne s’allie pas avec Magister. On ne reçoit rien de sa main. On ne passe pas de marché avec lui. Tu as déjà essayé, il est sorti gagnant. Tu es trop naïve, tu vas te faire rouler. Et puis, Tara est heureuse avec son père, enfin à l’abri. Ne te laisse pas berner, résiste à la tentation, ne sois pas faible. »

Non. J’estime avoir assez souffert. D’abord mon père, puis Danviou, et enfin Tara. Cette fois, ça ne se passera pas ainsi. Pour une fois, je préfère m’abandonner au vice que d’écouter ma raison. Je vais jouer. Si je perds, ce ne sera qu’une déception de plus. Mais c’est bien trop tentant pour être décliné.

Mes yeux se tournèrent vers le porteur de cette merveilleuse offre. La petite voix intérieure qui me hurlait « Grosse, énorme, GIGANTESQUE connerie ! » fut plus insistante que jamais. Je n’en fis rien. Pour une fois, je n’allais pas me prendre la tête avec mes dilemmes intérieurs. Marre, vous comprenez, MARRE de tout ça. J’allais marcher dans son jeu, et tant pis si je m’y brûlais les ailes.

Magister paraissait… Survolté. Intenable, vous voyez ? Cela me fit peur. Me terrifia. Je me sentis très mal, tout d’un coup, épouvantée quant à ce qu’il allait me demander ; je m’attendais à tout et n’importe quoi. Je me sentais piégée, mon ventre se noua atrocement. Après quelques minutes de plus d’hésitation et après m’être assurée que ma voix ne déraillerait pas, je déclarai en le regardant droit dans les yeux (enfin le masque). Si je paraissais pleine d’assurance, il n’en n’était rien intérieurement.

« Je dois bien reconnaître que c’est intéressant (je pris une grande inspiration). Quelles sont les conditions ? »

À chaque instant, je ne pouvais m’empêcher de craindre qu’il me saute dessus. Vous voyez l’image du canari tremblant face au chat ronronnant qui se prépare à bondir ? Ça collait parfaitement. Sauf que contrairement au canari, ben je n’ai pas d’ailes.


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Sam 24 Aoû - 8:15









J
« e dois bien reconnaître que c’est intéressant. Quelles sont les conditions ? »

Ils entraient dans le vif du sujet, mais au point où il en était, Magister ne rougit même pas en annonçant d'une voix résolue :

-Tu dois t'en douter ma douce. Ce que je veux en échange, c'est toi.

Après tout c'était un sadique qui avait trucidé/torturé/enlevé/manipulé des dizaines de personnes, donc annoncer à la femme qu'il aimait (d'un amour sincère en plus) qu'il la désirait ne devait pas lui faire froid aux yeux. Mais étrangement, l'homme masqué n'avait pas l'habitude de s'attarder sur de tels détails techniques. En temps normal devant Selena, il se contentait du speetch habituel (« je t'aime, viens avec moi. Viens avec moi sinon je deviens méchant. Selena je t'en prie. Je t'aime très fort. Plus fort que tout. Viens avec moi. Ok d'accord. Pas taper pas taper. Au revoir »), mais aujourd'hui tout était différent : il pouvait réellement lui offrir quelque chose qu'elle désirait plus que tout. Il avait de la valeur à ses yeux, et son message était donc infiniment plus recevable. Il pouvait donc se permettre de dépasser les bornes habituelles pour s'aventurer sur le terrain dangereux des désirs et autres discutables demandes.

Il y eu un long silence, et il sentit très clairement que les minutes qui passaient étaient décisives pour lui : ces précieuses secondes de réflexion allaient décider de son bonheur, de son avenir, de la raison de vivre qui allait l'habiter pendant plusieurs mois si elle acceptait les termes du marché.
Il décida d'être un peu plus clair, et se leva doucement (ouaiwe ça craque les genoux), s'approchant d'elle à pas de loup, mais restant attentif à laisser une distance raisonnable entre lui et la belle qui lui tournait le dos. Il voulait la laisser décider par elle même, et non la contraindre. Enfin pas pour le moment (il ne s'y résoudrait que si elle venait à vouloir le trahir et à ne pas respecter sa part du contrat).

-Concrètement, je ne demande pas la lune. Je sais très bien que tu ne m'aimeras pas sur commande et que les sentiments ne ...marchent pas comme ça.

Et oui, je ne vous l'avez pas précisé, mais Magister est un pro du sentiment. Il en raffole, c'est fou.
Il avait tout de même mis quinze ans à se rendre compte que la jeune femme ne pouvait tout simplement pas tomber amoureuse de lui juste parce qu'il le lui ordonnait, et même que ça la rebutait plus qu'autre chose. Le Magister d'autrefois se serait peut être encore obstiné, mais lui aujourd'hui n'en avait plus l'intention du tout. Il ne voulait pas son amour, car il savait qu'il lui serait éternellement refusé. Il ne voulait pas non plus qu'elle joue la comédie et qu'elle tienne le rôle d'une épouse fidèle et fade, éperdument amoureuse à ses côtés. Non, ce qu'il voulait était quelque chose qu'elle pouvait lui donner sans prétendre et qu'il avait toujours refusé prendre de force à la Forteresse Grise, quand elle dormait à quelques pas de sa chambre.

Il n'aurait jamais osé à l'époque, tout simplement parce que ce n'était pas son genre. Il avait une éducation quand même. Et aussi parce venait de tuer son mari et de ruiner sa vie de famille dans le même temps : il ne voulait pas abuser non plus.
Mais les temps avaient changé, Selena n'avait plus d'attache, plus de mari et surtout avait évolué pour devenir une femme forte et déterminée prête à tout tenter pour protéger les personnes qu'elle aimait. Lui était devenu plus puissant et plus redouté encore, et il avait abandonné en chemin ses bonnes résolutions comme ses bonnes manières.

-Je te demande juste (aaaaah comment formuler ça par Demiderus?) de..d'être à moi une semaine.

Bon, franchement il n'avait jamais décidé précisément pendant combien de temps elle allait devoir être avec lui, mais sous le coup de l'émotion sa langue avait décidé pour lui. Nan mais c'était bien, il était content, ça lui allait bien une semaine, il n'allait pas se plaindre. Par contre la formulation de la demande avait été très moyenne : il passait pour un pervers de bas étage demandant à une prostituée de monter dans chambre pour une durée astronomiquement longue. Ce n'était pas ainsi qu'il s'était imaginé proposé à Selena de céder à ses avances.
Mais que voulez-vous, personne n'est parfait.
Il se dépêcha de développer un peu maladroitement sa proposition en essayant de la rendre moins rebutante :

-Ce que je veux dire pas là, c'est que tu m'accompagnes une semaine dans ma nouvelle Forteresse. Je veux que tu apprennes à me connaître réellement, autrement qu'en étant ma prisonnière ou mon otage.

On va jouer aux échecs et parler littérature, comme ça tu tomberas sous mon charme et en plus pendant notre temps libre, on ressuscitera ta fille dans la joie et la bonne humeur. Ça te tente ma vielle ?

fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Dim 25 Aoû - 17:03









T
u dois t'en douter ma douce. Ce que je veux en échange, c'est toi.
Concrètement, je ne demande pas la lune. Je sais très bien que tu ne m'aimeras pas sur commande et que les sentiments ne ...marchent pas comme ça. Je te demande juste de…d’être à moi une semaine. Ce que je veux dire pas là, c'est que tu m'accompagnes une semaine dans ma nouvelle Forteresse. Je veux que tu apprennes à me connaître réellement, autrement qu'en étant ma prisonnière ou mon otage.
»

Je gardais le silence. Qu’y avait-il à répondre ? Pas grand-chose. Avais-je le choix ? Pas tellement. Je me retins de hurler de rage. Trop puéril. Il m’était tout simplement impossible de refuser ce marché, l’enjeu était trop grand. Après tout, ce n’était pas la mer à boire… Il ne demandait pas la lune, comme il l’avait si bien dit…. Donc, j’allais devoir prendre sur moi et encaisser comme une grande. Raaaaaahhhh ! Mais quel salopard ! Comment ose-t-il me coincer comme ça ? Certes… je suppose que je l’ai bien mérité, depuis le temps que je me paye sa tête… Enfin, non. Je ne me paye pas sa tête. Quand une femme recale un homme et lui annonce clairement qu’elle n’est pas intéressée, l’homme est censé lâcher l’affaire et aller voir ailleurs, dépité. Mais il n’est certainement pas censé la harceler ainsi, par tous les Dieux d’Autremonde !

Bon, ça ne sert à rien de me lamenter. Magister est Magister. Vous savez quoi ? Je hais Danviou. Indirectement, c’est à cause de lui si je me tape ce taré démoniaque encore aujourd’hui. Je dis n’importe quoi, je me tais.
J’essaye de durcir davantage mon visage –si c’est encore possible- et, me retournant, je m’approche doucement et lui attrape le col, sifflant entre mes dents et abandonnant mes bonnes manières :

« T’es vraiment qu’un sale enfoiré. Pourquoi tu n’irais pas te faire foutre, pauvre ordure ? Va autrechoser avec quelqu’un d’autre, au lieu de t’acharner sur moi, bon Dieu ! », crachai-je.

Pour ainsi reprendre le terme inventé par Tara. Cela m’avait fait exploser de rire à l’époque ; aujourd’hui, beaucoup moins. Bref, ce devait être bizarre à voir. Il mesure quand même une bonne tête de plus que moi, arbore une jolie carrure de boxer, n’est pas réputé pour son sens de la patience, et je lui crache tranquillement des insultes au visage. Ironique, non ? Franchement, quel couple nous formerions ? On s’engueulerait pour un oui pour un non, et ce serait à qui contredirait le plus l’autre… Enfin, ce n’était pas vraiment le moment idéal pour penser à ça.

Je recule un peu, me calmant dans un profond soupir (avant qu’il ne décide de me faire payer ma grossièreté), et tendis nerveusement la main, de mauvaise grâce.

« Laisse tomber. Marché conclu. Je viens avec toi et ferai... (ne rougis pas ‘Lena tu en as vu d’autres !) euh, ce que tu voudras ; toi tu ramènes ma fille. »

Voilà. Tais-toi, petite voix, la connerie est faite. Notre pacte scellé, je le saluai d’une révérence moqueuse et d’un sourire effronté.

« Laisse-moi juste le temps de rassembler quelques affaires. Ça ne devrait pas être long, puisque je n’ai même pas pu les déballer ! »

Sur ce, je quittai vivement la pièce, le laissant planté au milieu du salon (décidément, toute en politesse et en finesse. Je suis une mauvaise hôtesse ? Pas du tout, je veux juste lui montrer un petit aperçu de la vie de couple que nous aurions :kiwi:), et me dirigeai vers la chambre, dont je claquai bruyamment la porte pour plus d’intimité en hurlant « J’en ai pour cinq minutes, tu peux bien attendre ! » et commençai à rassembler rageusement les cartons de vêtements. Je réveille Sembor sans ménagement.

« Vraiment désolée mon vieux. On doit encore repartir. Ne t’inquiète pas, je t’expliquerai (dis-je avec une petite grimace). Allez, viens, on part en vacances. Pendant une semaine. (soupir) »

Quelques instants plus tard, je regagne le salon, accompagnée du puma (à l’air maussade. Si tu savais mon vieux.), deux imposants cartons dans les bras et quatre autres lévitant derrière dans un halo doré (tant bien que mal).

« Je vais rater le pot de bienvenue chez les voisins, mais tant pis. On peut y aller, Mag’. »

~

..T'as pas fait ça ? Mais si, t'as mis Loki sur l'avatar de Magi xD ! Le pire, c'est que c'est classe **
Bref, ct'à toi bril 


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Mer 28 Aoû - 17:13









S
e faire violenter par Selena était un événement inouï, rarissime, frôlant l'absurdité totale, et presque beau à regarder. La proximité n'arrangeant rien (elle collait son visage à quelques centimètres à peine de son masque, et Magi se fit la réflexion que c'était la deuxième fois en trop peu de temps qu’il regrettait d'en porter un) le terroriste masqué se sentit soudain tout chose.
Il était définitivement perdu : même après s'être comporté comme le pire des salauds, il était prêt à se damner pour avoir un peu d'amûr. Pitoyable.
Mais en fait non, attendez : ce n'était plus pitoyable du tout, vu qu'il allait avoir ce qu'il voulait (pour une fois!). Son désir et son amour n'étaient plus honteux, puisqu'ils allaient être satisfaits. Ils ne lui apporteraient plus du manque, de la frustration et de la souffrance, bien au contraire. Il se sentit soudain empli de joie et de détermination. Selena allait être à lui. Après tant d'attente, de sang et de larmes, la belle allait lui appartenir. Pour un laps de temps assez court, certes, et seulement parce qu'il exerçait sur elle un ignoble chantage, mais vous savez comme c'est dans la vie : on a rien sans rien.

- T’es vraiment qu’un sale enfoiré. Pourquoi tu n’irais pas te faire foutre, pauvre ordure ? Va autrechoser avec quelqu’un d’autre, au lieu de t’acharner sur moi, bon Dieu ! »

Hum....réaction prévisible. Et lui qui ne voulait pas passer pour un obsédé sexuel ! Et ba c'était raté (enfin si il interprétait correctement l'étrange verbe "autrechoser". Il faudrait qu'il pense à lui demander des explications)...Mais il fallait le comprendre : il n'avait pas beaucoup eu de d'affection et de présence féminine depuis ces dernières années. Bien entendu, il y avait bien Selemba, sa dévouée vampyr qui s'était déjà maintes fois proposée à lui, de façon plus ou moins subtiles. Au début il avait fièrement refusé, étouffant ses avances en faignant une innocente incompréhension. Et puis Selena était arrivée dans sa vie, apportant du même coup une douce et terrible frustration qu'il avait dû maîtriser tant bien que mal. C'est dans ces moments là, où il se disait que vraiment, la jeune femme n'était pas loin de lui et totalement sans défense, qu'il appelait la terrible et loyale vampyr, trop heureuse pour lui poser des questions.
Mais les services qu'elle lui proposait l'avait rapidement lassé. Seule une unique femme comptait dans sa vie, les autres n'étaient pas bien intéressantes, et Selemba bien trop soumise pour que la reddition soit agréable. Ce qu'il voulait, c'était conquérir, dominer, assouvir sa victime.
Selena ne se laissait pas faire, et rien que la perspective d'un acte sexuel avec elle lui était comme impossible à imaginer. Son attirance allait au delà de ça. Ou du moins il l’espérait fortement : il se sentait bien trop supérieur pour qu'un simple besoin physique le touche, ce n'était pas digne de son amour ravageur.
Enfin ça c'était la version officielle. Secrètement, le besoin physique se faisait de plus en plus fortement senti, et son imagination était, étrangement, beaucoup plus facilement sollicitée. D'où son offre, que la belle avait interprété certes, un peu brutalement, mais avec justesse.  Mais elle était prévenue, et si elle acceptait, alors il se sentirait parfaitement dans son droit.

« Laisse tomber. Marché conclu. Je viens avec toi et ferai..euh, ce que tu voudras ; toi tu ramènes ma fille. »

Il hocha sobrement la tête, et elle lui tendit la main comme pour la lui serrer, à la mode terrienne. Le Sangrave esquissa un sourire de plaisir, attrapa son bras avec délicatesse et dénuda du bout des doigts son poignet : il en avait besoin pour celer leur accord. Il fit de même avec son avant bras, retroussant tant bien que mal sa lourde cape grise. Rester concentré. Ne pas regarder d'un œil émut leurs deux peaux côte à côte. Se....concentrer.

-Ca ne prendra qu'un instant, mais tu dois comprendre que je ne tolérerais aucune tricherie...

Sans incenter, il leva sa main libre au dessus de leur mains liées, et sa puissante magie de couleur noir les frappa et les entoura comme un brouillard épais. Puis, toujours très rapidement, le brouillard se dissipa, laissant leurs deux poignets marqués de glyphes discrètes qui devinrent invisibles en quelques secondes. Ils étaient à présent liés par un pacte immuable qu'aucun d'eux ne pourra briser. Le cœur de l'homme s'affola, comme s'il était redevenu un gamin excité à la vielle de noël. Selena était un cadeau qui valait bien le coup d'être impatient.
Elle enleva précipitamment sa main et se détourna de lui.

- Laisse-moi juste le temps de rassembler quelques affaires. Ça ne devrait pas être long, puisque je n’ai même pas pu les déballer ! »

Heu....serait-ce un reproche ?
Il voulu lui signifier que c'était juste pour une semaine et qu'elle n'avait pas besoin d'apporter tout le contenu de sa maison avec elle, mais avant qu'il n'ai pu réagir, la belle claqua la porte derrière elle et revint quelques minutes plus tard accompagnée de son familier...et d'une quantité effarante de cartons qui flottaient derrière elle.
Était-elle consciente que le Transmitus qu'il allait devoir incenter pour déplacer tout ce bazar allait devoir être d'une puissance phénoménale ? Apparemment non. Mais qu'importe, la sensation de victoire qui occupait tout son esprit le mettait dans d'excellente dispositions. Qu'elle emporte la totalité de son immeuble si elle le voulait, il était prêt à céder à tous ses caprices !

-Nous y allons ? Demandât-il en l'aidant à faire flotter ses bagages d'un geste évasif de la main.

La voyant prête, il se concentra brièvement pour que le Transmitus opère.
Le temps de cligner les yeux, et ils étaient dans une prairie un brin humide, entourés d'une forêt et d'un marécage. Il ne pouvait raisonnablement pas se téléporter immédiatement dans sa Nouvelle Forteresse Grise, qui lui était infiniment précieuse : il y avait toujours se risque de tracement magique qui le faisait craindre en permanence pour son repaire. Il devait donc passer par une autre destination, puis se servir de la science de ce bellâtre de Medelus pour voyager jusqu'à son antre. Ce qu'il était sur le point de faire.
Il fit signe à sa passagère de ne pas bouger et de rester près de lui, puis il agrippa d'une main un peu trop entreprenante sa taille, pour ne pas qu'elle soit arrachée à lui et qu'elle se désintègre dans un vortex magique (c'était une mort horrible qui serait assez idiote).
Il la serra un peu plus fort que nécessaire contre lui, enivré par la proximité, la perceptive de la semaine délicieuse qu'ils allaient passer ensembles, et il sentit la magie grésiller autour d'eux, puis les emporter... ailleurs.

○○

Ils se matérialisèrent dans la salle de Transfert illégale de la Nouvelle Forteresse, et il s'empressa de la lâcher (mieux valait se tenir sage, au moins jusqu'à ce qu'elle ai digéré leur contrat).

-J'ai réalisé les plans de cette Forteresse sur le même modèle que la première. Expliquât-il en la laissant poliment passer devant lui pour quitter la salle magique, et mes appartements sont toujours équipés d'une suite...d'amis. Tu va pouvoir t'y installer.

Il n'ajouta pas « comme avant » pour ne pas paraître indélicat, mais cela se sentait dans son ton mélancolique. Ils traversèrent les couloirs sombres sans un mot, dévisagés avec étonnement par les Sangraves de passage, qui étaient visiblement en train de se dire que leur maître (ce coquinou !) était décidément pas si manche que ça, puisqu'il était -enfin- arrivé à ses fins ! (on s'échangeait ici et là des bourses généreuses de crédit-muts, mais le maître des Sangrave fit semblant de ne pas le remarquer).
Arrivés dans le long couloir désert qui menait à la porte de sa chambre et de la sienne, il retint sa respiration, se demandant bien ce qui allait pouvoir se passer. Une fois devant celle ci, il s’éclaircit la voix et resta sur le seuil comme un timide adolescent inexpérimenté.

-Heu...et bien voilà (woaaa mais quel sens remarquable de l'introduction!) je vais te laisser t'installer...

Au même moment il se souvint de l'existence des cartons qui avaient sagement flottés derrière eux tout le long du trajet, et ils les déposa à terre avec soin (il la croyait bien capable d'avoir apporté toute sa vaisselle...).

-Nous dînons à 20 heures. Je...j'aimerais que tu sois avec moi pour dîner, je veux dire. Voilà. Un mangeur de boue viendra te chercher. Ou peut être un Efrit, ça sera sans doute plus agréable pour toi.

Il essaya d'occuper ses mains pour se donner une contenance, et regretta de ne pas avoir des poches arrières. Il se contenta donc de les croiser devant lui assez inutilement.

-Et bien...bonne soirée alors. Enfin, à toute à l'heure.

Et il s'enfuit d'un pas rapide pour aller s'enfermer dans ses propres appartements, histoire de réaliser ce qui se passait et de se remettre de ses émotions fortes.


~

J'ai utilisé Loki pour aller avec le gif, pi après je me suis dis que son expression correspondait bien à Magister **

J'ai pris quelques libertés, j'espère que tu pourras enchaîner comme tu le souhaites...je sens que ce rp va partir en cacahuètes moi UU



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Ven 30 Aoû - 19:35









N
ous y allons ? »

Mon « M’oui » fut quelque peu étouffé par le soupir d’effort que les lourds cartons me firent pousser. Cela pèse son poids, la précieuse porcelaine omoisienne, mine de rien. Pourquoi ai-je emporté ma vaisselle ? Hmm, vous posez trop de questions. Sa magie à lui prit la relève, ce que j’accueillis avec soulagement (pour une fois). Trop aimable.

Le Transmitus nous emporta et la frustration de devoir laisser derrière moi mon nouveau chez-moi –bref refuge de tranquillité qui n’aura pas duré longtemps- me fit serrer les poings. Allez, ce n’est que pour une semaine, tu peux bien endurer cela.
Nous réapparûmes au milieu d’un marais ; je haussai un sourcil incrédule, puis décidai de ne pas chercher à comprendre.

○○

♪ Vous avez atteint votre destination. ♪ Damned. Des murs gris, un plafond gris, un sol de mille nuances de gris, idem pour les meubles, absence totale de déco, petit comité d’accueil d’individus en robe grise. Home, sweet home ! Non mais regardez-moi cette bande d’enfoirés masqués qui nous dévisagent en chuchotant et en concluant de stupides paris.

« J'ai réalisé les plans de cette Forteresse sur le même modèle que la première. Et mes appartements sont toujours équipés d'une suite...d'amis. Tu va pouvoir t'y installer. »

Le même modèle que la première ? Mon sens de l’orientation franchement discutable t’en remercie. En silence, nous montons d’innombrables escaliers, traversons des couloirs tous semblables les uns aux autres, et arrivons enfin au « donjon ».

« Nous dînons à 20 heures. Je...j'aimerais que tu sois avec moi pour dîner, je veux dire. Voilà. Un mangeur de boue viendra te chercher. Ou peut être un Efrit, ça sera sans doute plus agréable pour toi. »

Je ne répondis pas. Cette foutue bâtisse réveillait en moi des souvenirs pour le moins désagréables... Croyez-moi, je me retenais très fort pour ne pas craquer et me rouler par terre en hurlant que je veux partiiiiiiir, je veux rentrer chez moiii... ! Ce serait puéril, et parfaitement inutile, je vous l’accorde.
Il me laissa là, avec mes cartons, et partit s’enfermer dans la suite à côté. J’entrai dans la mienne (aux tons lumineux et rosés) sans cesser de soupirer d’exaspération. Me revoilà transportée au « bon vieux temps »... Laissant Sembor reprendre sa sieste interrompue –et ben, mon vieux, toute cette histoire n’a pas l’air de te traumatiser tant que ça, si tu pouvais me transmettre ta plénitude !- sur le lit à baldaquins, je posai mes affaires et regardai mon hor. Il me restait deux bonnes heures à occuper intelligemment avant le dîner. Je fis d’abord ma toilette, me changeai, inspectai le coffre de vêtements visiblement choisis par les soins de Mag’, constatai que la plupart étaient de magnifiques robes moulantes aux tons foncés et à la coupe échancrée ( !), songeai un instant à enfiler un vieux pull moche pas sexy pour le provoquer, me ravisai parce que j’avais décidé de ne pas m’enlaidir rien que pour cet abruti, revêtis donc une des superbes robe (bordeaux), bataillai avec mes boucles pour finalement les laisser tel quel, renversai le tiroir à maquillage et tout son contenu à terre, jurai, et sortis enfin de la salle de bain, apprêtée.

Voyons donc la bibliothèque, qu’on rigole un peu. Des classiques autremondiens, mais aussi terriens. Cela a dû lui coûter une fortune à les faire importer. A moins qu’il ne les ait volés, ce qui paraît probable. Notre Dame de Paris, le Fantôme de l’Opéra, la Belle & la Bête... Est-ce moi où je sens venir un thème ? M’enfin. Je pris un des livres, m’installai confortablement dans un fauteuil et lus.

Jusqu’à ce qu’on frappa à la porte. Je saluai froidement l’Effrit et le suivit. Magister vint m’accueillir et me conduisit à sa salle à manger privée, où la table était dressée. Marbre noir et murs gris, s’ilvousplaît. Un peu stressée et toujours avec cet atroce nœud au ventre, je pris place en face de lui. S’ensuivit un lourd silence gênant.

« Heum... Tu peux me passer le pain, s’il te plaît ? »

Je ne voulais surtout pas essayer d'anticiper ce qui aller se passer après le repas. Je préférais attendre d'être devant le fait accompli. Parce qu'anticiper, ça me donnait des vertiges.



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Jeu 5 Sep - 17:39









A

chèves moi à petit feu, tortures moi, fais moi souffrir, maintenant je m'en contrefiche. A partir de maintenant tout de suite, la douleur qui s'apparentait à ton nom et à ton visage m'est devenue incroyablement délicieuse. Je souffre dans la plus magnifique des jouissances. Je suis amoureux. Je conviens que cela n'est pas nouveau, mais pour moi ça l'est : pour la deuxième fois de ma vie, je suis sur le point de partager quelque chose avec la femme que j'aime. Pas une séance d'arrachage d'ongles, pas un duel à mort et encore moins mes plans de conquêtes inter-planétaires, non : un dîner. Une activité romantique, parfaitement seine et conviviale. Que je n'ai pas souvent mené à bien, je dois l'avouer, surtout que ce genre d'exercice regorge de pièges perfides dans lesquels je ne me permettrais pas de tomber, surtout pas ce soir, surtout pas maintenant, surtout pas avec elle, surtout pas dans de telles conditions.
Piège number one que je me dois de déjouer (et d'une importance considérable) : l'ambiance.
Elle ne doit pas être trop lourde, car cela rappellerait notre pacte et la façon peu louable par laquelle j'ai gagné ledit dîner. Il ne faut surtout pas que j'instaure une relation dominé/dominant, cela n'est pas du tout digne du gentleman que je veux devenir à ses yeux. Cependant il ne faut pas qu'elle oublie qui je suis, je dois donc évoquer en douceur ma supériorité et le fait qu'elle me doive respect et obéissante (ohpartouslesdieuxd'autremondecequej'aimecettephrase). Il faut que donc que je trouve le juste milieu entre « tu esquisse un geste vers cette fourchette et je t’assomme avec un Carbonus dont tu te souviendras longtemps » et « tu as apporté une bouteille de rosé ? Mais il ne fallait pas espèce de petite coquine ». Un jeu d'enfant.
Piège number two : la conversation pendant la dîner. Elle ne doit pas être inexistante, même si le repas est très bon (et cela je peux le garantir, je connais mes cuisiniers, qui sont de purs magici...sortceliers), mais ne doit pas tourner en engueulade non plus (ce qui risque d'être difficile dans notre situation). Peut être faut-il que j'aborde des sujets légers sur des passions que nous partageons tous deux ? Heu.... « parlons de ta fille » me semble déplacé, et « alors cette Lisbeth, toujours aussi chiante ? » inconcevable. Je vais devoir faire mûrir l'idée ou me faire un post-it.
Piège number tree (Last but not least) : l'après-dîner, ou la phase de panique intense impardonnable. Que dire à ce sujet ?  Non, rectification : Qu'est ce que j'ai envie de dire à ce sujet ? Et qu'est ce que j'ai envie de faire après notre dîner ? Jouer aux échecs, la faire pleurer, lui montrer ma Nouvelle Forteresse, lui faire un numéro de tango tatrixien...les options sont multiples. Et si je lui souhaitai bonne nuit gentiment, tout simplement ? Je ne sais pas pourquoi, mais cette option me frustre légèrement. Mais que faire de plus ? Je n'ai pas envie de précipiter les choses, même si une voix dans la partie gauche de mon crâne me hurle qu'une semaine passe atrocement vite et que je n'ai rien d'un gentleman, tandis que la partie droite me réprimande à grand coup de remords, de lâcheté et de convenance. Ai-je envie qu'elle souffre, qu'elle me traite de tous les noms, qu'elle se sente violentée, trahie, souillée, précipitée, corromp...


-Grand Maître, Beau Maître, Ténébreux séducteur Maître, la Jolie Demoiselle est à la porte.

Le maître des Sangraves, qui était accoudé à son bureau, fit un bon violent aux paroles du Mangeur de Boue qui gardait sa porte. Il fit l'impasse sur la nouvelle appellation (« ténébreux séducteur maître » ? Si même les Mangeurs commençaient à écouter les rumeurs et à les replacer n'importe comment, sa réputation allait être définitivement cuite) et se précipita vers l'entrée de sa suite, lançant au passage un regard plutôt anxieux à son salon. Une table accueillante y était dressée, mais les deux chaises postées à ses deux extrémités semblaient le narguer.
Il se dépêcha de virer le Mangeur et ouvrit la porte avec des mains moites. Derrière se trouvait Selena, ravissante dans une robe outrageusement décolletée qui lui donnait des airs de vamp qui ne le laissa pas indifférent. Il essaya de maîtriser ses pensées et de fixer son regard sur son visage soigneusement maquillé. Il la fit entrer sans pouvoir prononcer une phrase intelligente et s'écarta poliment pour la laisser passer devant lui, se retenant de tirer sa chaise pour l'inviter à s’asseoir, ce qui ferait bien trop old scool.
De toute façon, la belle le devança et s'assit d'un geste assuré, ce qui le décida à abandonner la place derrière elle (position très intéressante vue l'étendu de son décolleté, mais il essayait d'être irréprochable et de ne pas céder à la tentation) pour aller s'installer de l'autre côté de la table.
Bien. Les pièges un et deux étaient en train de pointer le bout de leur nez perfide, et il s’éclaircit la gorge avant de faire léviter les plats d'un geste de la main.


-Heum... Tu peux me passer le pain, s’il te plaît ?

Devait-il le lui envoyer de la même façon, ou bien se lever pour le lui apporter directement ? Et est ce que quelqu'un pourrait lui expliquer pourquoi il se posait des questions aussi stupides ? Était-ce ça, la niaise euphorie des premiers rendez-vous amoureux ?
Ceci n'est pas un rendez-vous amoureux, gros malin. Ceci est une prise d'otage immorale.
….qui se soldait par un repas tout à fait agréable, accompagné d'un décolleté et d'un maquillage plus que suspects.
Tout en faisant léviter magiquement la panière jusqu'à l'assiette de Selena, le cerveau du Sangrave marchait à toute allure. Il n'avait jamais rien accompli sans avoir une idée derrière la tête, une raison tordue de le faire ou un plan B caché quelque part dans son cerveau. Toutes ses actions étaient longuement étudiées, pesées, pour qu'elles luis apportent ce qu'il désirait, et c'était la plupart du temps très efficace. Il avait agit ainsi pour l'affaire Duncan, pour Lisbeth, Selemba et Sylver : il connaissait sa prestance, sa facilité à discourir, le magnétisme de sa voix de velours liquide et sa présence écrasante, terrifiante, et l'étrange fascination qui exerçait sur les puissants et les femmes. Il pouvait ainsi jauger son potentiel de séduction pour parvenir à ses fins, mais ce soir là, ce n'était pas lui qui séduisait l'autre. Il était sous le charme de la jeune femme, qui n'avait eut qu'à enfiler une robe moulante pour lui faire perdre tous ses moyens.
Il attaqua son repas avec plus de force que nécessaire, coupant avec rage la viande onctueuse qui baignait dans la sauce. Il essaya de ne pas lever les yeux, se disant peut être que le fait de ne pas avoir l’exquise tentation sous son nez briserait le charme. Mais son ambiance venait de tomber à l'eau, et le piège number two menaçait de bientôt se refermer sur lui.
Que faire, que dire ? Surtout qu'un terrible soupçon commençait à infiltrer son esprit. Terrible dans le sens qu'il était effroyablement tenter d'y croire : mettons que Selena soit consciente de son charme (ce qui était difficilement réfutable), pourquoi s'était-elle faite belle pour lui ? Avait-elle un plan ? Cherchait-elle à le séduire ?
Il s'emballait.
Il manqua sa bouche et se fourra presque la fourchette dans l'oeil, et fut forcé de relever la tête pour essuyer la sauce qui maculait son menton.
La grande classe. Bravo, ennemi numéro un d'AutreMonde, tu es définitivement un big boss.
Elle devait bien réaliser qu'elle le mettait dans un drôle d'état, et cela allait lui confirmer que sa tentative de séduction était réussie. Enfin, si ce qu'elle faisait était bien une tentative de séduction. En même temps, tirer une petite tête boudeuse et rester silencieuse n'était pas la meilleure approche qu'elle pouvait imaginer....
Il allait devoir lui poser la question directement. Ou essayer d'y aller en douceur. Dans tous les cas, l'ambiance serait sans doute plus légère avec un peu de conversation.


-Tu es très jolie ce soir.

Outch. Il allait devoir se rappeler de tourner quarante deux fois la langue dans sa bouche avant de sortir une phrase débile.

-Pas que tu ne sois pas jolie d'habitude, mais là c'est que heu...et bien que tu as sorti le grand jeu. C'est gentil.

Il ne fallait pas faire ça pour moi ma douce. Resta sagement bloqué dans sa trachée : pas besoin d'y aller à fond tout de suite. Il allait tout de même attendre un peu qu'elle lui réponde ce qu'elle avait à répondre, avant de passer lui aussi en mode « séduction ». Après tout il était doté d'un étonnant pouvoir de manipulation, et il ne s'en était jamais vraiment servi avec la jeune femme dans le but de la séduire (plus ou moins légalement). Et il y avait un commencement à tout.



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Dim 8 Sep - 13:59









D
ieux merci, au moins il ne s'était pas embêté avec des chandelles pour compléter le tableau.
Nous commençâmes le repas en silence. Un silence assez gênant, ma foi. Pas non plus que j'étais très encline à bavarder gaiement comme si de rien n'était, comme si il n'avait pas usé de son don pour le chantage malsain afin de m’amener ici -décidément, il est gonflé-, mais tout plutôt que cette ambiance oppressante dénuée de conversation.  

Mais de quoi parler ? De la façon d'entretenir un puma ? De mes disputes perpétuelles avec ma mère ? De la déco que j'envisage pour mon appartement ? De mes ex (huhu) ? Ou je pourrais lui faire un numéro de chant ? Ou lui raconter les blagues Carambar que le jeune fils de mes nouveaux voisins se plaît à sortir à chacune de nos conversations ? Ou du fait que je me fais toujours rouler à la boulangerie parce que je ne sais pas compter ? Parler politique ? Et puis quoi encore, je m'arracherais les cheveux après cinq minutes de débat avec lui. Non, en fait, je sais exactement ce dont j'ai envie de parler. Des formalités de notre contrat, à savoir : on est bien d'accord qu'en jouant avec la mort, on ne va pas mettre un bordel monstre comme l'an dernier ? Sur ce point là, je lui fait à peu près totalement confiance, à lui et à son expérience de la Magie Noire. Vais-je devoir attendre que la semaine s'écoule pour revoir ma fille ? A la façon d'une évaluation (si je me comporte mal, je pourrais m'asseoir sur la résurrection de Tara etc) ? Comment va-t-on se débrouiller avec la tempête médiatique que cela va engendrer ? Comment...

... Oh, mais pourquoi se déchaîne-t-il sur sa viande ainsi ? Et il a failli se mettre la fourchette dans l’œil ! Oh oh, serait-ce cette fichue robe qui le mettrait dans cet état-là ? C'est heu... mignon..

« Tu es très jolie ce soir. » il marqua un arrêt « Pas que tu ne sois pas jolie d'habitude, mais là c'est que heu...et bien que tu as sorti le grand jeu. C'est gentil. »

Oups... Mais c'est toi qui a mis des robes plus belles les unes que les autres à ma disposition, mon intuition féminine m'a en conséquence hurlé d'en porter une ! Non, cette excuse est bidon. Mais comment excuser ce fait ?
La vérité, c'est qu'en « m'enlevant », tu n'as fait qu'accélérer mon projet auquel j'ai déjà maintes fois réfléchi, mon loulou. Te séduire et te manipuler pour élucider quelques mystères, bla bla, même si ça va coûter cher à ma fierté. Nos retrouvailles sont seulement arrivées plus vite que je ne l'avais escompté, et mon plan n'est malheureusement pas encore au point, tu aurais pu me laisser un peu plus de répit, du coup je vais devoir improviser, zut alors, finalement je déteste me retrouver devant le fait accompli. Mais je ne pouvais pas lui dire tout ça, bien entendu. Que répondre ?

En détournant un peu trop son attention du verre d'eau qu'il était en train de se servir, ce cher Mag' versa le liquide à côté. Je me mordis les lèvres, ayant soudain une étrange envie de pouffer, toute envie de bouder envolée. Son embarras était... euh, très amusant. Je relevai la tête, décidée à faire avancer les choses.

« Merci ! Et tu n'es pas mal non plus, je ne sais pas si je te l'avais déjà dit... »

... Mais qu'est ce qui m'a pris ? Je pourrais manger ma fourchette pour avoir dit une pareille bêtise. C'est trop poussé, Dieux, ça va passer pour une tentative de drague, c'est... n'importe quoi. Bon sang, je ne maîtrise plus rien ! C'est sorti tout seul ! Il n' y aurait pas autre chose que de l'eau, dans mon verre ?

« Heuuuuuuu... Et la boisson, ça se met dans le verre, pas à côté. », dis-je en désignant la petite mare près de son assiette avec un sourire moqueur.

Tout en jouant avec ma fourchette, je me mordis violemment la lèvre, songeai à la débilité profonde de notre « conversation », et éclatai de rire. Un bon gros fou rire, comme je n'en n'avais pas eu depuis longtemps, qui vous plie en deux. Le genre de fou rire que seul vous pouvez comprendre et qui met votre entourage dans un profond embarras tout en insinuant le doute quant à votre santé mentale.

« Hahahahahahaha, désolée... C'est que... Tu... Hahahahahahaha ! (j'enfouis mon visage dans mes mains, ne pouvant plus m'arrêter) Ah, pitié ! Hahahahaha ! Ton verre, haha ! »

Je tentai de reprendre contenance entre deux rires, croisai son regard, et repartis de plus belle. Je pris une grande inspiration, me reprenant enfin, m'éclaircis la gorge et me redressai sur ma chaise, un grand sourire aux lèvres.

« Désolée Mag'. Qu'est ce que tu disais ? »

Ou comment dévier le sujet de conversation d'une façon idiote, qui vous fait passer pour une idiote. Au moins, l'ambiance ne me paraissait plus oppressante, c'était déjà ça.



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Dim 15 Sep - 16:27









M
erci ! Et tu n'es pas mal non plus, je ne sais pas si je te l'avais déjà dit... »
 
Voilà c'était fait : il venait de s'étouffer avec un bout de pain. En même temps il l'avait bien cherché : manger et discuter de leur beauté respective n'était pas deux activités compatibles.
Il toussa plusieurs fois profondément avant de s'essuyer la bouche avec sa serviette, priant pour sortir vivant de ce dîner fort en émotions.

« Heuuuuuuu... Et la boisson, ça se met dans le verre, pas à côté. Lui fit d'ailleurs remarquer la belle avec un petit regard moqueur en direction de la flaque d'eau à côté de son assiette.

-Tu es cruelle ma douce. Parvient-il à articuler une fois sa respiration calmée. Tu sais bien que je suis toujours dans un état particulier quand tu es avec moi.

« Mais je vais voir un psy et je me soigne darling , il a dit que prendre le contrôle de l'univers calmerait sans doute mes pulsions sexuelles inassouvies. Alors, tentée ?».

Apparemment Selena trouvait la situation très drôle, ce qui devait probablement être le cas : voir le célèbre et redouté maître des Sangraves baver de l'eau et manquer la mort par asphyxie constituait sans doute un spectacle inédit Il pourrait toujours inviter les chefs de ses États ennemis à manger avec lui pour alléger un peu leur relations politiques. La pensée de Lisbeth attablé à la place de sa belle sœur lui donna un tout autre angle de réflexion, et il passa instantanément de l'état d'amoureux transit à celui de terroriste pas bien content.

Hahahahahahaha, désolée... C'est que... Tu... Hahahahahahaha !  Ah, pitié ! Hahahahaha ! Ton verre, haha

Il l'avait définitivement perdu, et elle se cachait à présent dans sa serviette, d'où s'échappait de petits gémissements aigus. Drapé dans les lambeaux de sa dignité, il reste parfaitement impassible, se contentant d'éponger la flaque d'un geste définitif. Puis il se renversa en arrière et apporta une main à sa bouche, attendant patiemment que le corps de la jeune femme cesse d'être secoué de tremblements et qu'elle se remontre et retrouve une respiration seine.

« Désolée Mag'. Qu'est ce que tu disais

"Mag'" ? depuis quand lui avait-il permit de lui donner un surnom ridicule ? En tout autre circonstance il aurait été flatté, mais son agacement lui faisait perdre toute sensibilité sentimentale.
Il était trop occupé à se demander à quoi jouait Selena, qui changeait d'attitude toutes les trente secondes, allant de la provocation et la séduction et à la...heu moquerie atrocement blessante ? Voyons, il n'allait pas prendre la mouche pour si peu, après tout le fou-rire de la jeune femme avait définitivement détendu l'atmosphère. Malheureusement pour elle cela allait bientôt changé, car il était à présent profondément agacé, et elle aurait dû le savoir : il n'était pas réputé pour sa patience. Sans quitter sa position il émit un petit claquement de langue agacé, conscient que son masque doré avait prit une teinte bien plus sombre.

-Je ne sais pas, du quoi voudrais-tu parler ? Demandât-il d'une voix considérablement refroidie. Nous avons l'embarra du choix, mais je proposerai le sujet de notre marché.

Il se sentait beaucoup mieux à présent : la dureté lui allait mieux que la doucereuse affection, et il retrouvait une confiance en lui qui lui avait cruellement manqué depuis le début de la journée.

-Après tout nous allons passer une semaine ensembles, autant commencer à planifier tout de suite nos activités : Promenades, siestes, parties de ping-pong, résurrections, dîners en agréable compagnie et soirées animées ? Je pense que ça sera des plus agréables.

Il avait volontairement teinté le tout d'ironie et de sous-entendus, trouvait le moment tout à fait adéquat pour commencer à poser clairement les termes du contrat. La jeune femme l'avait agacé et n'avait pas l'air de le prendre au sérieux : tant pis pour elle, il n'allait plus ni y aller dans la dentelle, ni faire preuve de patience et de compassion. Il était grand temps de se comporter comme le salaud dont tout le monde le traitait, histoire de redorer son image et de reprendre confiance en lui et légitimité.



Je propose qu'on écrive des réponses plus courtes vu que nous commençons à entamer un échange rapide ;)


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Sam 21 Sep - 13:56









J
e ne sais pas, de quoi voudrais-tu parler ? Nous avons l'embarra du choix, mais je proposerai le sujet de notre marché. »

Oh. L’aurai-je fâché ? On dirait que oui, vu son ton froid et... nettement plus « Magisterien » que ce qu’il a montré jusqu’alors. Mais je n’allais pas me renfrogner pour autant : d’une, pas après un fou rire pareil ; de deux, j’avais décidé d’y mettre un peu du mien. Ou du moins, d’essayer de ne pas m’énerver tout de suite, mieux valait faire profil bas et passer une semaine dans une autre ambiance que les larmes et les cris de rage, pas vrai ? Prendre ça du bon côté, ne pas dramatiser, tirer profit et bonheur de la contrainte... Une vraie leçon de vie. Un petit sourire ?

« Après tout nous allons passer une semaine ensembles, autant commencer à planifier tout de suite nos activités : Promenades, siestes, parties de ping-pong, résurrections, dîners en agréable compagnie et soirées animées ? Je pense que ça sera des plus agréables. »

Pourquoi j’ai la fâcheuse impression d’avoir passé ma journée à prendre des bonne résolutions au sujet de notre relation, et de les voir brisées l’instant d’après ? ...Soirées animées ? Et je suis censée prendre ça du bon côté ? Bons dieux, je vais devoir COUCHER AVEC LUI toute la semaine ! Ma fierté ne s’en REMETTRA PAS ! Ma pensée sortit toute seule, indépendamment de ma volonté :

« Je ne me soumettrai pas à toi ! Je ne coucherai pas avec toi, est-ce que tu m’entends ?! FOUS-MOI LA PAIX ! », hurlai-je un peu trop théâtralement en me levant soudainement de ma chaise et en frappant violemment la table.

Ce que je regrettai instantanément. J'aurais vraiment dû la fermer. Nous sommes tous d’accord pour affirmer que j’enchaînais boulette sur boulette ? Selena, calme-toi, on avait dit que tu n’exploserais pas pour un oui ou pour un non. C’est totalement inutile, ça ne va pas le faire changer d’avis et va certainement l’agacer plus encore. Et là tu passes juste pour une folle furieuse.

Me mordant la lèvre d’un air navré, je me rassis tout doucement, affreusement gênée, et me mis à découper nerveusement les légumes restés intacts depuis le début du repas. Je pris une grande inspiration :

« Hrrrmm... Je suis effroyablement nulle au ping-pong, tu sais ? », répondis-je avec une teinte d’ironie. »

Apparemment ma bouche estimait de pas en avoir assez débiter d'imbécilités au cours de ce dîner. Après m'être brièvement jurée mentalement de ne pas dire davantage de conneries ce soir -si possible-, je relevai timidement la tête vers le masque -aux teintes sombres, à mon grand damne-, consciente de jouer avec ses nerfs depuis le début du repas et ne pouvant m’empêcher de craindre les... éventuelles engueulades ou représailles. La semaine commence bien, non ?



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Mar 22 Oct - 15:44









J


« e ne me soumettrai pas à toi ! Je ne coucherai pas avec toi, est-ce que tu m’entends ?! FOUS-MOI LA PAIX ! »

Elle se leva brutalement, rejetant sa chaise en arrière et manquant de faire tomber son verre de vin dans son assiette. Elle regretta à l'instant ce qu'elle venait de revendiquer, mais c'était bien trop tard ; le terrible maître des Sangraves avait usé de toute sa patience, de sa finesse et de sa compréhension. Il n'arrêtait pas de remettre sa crise d'autorité à plus tard, mais il savait qu'elle venait de briser toute sa retenue.
Il se leva à son tour avec une froide lenteur, majestueux, le masque virant au noir le plus total.

-Tu t'es engagée, Selena Duncan ! Déclarât-il d'un ton glacial et sans appel. Tu as accepté mon offre, nous avons fait un pacte de Sang, tu dois obéir ! Il prit un air plus affecté et pencha légèrement sa tête sur le côté. Tu n'es pas la femme la plus à plaindre de la planète. Des milliers de jeunes filles sont dans les rues, sur les trottoirs de nos capitales, pour gagner quelques crédits-muts afin de faire manger leurs enfants. Je n'ai jamais été odieux avec toi, je ne te ferai jamais le moindre mal. Ne me pousses pas à bout. Je ne demande pas de coucher avec moi huit fois par jours et d'une manière abjecte. Je peux être doux, je peux te laisser le choix, je peux aller à ton rythme et surtout....je t'aime. Ne rends pas les choses plus difficiles. Ne me force pas à mon comporter comme un horrible salaud.

Elle baissa la tête et se rassit doucement. Elle changeait décidément d'humeur comme un petit sortcelier changeait de bavoir magique. C'était atrocement déstabilisant.
Il n'arrivait pas à savoir si sa tirade l'avait calmé ou si elle allait repartir de plus belle (c'était bien le genre Duncan). Méfiant, il resta donc debout, les doigts écartés prenant à peine appui sur la table, prêt à l’assommer à coup de Léger Carbonus si elle essayait de lui jeter sa fourchette au visage. /le Léger Carbonus est un sort de mon invention, vous n'avez pas le droit de dire que c'est tiré par les cheveux ! C'est un sort qui assomme et qui est plus classe à dire que L'Assommus, si vous voyez ce que je veux dire/

-Hrrrmm... Je suis effroyablement nulle au ping-pong, tu sais ?

Elle avait donc choisi de se comporter comme une bonne petite fille. Il se détendit un peu, conscient de l'état dans lequel il se mettait : ses muscles étaient tendus, ses dents serrés, ses yeux plissés, son masque d'un noir d'encre, sa magie à fleur de peau. Il s'intima mentalement de respirer à fond.
Mais il ne voulait pas changer de sujet. Pas maintenant qu'ils en étaient arrivés au sujet critique « couchons ensembles ».
Un sujet qu'ils avaient soigneusement évité durant toutes ses années, mais qui avaient habité leurs esprits bien longtemps. La jeune femme avait même craint un moment que Magister n'ai abusé d'elle et ai ensuite masqué ses souvenirs. Il n'aurait jamais fait une chose pareille, bien que certaines parties de cette théorie soient alléchantes : en tout cas, il n'aurait jamais rendu la jeune femme amnésique après les faits. Au contraire, il aurait souhaité qu'elle s'en souvienne toute sa vie, qu'elle soit éternellement tiraillée entre la honte et la curiosité.
C'était peut être dur, mais que voulez-vous, il faut bien avoir l'esprit tordu pour réussir dans son métier.
Il s'était mille fois imaginé la scène, l'occasion, leurs gestes, leurs réactions. Il savait, il avait la certitude que ça ne pourrait être que...magique (LOL/PAN). Deux extrêmes, deux forces obsédées l'une par l'autre ne pouvaient que briller ensembles. Même si l’intéressée avait l'air d'en douter.
Il brûlait de lui poser certaines questions, il voulait enfin connaître ce qu'elle pensait. Mais maintenant que l'occasion se présentait, il se sentait rougir violemment. Lui qui n'était pas facilement effarouché se retrouvait comme un adolescent face à l'élue de son cœur. Pourtant, il n’éprouvait aucune gène à évoquer ce sujet avec la belle Vampyr (qui de son côté ne se gênait pas pour expliciter ses propos) , alors pourquoi n'arrivait-il pas à se décider avec Selena ?
Peut être parce que la jeune femme avait l'air si pure, si facilement impressionnable (il en venait même à se demander si elle n'était pas toujours vierge, et si ses enfants n'étaient pas le fruit d'une manipulation génétique tordue de Mourmur.....la famille Duncan en était tout à fait capable. Et le très propre sur lui Danviou -paixàsonâme- ne semblait pas très expérimenté). Peut être aussi qu'il passait pour un gros pervers violeur qui n'attendait que la bonne occasion pour lui sauter dessus.
Mais à force de se refuser, la jeune femme excitait ses désirs, et après tout, elle ne devait s'en prendre qu'à elle même : il ne lui avait rien demandé, lui. C'était uniquement de sa faute si elle était si jolie et si désirable. Sa demande était en fait légitime !

-Ca te dégoutterait tellement ? Risquât-il d'une voix plus suppliante que prévue.
Il ressemblait en fait à un homme timide testant ses charmes auprès d'une femme bien plus expérimentée que lui. Pathétique.



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Ven 25 Oct - 11:23









C
a te dégoûterait tellement ? »

Je soupirai imperceptiblement. On y était. LA conversation qui précèderait certainement LE moment. Et comment éviter ça ? On ne l’évite pas. Le piège s’est refermé, il est temps de céder, le tout en essayant de prendre ça du bon côté, je fais des rimeuh...

Je baissai les yeux sur le dessert que l’effrit venait de poser devant moi. Un mille feuilles framboise-chocolat sur lit de caramel fondant. Dessert sur lequel je me serais avidement jetée en temps normal lors d’une situation moins stressante, soit dit en passant. –Je suis très très gourmande, Mag le sait bien :kiwi:-  Délicatement, je repoussai la petite assiette et déclarai :

« Je n’ai plus très faim. »

Puis, me levant, je me dirigeai vers l’autre occupant de la longue table d’ébène, en l’approchant avec le plus de douceur possible. Comme une dresseuse de panthère noire. (Notons que mon familier est un puma, mesdames et messieurs). D’autant plus que je n’étais pas la seule à être aussi stressée. Lui-même était plutôt tendu, et je sentais que la probabilité de me prendre un sortilège dans la figure avant la fin de la soirée n’était pas des moindres. J’appuyai nonchalamment mes coudes sur la table. Plus que deux mètres de distance entre lui et moi.

« Si ça me dégoûterait... Plus ou moins... Pas tant que ça, dans la mesure où tu as une forme humaine. Même si le contenu est, lui, discutablement humain. », chuchotai-je malicieusement d’une voix douce en tortillant une boucle brune.

Me voilà à jouer les allumeuses pour le Maître des sangraves. On aura décidément tout vu. Maintenant, que faire ? Jouer le jeu jusqu’au bout avec pour motivation cette phrase dans ma tête : « Tu n’as pas le choix de toute façon. » en boucle ? Oh, je ne peux pas envisager que ces quinze années de lutte soient gâchées d’un seul coup ! Ça me fend le cœur. Je le hais. Tu n’es qu’un gougeât, Magister. En plus tu as invoqué le malheur des femmes dans le monde, ça c’était vraiment un coup bas. Comment veux-tu que je riposte après un argument pareil ? Pourquoi faut-il toujours que tu gagnes à ce jeu ?

D’ailleurs, cela me dégoûterait-il vraiment ? Non, bien sûr que non. Certes, ma fierté serait brisée, cela me rendrait honteuse et me laisserait le sentiment d’avoir bafoué quelque chose, ou... de m’être donnée au diable. Mais dans un sens, cela me soulagerait. Parce que lutter à son attraction est de plus en plus difficile. Non, non, je n’ai pas non plus dit que je le désirais. Entre le désir et le dégoût, il y a un juste milieu.

~

Si tu as besoin de plus de matière pour répondre, tu me le dis I love you


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Ven 25 Oct - 15:35








L
a jeune femme s'était dangereusement approchée de lui, pour finalement s'arrêter à quelques mètres à peine , prudente. Elle n'avait pas à s’inquiéter : les sourds battements de son cœur s'étaient brusquement accélérés et la douce chaleur qui avait envahi tout son corps l'empêchait d'esquisser le moindre geste. Il se sentait empli d'une émotion nouvelle, d'un sentiment encore plus puissant que quand sa sombre magie démoniaque pulsait sous son torse. C'était bien différent de l'infection, mais il cela lui procurait un plaisir et un sentiment d’indestructibilité similaire.

« Si ça me dégoûterait... Plus ou moins... Pas tant que ça, dans la mesure où tu as une forme humaine. Même si le contenu est, lui, discutablement humain. »  

Venait-elle te dire que ça ne la dégoutterait pas ? Il essaya de chasser les images qui étaient en train de germer dans son cerveau. Se calmer. Avant que les choses ne dégénèrent. Mais pourquoi s'était-elle autant approchée ? A cette distance, il ne pouvait pas détacher ses yeux de la multitude de détails qu'il pouvait embrasser avec précision : ses lèvres humides, ses boucles désordonnées, son décolleté affolant , la courbe de ses sourcils, et surtout les lumières qui dansaient dans ses yeux dorés. Au départ des effrits qui leur avaient servi le repas, Magister se sentit soudain tout fébrile. Pourquoi s'être approchée si près ?
Pourquoi le tenter de la sorte ? Ne se rend-elle pas compte du contrôle qu'il est obligé d’exercer sur son esprit et surtout sur son corps pour ne pas se lever d'un bon et se jeter sur elle ?
Surtout qu'elle n'approche pas plus. Qu'elle arrête de tripoter ses boucles d'une façon pensive. Qu'elle arrête de le regarder comme ça.

-....je suis un homme Selena. Mais je pourrais...je pourrais prendre la forme que tu voudras.


Voilà c'était dit : Magister était prêt à n'importe quel artifice pour séduire une femme. Y compris à se changer en son défunt mari pour lui rendre les choses plus faciles. Abjecte, vraiment.
Surtout ne pas y penser. Chasser les divines images de sa tête...
Mais il pourrait : les traits de chacune de ses victimes étaient gravés dans son esprit, ceux de Danviou y comprit. Il pourrait les retrouver avec précision, et il suffirait d'un Transformus jeté avec un peu de concentration....

-Je pourrais enlever mon masque. Je ne peux pas te montrer mon vrai visage, mais je pourrais m'en inventer un qui te plaît.

Il avait conscience de la bêtise de ses propos, mais c'était plus fort que lui. C'était soit ça, soit il se jetait sur elle pour faire toutes sortes de choses peu catholiques sur le plancher de sa suite. Alors autant continuer à déballer des obscénités.
Il sentait poindre autre chose, quelque chose qui lui ressemblait d'avantage : un chantage. Encore un. Et une tricherie. Encore une.
Il n'était pas un violeur : il ne voulait pas la forcer. Mais il devinait qu'il arrivait au bout de ses propres capacités mentales : il n'allait bientôt plus pouvoir jouer le gentilhomme respectueux. Elle était trop jolie et bien trop près. Alors s'il pouvait lui faire une offre qui la forcerait à accepter d'être consentante....

-En fait....si, je pourrais te montrer mon vrai visage. Dans l'intimité. Si tu acceptais. Je pourrais prendre sur moi et te le montrer, ma douce.

Il s'avança lentement sur son siège, se rapprochant encore d'elle, puis tendit une main gantée pour toucher son bras.
Il pouvait, en effet. Le lui montrer une seconde fois. Et tout comme la première fois, lui jeter un Amemorus qui la foudroierait sur place. Bien entendu, elle oublierait l'échange qu'ils aurait eu. Elle oublierait son visage. Et il serrait alors digne des pires rumeurs et des pires accusations. Mais il aurait eu ce qu'il voudrait.


~

Je me suis permise de présenter plein de nouvelles pistes, dis moi si ça te va :happy: 
Je sens que ça va vite dégénérer cette histoire...encore une fois, dis moi si ça ne te dérange pas !





fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Sam 26 Oct - 13:09









J
e suis un homme Selena. Mais je pourrais...je pourrais prendre la forme que tu voudras. »

Je sursautai violemment. Pardon ? Pensait-il à la même chose que moi ? Instantanément, une image de Danviou s’imposa à moi. Je la chassai à regret de mon esprit. Ne surtout pas y penser. C’était impossible. Je pris une expression offusquée :

« Oh, si tu penses à... Grands Dieux, non ! »

« Je pourrais enlever mon masque. Je ne peux pas te montrer mon vrai visage, mais je pourrais m'en inventer un qui te plaît. »

Je ne pus m’empêcher de me raidir. Tout cela devenait bien trop étrange et bien trop malsain. Pourquoi fallait-il qu’il complique tout avec des propos aussi... techniques ? Des propos techniques qui me mettaient de plus en plus mal-à-l’aise ?

« En fait....si, je pourrais te montrer mon vrai visage. Dans l'intimité. Si tu acceptais. Je pourrais prendre sur moi et te le montrer, ma douce. »

Je fronçai les sourcils. C’en était trop. Mon visage se ferma tandis que son bras s’avançait vers le mien, que je retirai brusquement dans une petite tape. Il se fichait de moi. Comment pouvait-il penser un instant que je goberais ça ? Je veux bien admettre ma naïveté, mais il y avait des limites.

« Oh, je sais ce que tu penses. Il est hors de question que tu prennes l’apparence de Danviou, ou de n’importe quel autre de mes anciens amants. D’abord, j’ai tourné la page, merci. Et cela salirait atrocement leur mémoire, d’autant plus que la plupart d’entre eux sont décédés, si tu vois ce que je veux dire. », dis-je dans un reniflement de mépris. (à cause de qui ils sont morts, hein ? A cause de qui ?) « Et ce serait on ne peut plus malsain. »

J’enchaînai, me redressant de toute ma (petite) hauteur, prenant de l’assurance, et déclarai d’une voix calme mais glaciale :

« Et me crois-tu donc si naïve ? Tu me montrerais ton visage, comme ça ? Sans bidouiller ma mémoire ensuite ? Je sais que ton anonymat est l’une des choses qui te tient le plus à cœur. Je préfère ne jamais connaître ton visage plutôt que de prendre le risque d’avoir de faux souvenirs ensuite. Je ne veux plus jamais que tu touches à ma mémoire, est-ce clair ? »

Bras croisés, je m’appuyai dos à la table, le visage sombre. Sans pour autant réduire la proximité entre nous. Quoi qu’on fasse, ou plutôt, de quelque manière que nous le fassions, puisque c’était là le sujet, il allait bien falloir le faire. Ça allait sûrement dégénérer, au final, alors autant en finir le plus rapidement possible, merci. Pourquoi n'était-il pas plus romantique ? Pourquoi m'embarrassait-il avec ces... broutilles ?  

« Prends le visage que tu veux. Je m’en fiche. », dis-je d’une voix légèrement mélancolique, avec la moue boudeuse qui va avec, s’ilvousplaît (vas-y, culpabilise, Magister. Je souffre à cause de toi. Sois pris de remords, méchant que tu es.)

~

Ben, il fallait s’y attendre, le rp était voué à dégénérer dès le début, alors non, ça ne me dérange pas What a Face Faut dire que Mag l’a magnifiquement bien coincée, la pauvre Lena... Moi je l’aime notre p’tit rp ♥️ même si c’est en train de devenir chelou... mais c’est pas grave, on est sadiques ou on l’est pas, que diable. Ah oui, et désolée pour cette réponse bof bof... J'avoue que cette fois j'ai eu vraiment beaucoup de mal à faire réagir Selena... Au final je suis pas très satisfaite de ce que j'ai écrit... si tu as du mal à enchaîner, je comprendrais ._.


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.


Dernière édition par Selena Duncan le Ven 27 Déc - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Sam 26 Oct - 16:22









A
pparemment, Selena voulait bien se soumettre, mais certainement pas d'une manière idiote : il avait bêtement douté de sa perspicacité, et avant même que les mots ne sortent de sa bouche, il avait senti qu'il avait dépassé les bornes. Restait à voir comment elle allait mettre le hola.

-.... Et me crois-tu donc si naïve ? Tu me montrerais ton visage, comme ça ? Sans bidouiller ma mémoire ensuite ? Je sais que ton anonymat est l’une des choses qui te tient le plus à cœur. Je préfère ne jamais connaître ton visage plutôt que de prendre le risque d’avoir de faux souvenirs ensuite. Je ne veux plus jamais que tu touches à ma mémoire, est-ce clair ?»


Bon, il fallait avouer qu'il n'y était pas allé en douceur la dernière fois : il avait tranché net les souvenirs qui la reliaient à ses deux enfants nouveaux-nés. Ils les avaient vu vivre dans la même Forteresse sans jamais se parler ni se voir, dans une froide indifférence. Mais il n'avait pas eu de remord : son action était justifiée. D'une part par une raison pratique (il voulait exploiter les jumeaux et savait que jamais leur mère ne le laisserait faire sans compliquer les choses d'une manière agaçante) et d'autre part par jalousie envers Danviou. Il ne pouvait simplement pas tolérer que la femme qu'il aimait élève amoureusement les enfants d'un autre.
Bref, son plan tombait à l'eau avant même d'avoir été esquissé. Tant pis : il avait l'habitude d'échouer (la preuve : il n'était toujours pas maître d'Omois et les Dragons peuplaient les coulisses du pouvoir impérial). Il savait rebondir.

Prends le visage que tu veux. Je m’en fiche. »

Il sortit de ses sombres rêveries et constata que la jeune femme s'était adossée contre la table dans une position en totale contradiction avec ses paroles : elle était repliée sur elle même dans une attitude défensive méfiante et boudeuse. Et pourtant sa phrase ne constituait-elle pas une autorisation ? Etait-ce un oui, un non ? Voulait-elle dire qu'elle se fichait de lui, de sa proposition, de ce qu'il comptait lui faire ? Quand elle affirmait ne pas être dégoûtée, peut être voulait elle simplement lui dire qu'elle était indifférente ? Cela était pire que la haine. Mais était-ce le cas ?

Magister en avait assez de douter, de se poser des questions stupides et d'inventer des signaux qui n'existaient pas. Assez de devoir ruser pour passer du temps avec la femme de ses rêves. Assez de devoir toujours se contenir, de mettre ses nerds à dure épreuve en jouant au yoyo avec ses valeurs et ses désirs.
S'il avait bien apprit quelque chose durant toutes ces années de lutte contre la loi, c'était bien qu'on était jamais mieux servi que par soit même. Si tu veux prendre quelque chose, prends-le sans attendre que d'autres te le permettent. Si tu n'es sûr de rien et si tu hésites, imposes tes propres règles et tes propres choix. Ne jamais se faire dominer. Toujours être maître de la situation.
Il était grand temps qu'il applique ces principes à ses relations amoureuses.
Il se leva donc lentement, contourna sa chaise et le coin de la table pour aller se poster devant la jeune femme, qui s'obstinait à ne pas le regarder, la tête baissée et les bras croisés.
Il attendit patiemment pendant deux secondes trois quart pour voir si elle allait se montrer conciliante. Mais elle continuait à fixer le sol d'un air résolu.
Alors, ignorant les cris affolés de sa conscience qui lui hurlait qu'il était en train de tout foutre en l'air, qu'il était en train de se permettre quelque chose qu'il n'avait jamais osé prendre pendant plus de dix ans , il leva sa main droite et passa un doigt sous le menton de Selena, relevant de force son visage clair vers lui.

-Alors si ça ne te dérange pas, je préfère garder mon masque. Soufflât-il d'une voix plus grave qu'à l'ordinaire (ce qui était un record vu sa tonalité originelle).

Et sans prendre le temps d’hésiter (s'il était parvenu jusque là ce n'était sûrement pas pour abandonner au dernier moment, ce n'était pas son genre) il approcha rapidement son visage de celui de la jeune femme, jusqu'à ce qu'il sente discrètement l'illusion du masque être traversée. La conscience morale planquée dans son cerveau se la ferma définitivement, et il ne laissa pas le temps à Selena de réagir, balaya violemment tous ses réflexes de résistance, et plaqua ses lèvres contre les siennes. Au même moment et sur la même impulsion, il posa avec force son autre main sur sa nuque, autant par besoin de contact que pour l'empêcher de fuir.
Alors tous ses remords et toutes les tensions inutiles qu'il n'avait cessé d'accumuler à son sujet s'envolèrent, remplacée par une soif de puissance et de domination qui ne lui était pas étrangère.


~

Attention Magi passe aux choses sérieuses XD
Sinon j'ai adoré comme tu as fais réagir Lena, au contraire ! j'adore ta version du personnage : elle n'est pas du tout nunuche mais garde sa complexité et ses dilemmes intérieurs...
J'espère que le dark Magi ne te choque pas, je le reconnais mieux là qu'en mode Bisounours !



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Lun 28 Oct - 18:03









J'
entendis sa chaise racler le sol. Non je ne bougerais pas. Il vint se planter devant moi. Je ne lèverais pas les yeux. Je ne voulais pas le regarder, voulait le persuader de mon indifférence. Cela le refroidirait peut-être. Peut-être s’énerverait-il pour de bon et me renverrait dans ma suite, décidément exaspéré par mon comportement de ce soir. Il s’enfermerait dans son bureau, rageant, et moi je ferais innocemment semblant de ne pas me soucier de la frustration émanant de sa suite et traversant les murs de la mienne. Comme je l’ai toujours fait.

Sa main gantée empoignant mon visage me sortit violemment de ma torpeur provocante.

« Alors si ça ne te dérange pas, je préfère garder mon masque. »

Affolée mais impuissante, je ne pus guère esquisser le moindre geste pour empêcher la suite de se produire. Ses lèvres contre les miennes, sa main contre ma nuque, son corps chaud contre le mien... Tant de sensation qui me donnèrent d’abord envie de me révolter tout de bon. Ma main tâta derrière moi, à la recherche d’un quelconque ustensile qui tiendrait lieu d’arme d’auto-défense. Une fourchette, un couteau, un plat d’argent, la bouteille de vin, n’importe quoi. Mais, mince ! Les effrits avaient vite fait de débarrasser la table à la perfection avant de s’éclipser sitôt le repas achevé. Inutile d’essayer ma magie, sa couleur ambrée était aussi jolie que sa puissance était faible. Ridiculement faible. Et je n’avais aucune force pour me défendre. Son corps à lui était aussi puissant et grand que le mien était fragile et petit.

En y réfléchissant d’un peu plus près, lutter à son étreinte –ou plutôt, ne serait-ce qu’essayer-était complètement vain et idiot. Je n’allais pas repousser à plus tard ce moment inévitable. Il allait bien falloir le faire avant la fin de la semaine, alors soyons raisonnables. Lui laisser la victoire me coûtait énormément, mais... il fallait bien que l’un finisse par céder à l’autre. Je me doutais bien que ça aurait été moi, la perdante. C’a toujours été comme ça, aussi loin que je me souvienne. Enfant, je ne réussissais jamais à m’imposer. Que ce soit au niveau de ma mère, de mes camarades, de mes petits amis... Je croyais avoir surmonté ça avec le temps, m’être forgé un caractère, pris de l’assurance. Apparemment, pas suffisamment pour lui.
Je n’ai pas l’âme d’une gagnante ou d’une conquérante. Je ne suis pas comme ma fille. Ma fille. C’est pour elle que je fais tout ça et que je mets mon honneur, mes convictions, mes dilemmes et mes nerfs à rude épreuve. Et que je m’efforce de revoir mon attitude envers lui.

Mon corps, raide et prêt à résister de n’importe quelle manière, se détendit petit à petit, et cessa de repousser les assauts de ses mains baladeuses. Je posai mes mains contre son torse et me laissai aller, luttant contre les larmes (de rage ? de honte ? de frustration ?) qui menaçaient de jaillir.

« Tu as gagné cette bataille, mais pas la guerre. Ça, je te le garantis. », chuchotai-je d’une voix tremblante.

Et je lui rendis son baiser. Plus vite la corvée serait finie, mieux je me porterais. Courage, Lena. Dis-toi qu’il y a bien pire que ta situation, que tu ne fais pas ça gratuitement (Oh mon dieu, ça fait prostituée dit comme ça o_o), que tu fais ça pour la bonne cause, qu’il n’y a aucune valeur sentimentale dans tes gestes...


~

Ravie que tu aies cette vision de Selena, c'est exactement le but recherché, lui enlever sa nunucherie, faire ressortir ses dilemmes et accentuer ses défauts (pour qu'elle ne paraisse pas parfaite comme sa courgette de fille) et qu'elle paraisse plus humaine et originale que dans la saga.
Et je suis fan du dark Magi *__* ça change agréablement du guignol que nous sort SAM :kiwi:


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Lun 28 Oct - 21:02









U
ne fois l'assaut lancé, le Sombre Seigneur se trouvait dans l'incapacité de s'arrêter : tout était bien trop fort, bien trop bon, bien trop nouveau
pour qu'il ne songe seulement à ralentir.
Au contraire, une faim dévorante s'était emparée de tout son corps, qui frémissait, qui recherchait le contact frénétiquement et qui était comme embrasé de l'intérieur. Jamais il n'avait connu ça. Bien sur, il n'était pas resté vierge pendant sa quête pour l'amour de Selena : la féline vampyr Selemba l'avait milles fois tenté, et il avait souvent cédé : il était d'une part très dur de résister à un charisme alimenté par de l'amour et une dévotion sans faille, et puis il fallait bien se l'avouer : il était irrévocablement humain, et se sentir désiré ainsi avait le don de l'exciter.  Mais bien qu'il ai souvent apprécié leurs échanges (qui n'avaient rien de doux ni de romantiques : souvent ponctués par les cris de l'un ou l'autre, ils se déroulaient sinon dans un silence froid et une fois terminé, chacun repartait vaquer à ses affaires de son côté) il n'avait jamais connu un désir et un plaisir comparable à...ça.
C'était d'abord un besoin physique enfin assouvi : ses lèvres s'accaparaient sans délicatesse celles de la jeune femme, et il mordait sans vergogne comme pour marquer un territoire, ou pour tout simplement procurer quelque chose à sa captive. Pour qu'elle ressente ce qu'il ressentait, pour qu'il ne la laisse pas de marbre. C'était ensuite une libération morale. Enfin. Enfin. Enfin, Enfin, enfin, enfin.... Impossible de penser à autre chose,peut être même qu'il le murmurait inconsciement.Impossible de penser tout court, tout était réduit au seul mouvement de leurs lèvres, à ceux de ses mains qu'il faisait avidement courir sur la nuque de Selena, et qu'il aventurait le long de son dos arqué. Il senti distinctement le corps de la belle se détendre, et elle prit part au baiser, ce qui floua pour de bon tout essai de réflexion.  Mais au delà de la satisfaction passagère gronda soudain autre chose : un sentiment de frustration qui anima la faim dévorante, qui le fit gémir contre les lèvres offertes, et qui le fit devenir plus entreprenant encore. Il poussa le corps de Selena contre la table, et sans même faire attention à son confort (l'idée qu'elle pouvait avoir mal ne l’effleura même pas, il n'avait pas l'habitude de faire attention au sentiment de bien-être de son entourage) il la fit assoir sur le cadre de bois, avec la franche intention de la faire basculer sur la table afin de s'adonner enfin à ses pulsions. Il voulait tellement plus. Il était en train de prendre conscience de cette volonté (jusque là son esprit n'avait fait que constater les faits, c'était alors son corps qui agissait en un réflexe presque animal) quand il s'arrêta soudain, ouvrit les yeux, reprit sa respiration difficilement. A quelques millimètres à peine de son visage se trouvait celui de sa bien-aimé, dont les pommettes joliment rougies lui donnaient furieusement envie de la toucher. Il ne s'en priva pas (maintenant qu'il était parti...) et caressa doucement (enfin!) du bout d'un doigt ganté la joue de Selena, histoire de reprendre et respiration normale, et contrôle (il détestait perdre le pouvoir, c'était bien trop effrayant).

« Tu as gagné cette bataille, mais pas la guerre. Ça, je te le garantis. Souffla Selena d'une voix altérée par une respiration difficile.

Il savoura son intonation excitée comme un met particulièrement succulent. C'était bien la première fois qu'elle lui parlait sur ce ton. Etait-ce une preuve d'asservissement ?  Ses jambes se mirent bêtement à trembler, et il prit définitivement conscience du désir qui avait prit possession de tout son corps. Il avait beau être puissant et tout ce que vous voulez, il était maintenant parti trop loin pour faire marche arrière. Son coeur venait de se murer définitivement, et il se sentait alors capable de tout faire, de tout prendre. D'ailleurs, il ne se sentait pas la force de reculer. Au Diable les convenances et les bonnes résolutions : il se fichait de lui faire du mal, d'abuser d'elle, de se comporter comme un violeur. Il ne pouvait plus tenir. Il avait tenu pendant plus de dix ans, maintenant ce n'était plus l'heure d'y penser. Il y penserait plus tard, après. Il regretterait demain matin.

-Ma chambre... Chuchotât-il entre deux inspirations saccadées.

Il sentait bien que Selena souffrait. Son corps tendu, sa résistance, son réflexe de protection, il comprenait. Mais l'étrange façon qu'elle avait de répondre timidement à ses baisers, de poser ses mains sur son corps, de rougir et se laisser faire (en même temps avait-elle le choix ? Il pouvait la clouer au sol aussi bien physiquement que magiquement...) le laissaient perplexe. Ne ne devait-elle pas...aimer cela un peu ?
C'était cette constatation osée qu'il l'empêchait de la prendre tout de suite et violement, sur la table même pas encore nettoyée. Cette énigme réveillait en lui le respect et l'amour qu'il lui portait, et que le désir avait tendance à étouffer. Cela le faisait redevenir à peu près correct. C'est pour ça qu'il proposait sa chambre. Dans un premier temps, pour essayer de lui apporter un environnement plus romantique et confortable, et dans un second temps pour le simple fait de lui faire une proposition. Il l’amenait à parler, à exprimer un avis...un consentement. Il ne savait pas trop s'il serait capable de décoller son corps du sien, magnifiquement attractif, ni même s'il pourrait marcher sagement à ses côtés jusqu'à sa suite (qui lui semblait alors cruellement lointaine). Pire encore : et s'il elle se mettait à crier, à le frapper, à se refuser soudain ? Dans pareille situation, il savait parfaitement ce qu'il serait alors capable de faire. Il l'empêcherait de bouger. Il esquiverait ses coups. Il repartirait à l'assaut jusqu'à ce qu'elle soit trop fatiguée pour lutter. Il se comporterait ainsi comme un monstre, mais cela le dépassait totalement. Pire : il s'en moquait.
Il regretterait demain matin.
Il fit doucement glisser sa main le long de sa nuque, braqua son regard dans le sien (elle ne pouvait le voir, mais lui ne se privait pas de détailler chacun de ses clignements de cils). Il attendait sa réponse.


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Ven 1 Nov - 18:06









I
maginez-vous ? Tous vos durs efforts de résistance mis au point depuis toutes ces années (alors que vous êtes une romantique au cœur d’artichaut, c’était d’autant plus dur) s’envolant en fumée sous les caresses ardentes de l’envahisseur ? En une soirée, comme ça ? J’étais une fière forteresse ultra-résistante à tous les sentiments, tous les désirs que je pouvais ressentir pour lui. Et aujourd’hui, pouf, je me donne à lui alors qu’en réalité je n’en pense pas moins. Mais je me rassure en me disant que c’est du faux. C’est de la simulation. Rien de plus, n’est-ce pas ? Rien de plus.

« Ma chambre... »

Au fond, je le détestais de me « laisser le choix ». Il me forçait à entrer dans son jeu de façon monstrueuse. C’est comme si on vous donnait un flingue et qu’on vous obligeait à vous tuer avec après bon nombre de souffrances, alors que vous préféreriez, naturellement, que ce soit l’autre qui vous abatte, de façon rapide et nette. D’abord parce que vous ne voulez pas vous abaisser à mettre fin à votre vie vous-même, ensuite parce que vous n’avez pas à faire face à toutes les réflexions qui vont avec. D’accord, la comparaison était... discutable mais elle représentait plutôt bien ma situation. J’aurais encore préféré qu’il me force. Mon honneur aurait été plus ou moins sauf. Là, il m’oblige à être son amante de mon propre gré. Je sais c’est très paradoxal, j'espère que vous me suivez toujours ?

Je me raidis plus que jamais. Allez, courage. Ce n’est qu’une nuit. Ce n’est que dix ans de dignité perdus. Oh, arrête avec tes maudits dilemmes ! Il y a autres chose à faire. Tais-toi petite voix de ma conscience. Ferme juste ta grande gueule. Voilà. C’est mieux. Je vais pouvoir faire n’importe quoi et m’abandonner au vice et à la luxure. Je ferai le point après.

Je repris mon souffle, déglutit difficilement et acquiesçai. Tandis que je le repoussais doucement en lui faisant comprendre que je voulais me dégager, je ne pus m’empêcher de loucher sur la porte de sortie. Résister à l’envie de prendre mes jambes à mon cou.
Je sautai à bas de la table et lui pris le bras, l’attirant à moi, le caressant. D’un geste, je lui ôtai son capuchon pour passer une main un chouïa tremblante dans ses courts cheveux blonds foncés. Le tout en essayant d’être le plus aguicheuse possible.

« Je ne connais pas le chemin, moi ! », murmurai-je malicieusement.

L’art de jouer la comédie, par Selena Duncan. Tout droits réservés.



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Sam 2 Nov - 10:28









B
on. Ca, c'était fait. Comme lui donnant une ultime autorisation, la belle se dégagea doucement, quitta son perchoir et lui posa sa fine main sur son bras, allant même jusqu'à dégager ses cheveux (à lui ! Les vrais de vrais, à peine teints, sans aucun sort de dissimulation, les siens ! Il se sentait étrangement en position de faiblesse) pour les lui caresser. Il avait envie de dire quelque chose, mais il ne savait pas bien quoi : un ordre sec aurait empiré les choses, une parole douce aurait sans doute gâché le moment, mal placée. Il se mordit les joues pour ne rien ajouter.

-Je ne connais pas le chemin, moi !

En fait il n'y avait pas pensé, mais le ton taquin le troublait : soit la jeune femme jouait la comédie (assez mal de surcroît) soit elle s'était soudain changée en une vamp aguicheuse (ce qui ne lui ressemblait indéniablement pas). Dans les deux cas, il ne voulait pas la suivre : il préférait la voir souffrir dignement plutôt que de la voir essayer -mal- de faire comme si ce n'était rien. Question d'honneur Sangrave. En même temps, il n'avait pas le droit de la juger si sévèrement : c'était lui qui la mettait dans une situation impossible, et elle jonglait avec les obligations et les difficultés comme elle le pouvait. Selena n'avait jamais été d'une nature forte, et il pouvait sentir chacun de ses efforts, de ses doutes. Mais lui était un roc, il avait la puissance et la capacité à débrancher son cerveau pour s'adonner à des actes extrêmes. Il serait courageux pour eux deux ce soir. Ca ne lui déplaisait pas, il adorait dominer.
Il embrassa la main qui s'égarait sur son visage, évitant au passage qu'elle ne puisse mémoriser tactiquement ses traits. Il avait prévu (enfin ça c'était avancer qu'il y avait eu prévision, ce qui n'avait absolument pas été le cas) de garder son masque, mais il sentait que ça allait lui poser problème. Le fait de ne pas la voir le regarder vraiment allait lui manquer, lui manquait déjà alors qu'ils n'avaient fait que s'embrasser. Il avait besoin qu'elle puisse se sentir en terrain connu (on ne batifole pas avec un homme masqué tous les jours -enfin vous je sais pas mais...-), qu'elle puisse toucher son visage, décrypter l'expression de son regard, de ses traits. Devait-il alors prendre un visage au hasard, ou celui qu'il adoptait habituellement pour Selemba ? Cela lui rappelait trop leur conversation précédente, qui avait été plutôt malsaine.
Et il avait du mal à se l'avouer, mais son masque été devenu son identité, car il l'avait sur son visage vingt-six heure sur vingt-six. Et penser que, peut être (enfin c'était diablement bien parti) Selena allait faire l'amour au Magister masqué l'excitait et lui procurait un sentiment de victoire absolue. Après tout, le masque symbolisait entièrement le Magister que la jeune femme connaissait, et à quoi elle l'assimilait visuellement. Agir en prenant un autre visage serait comme une excuse, comme s'il ne voulait pas qu'elle sache avec qui elle le faisait. Ors ce n'était pas du tout son intention. Il voulait qu'elle réalise et qu'elle s'en rappelle longtemps, aussi longtemps que lui s'en rappellerait...
Ok, il s'emballait.
Revenant à la situation présente (bien trop agréable pour aller voir ailleurs, même quelques secondes), il eu un sourire carnassier que la belle ne vit heureusement pas, et prit doucement mais fermement sa main pour l'entraîner dans sa suite, qui était en fait à à peine quelques mètres de la salle dans laquelle ils avaient dîné. Ces quelques pas furent comme une pause étrange, mais il s'interdit toute autre forme d'hésitation. Dans son cerveau, un vilain petit démon lui susurrait diaboliquement « c'est trop tard. Tu es parti trop loin. Prends ce que tu veux, maintenant elle est à toi. Arrête de penser. Laisse couler. Laisse toi guider par tes désirs, et débranche tes remords. Pour le moment elle est à toi. » en boucle.
Abandonnant totalement tout contrôle (en fait il était vraiment fier de lui et de sa tenue jusqu'à présent, un vrai gentleman LOL), il referma la porte d'un coup de pied empressé, sa respiration soudain devenue affolée. Puis il se tourna vers Selena, qui semblait toute petite, comme déplacée au milieu de sa grande chambre noire et dorée. L'immense lit à baldaquin dans les même tons semblait le narguer, mettre en doute son courage ou sa détermination. Ou les deux. Il lui cloua le bec mentalement (oui. Magister humilie ses meubles. C'est comme ça. D'autres questions ? Bon, maintenant suivez un peu, et taisez-vous, ça casse toute sensualité, c'est très désagréable). Il prit une grande goulée d'air, rassembla son courage et s'avança vers sa proie, qui prenait soudain conscience que c'était bien sur elle que se dirigeait le Sombre Seigneur d'une démarche plutôt meurtrière. C'était sans doute comme ça qu'il touchait ses victimes, juste avant de les foudroyer d'un jet de magie noir ébène. D'une façon lente, calculée, en les dominant de son glacial masque impénétrable, qui semblait être bloqué sur une couleur d'un doré sombre, indéfinissable et inhumaine. Sa main s'aventura sur le bras de Selena, remontant doucement jusqu'à sa nuque, puis enserra sa taille pour l'emmener butter contre son torse. Il s'ordonna mentalement d'être plus doux, plus patient, mais ce n'était pas gagné.
Il nicha doucement sa tête au creux de son cou, comme pour goutter au parfum de ses anglaises et de sa peau nue, pour lui laisser le temps. Mais il ne désirait pas s’attarder, il avait en fait bien trop peur, sous ses abords déterminés, que la belle ne se ravise et ne s'enfuit en courant. Et puis le désir qui commençait à pulsait dans son corps entier ne l'aidait pas à être compréhensif.
Il pressa ses lèvres une, deux, trois fois sur sa gorge, descendant dangereusement vers une zone encore inexplorée de sa victime, se mit souplement à genoux et cherchant d'une main un peu tremblante les boutons de la robe, dans son dos. Selena Duncan pourrait se venter d'avoir tenu le terrible Magister à ses pieds. Pour l'instant, il ne savait pas si la Selena Duncan en question avait envie de la ramener,mais lui était décidément bien tenté. Son instinct de prédateur se réveillait doucement, et il était en train de se tâter afin de savoir s'il allait s'aider de sa puissante magie pour mettre la robe en lambeaux ou pour simplement localiser les discrets et perfides boutons arrières. Victoire ! Son doigt ganté venait justement d'en trouver un. Pour se venger, il l'arracha, puis, trouvant que c'était décidément bien pratique, fit de même avec toute la lignée. Perdant la face brusquement, il se remit sur pieds en une seconde, retourna violemment sa proie et continua son ouvrage en y voyant enfin quelque chose. Il était comme ça lui, pas bien réputé pour sa patience légendaire. Il reprit cependant le contrôle des battements frénétiques de son cœur au moment où il entrait en contact avec la peau laiteuse du dos de la jeune femme. Il caressa avec une infinie lenteur les millimètres de peau dévoilés par le tissus précieux, faisant glisser l'habit jusqu'aux hanches, marquant une petite pause en constatant que le dos de Selena était secoué par de petits tremblements ( il pensa d'abord que c'était la peur, mais il n'en était pas sûr). La jeune femme était-elle à ce point terrorisée ? Ne pas voir son visage (à elle) semblait soudain être une terrible idée. Il ne voulait pas qu'elle vive si mal l'accomplissement de ses désirs. Pire : si elle se mettait à pleurer, soit il devenait cruel, soit il se roulait en boule à ses pieds en lui demandant de le pardonner d'avoir été si odieux. A voir. Pour le moment, il préféra ignorer sa souffrance (si souffrance il y avait), écouter ses pulsions et s'alerter uniquement si elle commençait à hurler. Bon plan ça.

Menteur.
Il ne se sentait pas capable d'être odieux avec l'élue de son cœur. Il ne pouvait simplement pas se concentrer sur ses désirs si il la soupçonnait de souffrir par sa faute. Avec une autre femme il n'aurait pas hésité une seconde, avec Selemba il en serait devenu violent, mais avec la douce et magnifique Selena....que pouvait-il faire ? A part essayer d'adoucir ses peines ?
La robe tomba définitivement à terre. Il enfouit de nouveau le visage dans l'épaule de sa partenaire, comme pour la consoler. Il embrassa le plus tendrement qu'il pouvait sa joue nacrée, caressa le bas de son dos, lui signalant qu'il en avait terminé, et qu'elle était libre de ses mouvements. Qu'elle fasse ce qu'elle voulait, il se mettait à sa disposition. Du moins il essayait. Ca n'allait sans doute pas la consoler définitivement,mais peut être la libérer du statut de victime qu'il lui avait jusqu'alors imposé.


ok ON NE CONTROLE PLUS RIEN MAGISTER EST LACHE, ELOIGNEZ LES ENFANTS
maintenant, comme on dit : soit tu t’éclipses avec une ellipse, soit tu affrontes avec courage et détermination la force de la nature ! XD
Nan franchement...une ellipse n'est pas la solution
:kiwi:


fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Mer 6 Nov - 15:04









J
e lui emboitai le pas, longeant le petit couloir (sombre) qui menait à sa... chambre. Je me rendis soudain compte que j’étais totalement désorientée. Cette atroce boule de stress au ventre, les oreilles bourdonnantes, l’incapacité à réfléchir normalement... je le suivais de façon presque automatique, et sans vraiment réaliser, sans avoir vraiment conscience de mes gestes ; c’était peut-être ça la sensation de quelqu’un qui monte à l’échafaud. Mais je m’égare. La situation n’est pas comparable, je ne veux pas donner l’impression de jouer les martyres ! Ce n’est qu’une nuit.

Nous y voilà. Je m’arrêtai au centre de la pièce, inspira un grand coup pour faire redescendre le sang de ma tête (fais un effort, nooo stress). J’essayais de détailler le mobilier, le décor, me donner une contenance, me concentrer, mais mes yeux restaient obstinément fixés sur l’imposant lit. Lit satanique. Plus ça allait, plus je me sentais dans la peau d’une très jeune vierge effarouchée. C’était diablement insupportable.

Le cœur battant à tout rompre et les yeux légèrement embrumés, je le laissai m’étreindre et recommencer ses ardentes manœuvres sans dire un mot. J’étais moi-même trop occupée à exécuter des exercices de respiration (censés évacuer la tension, dixit Magicnet). Pendant qu’il devenait de plus en plus entreprenant, j’inspirais et expirais de façon exagérée, me sentant de plus en plus mal, et j’avais probablement l’air d’une idiote. Il ne semblait pas le remarquer. Il me faudrait une pancarte « je suis actuellement en pleine crise de panique, veuillez patienter ». Oh, voilà qu’il se met à genoux. Il cherche les boutons de ma robe. Il va me l’enlever. Non, pitié ! Je veux partir ! Ne recommence pas à faire la gamine, Selena. Sois courageuse, à la fin. Il me retourne. Je suis soulagée. Il ne peut pas voir mon expression. Dieux, je vais éclater en sanglots. La robe est par terre. Mais pourquoi ? Pourquoi je n’arrive pas à réagir comme si c’était un homme normal ? Pourtant j’essaye, je fais des efforts d’imagination... Avec combien d’hommes j’ai déjà couché au cours de ma courte vie ? Je suis loin d’être vierge. Alors pourquoi j’ai l’impression que le monde va s’effondrer si je couche avec celui-là ? Pourquoi j’en fais toute une histoire, merde !? Pourquoi tout doit être si compliqué ? Ma fille a affronté, sans jamais broncher, des situations qui méritaient cent fois plus de paniquer. Et moi je suis sur le point de chialer lamentablement pour ça. Décidément, j’ai vraiment un problème. Je suis pathétique, pitoyable, horriblement faible et lâche.

Ça y’est, le barrage a cédé et les larmes affluent sur mes joues. Mais je ne vais pas m’abaisser à sangloter bruyamment, non. Je suis sûre qu’il n’a même pas remarqué mes discrètes pleurnicheries, en tout cas je l’espère. Il était trop concentré sur sa future victoire, ce sale pervers. Non, je suis méchante, ce n’est pas un pervers. Dans le fond, ce n’est qu’un homme torturé en mal d’amour et d’affection. Il a enfin eu ce qu’il voulait, il doit être content. Sauf que moi je ne suis pas contente. Mais ça, tout le monde s’en fout royalement.

▬ Mesdames et messieurs, un peu de silence je vous prie. Nous allons progressivement entrer dans la phase où la regrettable absence de Mme Ellipse va commencer à se faire sentir. Je vais devoir continuer la narration sans elle, c’est vraiment trop la dèche. C’est donc avec grand respect que je demande aux plus jeunes enfants d’aller se faire cuire un œuf ailleurs, merci de votre compréhension \o/ ▬

Je détachai les lanières de mes chaussures inconfortables, -subitement rapetissée d’une dizaine de centimètres, la p’tite Lena-, et les envoyai valser près de la porte d’entrée. Je me retournai, enfouissant mon visage larmoyant contre son torse (paye ton mouchoir !) avec l’espoir qu’il n’ait rien remarqué de ma ridicule détresse. Je pris soudain conscience du contact du tissu sombre contre ma peau nue, et constatai bêtement que j’étais encore en sous-vêtements ; et le lit, à quelques pas, semblait se foutre ouvertement de ma gueule.
Mes larmes pathétiques s’évaporèrent petit à petit, et mon souffle se calma ; mais pas les tremblements et les battements de mon cœur, ce serait trop facile. Je relevai mon visage vers le masque, l’interrogeant du regard. Pourquoi ne bougeait-il plus ? C’était à moi de continuer ? Parce qu’en plus je devais le déshabiller ? Je n’étais pas encore assez humiliée à son goût ? Ne craque pas... ne t’en vas pas comme une sauvageonne en braillant et en courant... Diable, comment on lui enlève sa cape ? Ah, il y a une attache sur le devant. La cape tomba à terre ; mais il lui restait sa robe de sortcelier rouge foncé. J’empoignais doucement le col, prête à la déboutonner. Je suspendis mon geste. Jamais je n’aurais le courage. Et ces larmes, qui recommençaient dangereusement à affluer. J’abandonne. Me dégageant, je murmurai, en ultime résistance :

« Déshabille-toi tout seul. », dis-je en le fuyant du regard.

Lasse, je me décidai enfin à m’asseoir sur le grand lit. Je ne pouvais m’empêcher de triturer la dentelle blanche de mon soutif’. J’angoissais.
Je n’avais qu’une envie : me blottir sous les douillettes couvertures noires et m’endormir.  

~

La prochaine fois c’est la bonne, c’est le moment fatidique tant attendu xD Et je ne ferai point d’ellipse, nan nan nan :kiwi: L'avertissement marque le tout début de la scène, il vaut surtout pour la réponse suivante, je suis prévoyante What a Face

Edit : pourquoi j'ai mis une phrase déroulante si longue ? Parce que je suis une chieuse :kiwi:



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Magister





Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Mer 6 Nov - 20:03









Désolée je réponds toujours vite, mais c'est vraiment -ô surprise- que ce rp m'éclate :kiwi:
La phrase déroulante de trente mètres de long à eu la capacité de me mettre le suspens pendant trois minutes de fixation intense XD bravo !
Sinon...ba nous y voilà. Je crois que SAM, si elle était morte, se retournerait dans sa tombe si elle savait ce que nous sommes en train de faire faire à ses personnages. Étrangement, aucune forme de remords n'est encore venue m'empêcher de dormir....And here we go !


~


I
l sentait sa victi...partenaire pleurer tout contre lui. En toute autre circonstance, il en aurait tiré un intense et sadique plaisir. Là, il était simplement mortifié. C'était une sensation nouvelle, peu agréable, et qu'il ne savait absolument pas gérer. Il se savait responsable de sa tristesse, mais ne savait pas trop comment l'adoucir sans faire d'atroces concessions, ce qu'il n'était pas du tout près à prendre en compte, même pour ses beaux yeux. Surtout pour ses beaux yeux.
Il ne pouvait pas la caresser pour essayer de la consoler : chacun de ses contacts semblait la dégoutter. Il préféra donc rester sagement immobile. Surtout ne pas perdre patience. Apparemment, elle était pleine de bonne volonté (enfin tout était relatif) mais l'épreuve se révélait simplement bien trop dure pour elle. Il pourrait mal le prendre. Mais il était bien trop habitué à ses refus et à son dégoût pour être profondément touché : il la ferait changé d'avis. Il savait qu'il n'était pas un mauvais amant, qu'il pouvait se faire pâmer une BSH redoutable rien qu'avec le bout de ses doigts et son imagination débordante (et son esprit tordu, mais ça c'était une autre histoire). Même si Selena allait souffrir, il espérait lui faire oublier par ses caresses la douleur que lui coûtait son acte. Mais pour le moment, il ne savait pas très bien comment passer de la phase préliminaires relativement soft, à un contact plus...musclé. Et le comportement de la belle n'aidait pas.
Pourquoi n'arrivait-elle donc pas à se détendre ? Pourquoi ne parvenait-elle pas à faire abstraction de ses actes passés et meurtriers ? Pourquoi...
Il s'obligea à souffler un bon coup, à être compréhensif. Patience. Il était sur le point d'avoir ce dont il avait toujours rêvé, il ne fallait pas qu'il fiche tout en l'air simplement parce qu'il ne supportait pas son chagrin et son hésitation.
Néanmoins, une pensée amusante passa à  la vitesse d'un éclair dans son cerveau, et calma sa colère, la remplaçant par une confiance glaçante : quoi qu'elle fasse, elle était à lui. Quoi qu'il fasse, il ne pouvait pas tout gâcher : elle lui appartenait pour une semaine, elle n'avait plus le choix. C'était jouissif.
Il essaya d'emplir son regard de tendresse au moment où elle se tourna vers lui pour poser ses mains sur son col, ce qui fut bien évidement inutile, puisque ses yeux étaient cachés. Elle sembla cependant chercher en lui un soutient, et il se retint de lui prêter main forte au moment où elle bloqua sur l'ouverture de sa robe de sortcelier. La laisser aller à son rythme. Ne pas intervenir. Il laissa sagement ses bras le long de son corps.
Mais les larmes se mirent à couler sur ses joues, et elle recula, comme pétrifiée, pour aller s’asseoir, toute tremblante, sur son lit.

Déshabille-toi tout seul. Parvint-elle à souffler d'une petite voix éteinte.

Il soupira doucement, embrassa un instant la vision de Selena à moitié nue sur ses draps (et se retint de se pincer pour vérifier qu'il n'était pas dans un de ses rêves douteux qui le prenaient parfois quand la jeune femme venait de lui échapper et/ou de lui mettre un énième râteau) puis décida de passer à la vitesse supérieure. Son corps entier l'implorait de se jeter sur le lit et d'arracher les sous-vêtements de sa compagne pour ensuite faire plein de choses pas très catholiques sans plus de blabla, mais son esprit pratique et calculateur l'obligea à freiner. Si elle ne pouvait même pas le déshabiller, la partie n'allait pas être facile. Il avait conscience que l'étape déshabillage pouvait être très utile dans ce genre de situation : ça avait le don de calmer le stress tout en excitant les sens, et peut être que Selena aurait eu alors la tête ailleurs. Son refus était un obstacle. Tant pis, il aimait bien la difficulté et les plans tordus. Celui-ci n'échappait pas à la règle.  
Déjà, la première chose à faire était d'enlever les couches de vêtements qu'il portait ce soir là. Lentement, avec des gestes précis, il tâtonna pour déboutonner le haut de sa robe, enlevant ses amples manches, laissant l'habit noir couler à terre, puis s'occupa de délasser (magiquement, il n'avait pas la patience nécessaire pour y aller en douceur) les bottes compliquées qui encerclaient ses mollets. Tout cela en s'assurant que la belle restait attentive et ne comptait pas les planètes de l'autre côté de la vitre (avait-il besoin de préciser que sa chambre, faiblement éclairée, était tout simplement magnifiquement décorée et bien située ? Non hein )
Simplement vêtu de son pantalon noir, de son masque et du cercle d'un bordeaux malsain qui pulsait frénétiquement sur sa poitrine (tant pis si cela la perturbait, ce n'était pas le moment de songer à le cacher magiquement)  il s'avança prudemment vers le lit.

-Ma douce....il va quand même falloir que tu m'aide. Murmurât-il avec la voix la plus séduisante qu'il pouvait produire, tout en s’agenouillant légèrement pour se tenir à sa hauteur.

Il pouvait lui envoyer un foudroyant sort de séduction qui lui ferait oublier toutes ses réticences, ou simplement l'hypnotiser légèrement pour qu'elle lui cède avec passion, mais -ô surprise- il ne le voulait pas. C'était avec Selena Duncan qu'il voulait passer la nuit, pas avec une marionnette aux yeux inexpressifs. S'il ne l'avait pas fait avant, ce n'était certainement pas pour craquer au dernier moment. Il caressa doucement sa joue, sans s'aventurer plus loin, plongeant son regard dans le sien, longtemps. Ce fut le dernier geste doux qu'il se força à faire, comme pour lui demander une ultime permission. Il avait l'impression que le contact de sa peau (ah oui, faites-moi penser à lui faire enlever ses gants dans un futur proche...ou pas?) brûlait celle de la jeune femme, et lui envoyait des décharges électriques au creux de son ventre.

-Je t'en prie. Détends-toi. Soufflât-il en se rapprochant encore jusqu'à ce que leurs nez s'effleurent. Ça sera préférable pour tout les deux. S'il te plaît.

Il l'embrassa avec une lenteur calculée, mais sentit bien qu'il arrivait à l'ultime limite de sa bonté et de sa compréhension. Il la voulait. Il ne voulait plus attendre. Au Diable ses réticences et ses pleurnicheries, elle avait fait un pacte de sang, elle se devait....
Il la renversa sans douceur sur le matelas, la dominant de tout son poids, oubliant d'un coup toutes ses bonnes résolutions. On aurait pu appeler ce rp : Magister, ou comment faire le contraire de ce qu'on promet.
C'est à ce moment précis que son esprit se déconnecta totalement et alla voir ailleurs si Demiderus y était. Il ne se rappela plus clairement, après coup, ce qu'il avait fait avec précision. Tout c'était alors noyé sous un amas de matières et de gestes saccadés. Il lécha les larmes de sa captive, il lui embrassa le menton, il descendit jusqu'à sa poitrine et grilla sans prudence la fine dentelle blanche (au revoir sous-vêtements coûteux ! Merci Magi ! ) il la serra contre lui à l'étouffer, il emmêla son corps et le sien, passant jambes et bras sous et sur elle pour ne plus qu'elle puisse s'échapper. Chaque contact était tellement grisant qu'il se demandait pourquoi il n'y avait pas cédé plus tôt.

Il n'y eut pas de parole. Il n'y eut que deux corps qui se débarrassèrent frénétiquement de leurs vêtements et s'unirent dans une fièvre brûlante. Lorsqu'il disparut, deux heures plus tard...
Nan je plaisante.
Revenons à nos moutons (pardon SAM).

-Regarde-moi....parvient-il quand même à ordonner avant de prendre le visage de la jeune femme pour le ramener près du siens.


Il ne supporterait pas qu'elle l'ignore. Il voulait la faire réagir. En bien ou en mal, il s'en fichait -il avait dépassé ce stade depuis longtemps- tout était préférable à l'indifférence. Qu'elle le frappe, qu'elle s'abandonne, qu'elle fasse n'importe quoi....mais qu'elle ne le fuit pas, qu'elle ne tourne pas la tête pour penser à autre chose, un autre lieu....un autre homme. Danviou ? Son loup garou ? Ses autres multiples prétendants ?
Il grogna sous le coup de la colère (il est comme ça Magi, un peu impulsif...) et l'embrassa de plus belle, fiévreusement (soyons foooooooous), mordant, aspirant, s'accaparant tout ce qu'il touchait comme pour laisser un maximum de traces de son passage. Perdant patience, il prit ses mains dans les siennes, la força à positionner un bras autour de son dos, portant sa seconde main libre à sa joue.  Il attendait une réaction de sa part. Le contact, même forcé, de sa main fine sur sa joue lui fit songer à tout ce qu'il n'allait pas tarder à lui faire, ce qui lui fit légèrement perdre les pédales.
Il songea alors à THE question pratique de la soirée : le moyen de contraception. Ca serait tout de même idiot qu'elle ai un enfant de lui. Non....ne pas y songer. Ne pas....Chasser cette idée de sa tête. Ils n'en étaient pas là. Ils n'en seraient jamais là, alors à quoi bon ? Il incanta sans parler (un des nombreux avantages d'une magie surpuissante mesdames et messieurs ! La subtilité!) et chassa définitivement cette méchante idée de son esprit. Heureusement pour lui, il avait de la matière pour penser à autre chose.
Comme, à tout hasard, à la disparition rapide de son pantalon bien trop encombrant et serré, qui commençait furieusement à l’exaspérer. Si elle ne voulait pas s'en occuper après tout, il avait abandonné l'idée. Magie chérie, elle lui simplifiait la vie d'une façon délectable.
Voilà : ils y étaient. Tous les deux nus dans un lit, sans aucune fin du monde pour les déranger, ni une Tara Duncan pour venir arracher sa maman de son emprise. Magnifique.
Il l'implora de nouveau tout à fait inutilement du regard, essayant de chiffrer le niveau de consentement dans ses yeux dorés. Qu'elle fasse quelque chose, par tous les Démons des Lymbes...

~


Je sais je suis perverse :) mais je t'en prie, soulages ma conscience [de toute façon sur AM je ne suis pas la seule] en prenant les choses en mains ! La situation peut prendre la tournure que tu voudras (j'avoue être impatiente de voir la réaction de notre pauvre Néna). Youpeeeeee ! Faites l'amour, pas la guerre les enfants ! Ou comme Magister, faites l'amour puis la guerre
:kiwi:



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
personnage incarné par le Staff
Chamidontrachiva
Stanley A.Dyson
Evangeline Imaginearium
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Selena Duncan

♦ The show must go on.
♦ The show must go on.



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   Dim 10 Nov - 17:30







Au contraire, c’est cool que tu répondes si vite 8D Par contre, on peut pas en dire la même chose de moi ._.

Bon. Sache que c’est la première fois que j’écris une scène de ce genre –Non mais franchement Chami, t’as vraiment une mauvaise influence sur moi xD- et que ce sera probablement trèèèèès maladroit, merdique et pas assez pervers à ton goût :kiwi:

Attention, place au massacre ~


A
présent, j’étais dans la phase « stress tellement intense qu’on entre dans une sorte d’état comateux ». Devant moi, Magister se déshabillait lentement, prolongeant mon supplice. Paralysée, hypnotisée, je ne pus en détacher mon regard. Bientôt, je vis sa peau à nue pour la première fois, débarrassée de toutes ses étoffes noires, débarrassée de sa cape de super-méchant. Il avait un très beau corps, bien plus musclé que tous les autres. Le cercle, plus qu’autre chose, me fascinait et me rappelait à qui j’avais affaire.

« Ma douce....il va quand même falloir que tu m'aides. »

En admettant que je puisse faire le moindre mouvement, ce qui serait déjà bien. Bon Dieu, va falloir songer à se réveiller, Selena. Tu ne vas pas pouvoir rester là, inexpressive et indifférente, pendant cent-sept ans.

« Je t'en prie. Détends-toi. Ça sera préférable pour tout les deux. S'il te plaît. »

Fais comme chez le dentiste avant qu’il ne t’arrache les quatre dents de sagesse. Force-toi à te détendre. Magister mit fin à mes réflexions idiotes en m’arrachant un baiser. Que je lui rendis machinalement, par contrainte et par lassitude de lutter.
Et ensuite... Ensuite je fus renversée, enfin, le moment fatidique. Et miracle ! Je réagis enfin. Ce n’était pas trop tôt. Trop de contacts, trop d’étreintes, trop de chaleur en moi qui montait fatalement. Trop de haine, trop de désir. Paradoxalement.

« Regarde-moi... »

Je ne pouvais pas bouger, complètement immobilisée par son corps chaud sur moi, par ses bras qui m’enserraient avec force.
Je le regardai. Il espérait un consentement. Il voulait que je réagisse.
Je me mis à me débattre furieusement, avec l’énergie du diable, sans réfléchir. Je ressemblais soudainement à une furie, et il ne devait pas y comprendre grand-chose, pas plus que je ne me comprenais moi-même. C’était sur le coup de l’adrénaline, ou tout simplement par crainte de m’abandonner. Quoi qu’il en soit, je réussis à libérer un bras –le gauche, pas de chance, mais on fera avec-, et tentai de le frapper à la tête, en vain. Je détournais le visage quand il avisait mes lèvres, mais il repartait à l’assaut sur une autre partie libre de mon corps. Déchaînée, je lui hurlai au visage :

« Mais je te regarde ! Comment pourrais-je faire autrement ? Tu as envahi ma vie ! Ça fait quinze ans que je te regarde ! »

J’avais l’air d’une folle furieuse. Toute la forteresse avait sûrement entendu. Je m’en fichais. Je voulais juste qu’il parte loin et qu’il ne revienne plus jamais dans ma vie. Non. Je voulais qu’il reste, qu’il m’embrasse, qu’il m’enlace, qu’il me possède. Tout se mélange. Mes envies, ma raison, tout cela se mélangeait dans mon esprit, me faisant faire n’importe quoi. Mes gestes n’étaient pas en accord avec ce que je pensais, ce que je pensais n’était pas en accord avec mes gestes, je ne sais plus. Je crois que je confondais tout. J’attrapai l’oreiller, d’abord avec l’intention de lui écraser sur la tête, mais me ravisai en enfouissant mon visage dedans. Je m’étais remise à pleurer, sans retenue cette fois, et tout mon corps nu était parcouru de soubresauts incontrôlables.

« Pardonne-moi. Je ne sais plus ce que je fais. Tu dois me prendre pour une folle. »

Je le regardais droit dans les yeux pour la première fois de la soirée. Le pauvre ne devait pas tout comprendre.

« Embrasse-moi. », murmurai-je en larmes, mes lèvres –rougies d’avoir été tant mordues- contre les siennes.

Haletante, je nouai mes bras autour de son cou, et me coulai lentement contre lui, jusqu’à être allongée. Jusqu’à ce qu’il me domine, me chevauche. Et au premier coup de bassin, je ne pus retenir un gémissement de plaisir. Mêlé de désespoir. Je n’allais pas assumer le lendemain.

~

... What a Face
Oh là là.
C'est nul.



fiche par century sex.



_♣ _______________ ♣_
- Take me to wonderland -

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking... But my smile, still, stays on ! Fairy tales of yesterday, will grow but never die.
Apache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Echec et mat ~ Pv Magichou <3   

Revenir en haut Aller en bas
 

Echec et mat ~ Pv Magichou <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» PREVAL MEDAILLE D'OR AUX JEUX D'ECHEC D'HAITI ! 7x6 LA RUSE NE PASSERA PAS !
» Un Hurleur de feu apparaît... [Echec]
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» 18 octobre , commémoration de la mort d'Anténor Firmin
» Le déclin du mouvement lavalas et l'échec de Préval sur le terrain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AutreMonde :: AutreMonde :: Le Lancovit :: Travia-