AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Evangeline Imaginearium

The purpose of life is a life of purpose ☿
The purpose of life is a life of purpose ☿



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Ven 8 Mar - 23:41


La journée s’annonçait épuisante. La chaleur de la cuisine l’essoufflait considérablement et ce n’était pas la seule raison. Cela faisait maintenant plus d’un mois qu’elle travaillait dans les cuisines du Château Vivant à Travia. Pour à peu près quatorze heures de travail par jour, elle était payée 10 crédits muts argent avec le dimanche de libre. Elle voulait à tout prix gagner de l’argent pour pouvoir ensuite ouvrir une pâtisserie. Bien sûr, elle allait devoir longuement attendre : les emplacements coûtaient chers à Travia et elle n’avait plus ou très peu d’économies vu qu’elle venait d’emménager dans son appartement. Il fallait donc qu’elle travaille d’arrache-pieds. Et, même si elle ne manquait pas de travail, elle était heureuse de ce qu’elle faisait. La pâtisserie était sa passion depuis toute petite, peu lui importait qu’elle dût l’exécuter des heures durant. Au contraire, même. Cela lui plaisait énormément.

Elle essuya d’une manche la sueur qui perlait sur son front. Il était maintenant onze heures cinquante-huit et sa pause était dans deux minutes. La faim lui rongeait l’estomac et elle languissait de manger quelque chose. Evangeline sortit vite les macarons qui était au four et fondit d’admiration devant les parfaites petites coques rose et jaunes. La cloche sonna et elle put enlever son tablier. Elle reprenait ses fourneaux à treize heures trente, ça lui laissait le temps de se doucher et de manger, même de se reposer, comme habituellement. Des douches étaient à disposition des cuisiniers qui avaient fini leur service. Elle s’y rendit et en sortit avec un joli jean bleu marine, un col roulé noir et ses converse aux pieds. Soudain, sa boule de cristal sonna dans sa poche.

- Mademoiselle, vous devez vous rendre en salle de réception. Le Roi Bear et la Reine Titania vous y attende.

La jeune femme jeta un regard las sur sa tenue. Elle n’allait quand même pas les rencontrer ainsi… Et bien si. Au moins, elle était propre et sentait l’ambre, son odeur préférée.
Elle rentra dans la Grande Salle et y vit les sublimes dirigeants du Lancovit. Alors qu’à Omois, l’impératrice et l’impérator n’étaient qu’extravagance et ostentation, ceux-ci étaient dans la pureté même. La reine avait attaché ses longs cheveux en un chignon élégant mais dont quelques mèches folles tombaient sur son doux cou. Le Roi, lui, avait laissé pousser sa barbe en un classieux collier. Tous deux étaient habillés de bleu et argent, les couleurs de leur royaume. Assis sur leurs célèbres sièges, ils tendirent tout de go leur main vers un homme qui se trouvait à leur droite.

- Mademoiselle, nous savons que vous faites partie des Cuisines. Mais nous savons également que vous venez de terminer. Nous comptons donc sur vous pour lui montrer les environs. Voyez-vous, Valkandre A. Kahl Ylegosh n’est pas revenu ici depuis bien longtemps. Et il fait partie d’un des plus prestigieux clan vampirique qu’il existe. Sachez donc qu’il n’est pas encore adapté à la vie actuelle. Merci, Mademoiselle.

Et d’un signe de tête, le Roi lui fit comprendre que l’entretien était terminé. Le dénommé Valkandre portait des vêtements très démondés. Une haut en soie brodée à la main, une chemise blanche avec une fraise, des chaussures que même ses grands-parents n’avaient jamais dû admirer, bref, il semblait très bizarre à côté d’elle, en converse.
Elle lui fit un signe de la main et ils sortirent ensemblent de la Grande Salle.

- Bon, alors, que faites-vous ici ? dit-elle avait un regard empli de méfiance.

Elle admira pourtant sa longue chevelure blonde qu’il avait attaché en catogan avec un ruban de couleur marron.

_♣ _______________ ♣_
Echoes of History
Mais faut pas que tu désespères, perds pas espoir. Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire. Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand, qui sauve la vie, qui trompe la mort, qui déglingue enfin le blizzard.
(code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valkandre A. Kahl Ylegosh

Parce que vous ne valez rien
Parce que vous ne valez rien



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Sam 9 Mar - 13:37

Non mais franchement, pourquoi être retourné à la civilisation?
Il n'était arrivé que depuis ce matin mais regrettait déjà d'avoir fait le déplacement. On était tellement plus tranquille dans une grotte, tout seul, avec pour seule compagnie un basilic psychopathe et son propre reflet dans une glace...

Non mais c'est vrai, quoi! C'est d'un pénible! A peine sorti de la porte de transfert Lancovienne du Château Vivant, il s'était fait agresser par un petit fonctionnaire miteux coiffé d'un chapeau immonde à l'outrance, d'un bleu roi qui ne lui allait absolument pas. Ainsi, la limace administrative ( Oui, c'est très impoli mais il ne se sait ni observé, ni commenté: autant laisser libre cours à son imagination! *rire machiavélique*), après deux ou trois étranges courbettes, lui avait demandé de sa petite voix nasillarde:

- "Puis-je savoir qui est Monsieuuuuuuuuur? Monsieuuuuuuuuur vient-il pour une raison particulière? En quoi puis-je être agréééable à Monsieuuuuur?

Agréable? Rien que ta présence m'insupporte, nabot. Chuuuuuut, Valinouchet. Contrôle-toi, je te prie.

- Je me présente, Valkandre Arkaniel Kahl Ylegosh, du clan Ylegosh de Krasalvie (Non mais la classe, quoi. Tu es soufflé, limaçon.). Ce que je viens faire ici ne regarde que moi et donc ne vous concerne aucunement. M'être agréable? Mmmmm... Oui, j'ai bien une idée: Annoncez mon arrivée à leurs royales majestés. Il n'est pas utile que vous me conduisiez à la salle du trône, je suis un grand garçon. Vous pouvez disposer (Et VLAN! Dans tes dents, mon flan.).

- B-bien, votre seigneurie... Je vais voir ce que je peux faire... "

Haha, pauvre petit cafard! Rampe devant ma suprême répartie et la splendeur de mon soin capillaire."

Après avoir fanfaronné un brin, le vieux vampyr se dit qu'il avait intérêt à trouver rapidement la salle en question. Dans le cas contraire, il serait ET ridicule ET perdu... Ce qui n'est, soyons bien d'accord, absolument pas classieux. Un hérésie aux yeux de sa dignité exacerbée. Il se mit alors à errer dans les couloirs bleutés de l'étrange demeure. Tout était en perpétuel mouvement, ce qui, certes, est normal dans un Château vivant. Après une demi-heure de déambulations infructueuses et de regards intrigués de la part du personnel et des nobliaux, qui l'avaient chacun vu passer et repasser deux ou trois fois au même endroit, il du admettre sa défaite. Tiraillé par son égo gargantuesque, il se cacha derrière une colonne et incanta un sortilège de repérage.

"Par le cartus, qu'on m'indique la salle du trône, et que jamais plus je ne me paume. "

Un fin ruban de brume lie-de-vin se dessina dans l'air et fila à toute allure dans une direction improbable. Ça t'apprendra à te vanter, beau gosse (mon Dieu, mon pauvre petit, que tu es narcissique...). La difficulté résidait maintenant à suivre ledit ruban de façon anodine, sans avoir l'air d'un touriste qui se raccroche à un bête tour pour pouvoir se repérer (guideMichelinbonjouuuur!). Après tout, Sa grandeur n'était pas en territoire inconnu, elle était déjà venue il y a 1148 ans *petit rire d'auto-suffisance* . Ah oui, en effet, on s'approchait bien de la partie la plus chic du bâtiment: les gardes étaient moins pouilleusement (non, ce terme n'existe pas) habillés et déjà plus mignons. Val' réussit à capter l'attention de l'un d'entre eux, un petit humain blond d'une vingtaine d'années, tout juste sorti de la caserne. Après lui avoir décoché un clin d’œil ravageur qui donna une ravissante teinte tomate à la peau bronzé du p'tit jeune, le vampyr réprima un gloussement et continua ses pérégrinations jusqu'à leurs "splendides majestés".

Après un entretien un brin longuet avec leurs suprêmes grandeurs, Valkandre vit arriver dans la salle un jeune homme au physique androgyne, vêtu de façon, semblait-il, à marier le négligé et le miteux dans un tout des plus... Charmant? Calme ta libido, coco. Tu es en royale présence, parbleu! D'ailleurs, tu auras tout le temps de te faire une réputation de pervers ces prochaines années.

" Mademoiselle, nous savons que vous faites partie des Cuisines. Mais nous savons également que vous venez de terminer. Nous comptons donc sur vous pour lui montrer les environs. Voyez-vous, Valkandre A. Kahl Ylegosh n’est pas revenu ici depuis bien longtemps. Et il fait partie d’un des plus prestigieux clan vampirique qu’il existe. Sachez donc qu’il n’est pas encore adapté à la vie actuelle. Merci, Mademoiselle. "

Héhé, merci, ta majesté, pour le titre de noblesse. Attendez... Vous avez bien dit mademoiselle? Ceci est une femme??? Mais où va l'monde, je vous l'demande! Ainsi, de nos jours, les femmes peuvent s'habiller en hommes? Mais cela déroge à toutes les normes établies! Cette "chose" est donc une créature féminine (je ris) ... - Dommage - Et de surcroit une vulgaire soubrette des cuisines. On va bien s'amuser, dites moi...

- " Bon, alors, que faites-vous ici ?

Je t'en pose, moi, des questions?

- Et bien... Je reviens d'un long séjour dans un lieu reculé durant lequel je n'ai que très peu - pour ne pas dire "pas-du-tout" - eu l'occasion de me retrouver en présence d'un quelconque autre humanoïde. De ce fait, vous seriez bien obligeante de m'aider à reprendre contact avec la société actuelle et de me renseigner sur ses us et coutumes ainsi que sur les valeurs actuellement en vigueur. En outre, si étiez dans la possibilité de me faire un résumé de la situation politique générale d'Autremonde, je vous serais fort gré. *splendide révérence à la demiderienne* Bien entendu, uniquement si tout ceci est dans la limite de vos capacités et de vos connaissances, très chère. "


Spoiler:
 


Dernière édition par Valkandre A. Kahl Ylegosh le Mar 12 Mar - 19:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evangeline Imaginearium

The purpose of life is a life of purpose ☿
The purpose of life is a life of purpose ☿



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Dim 10 Mar - 12:20


Le vampyr très étrange – c’était d’ailleurs un pléonasme, puisque les vampyrs sont forcément étranges – lui répondit d’une voix très grave, sûrement éraillée par le temps.

- Et bien... Je reviens d'un long séjour dans un lieu reculé durant lequel je n'ai été que très peu - pour ne pas dire "pas-du-tout" - eu l'occasion de me retrouver en présence d'un quelconque autre humanoïde. De ce fait, vous seriez bien obligeante de m'aider à reprendre contact avec la société actuelle et de me renseigner sur ses us et coutumes ainsi que sur les valeurs actuellement en vigueur. En outre, si étiez dans la possibilité de me faire un résumé de la situation politique générale d'Autremonde, je vous serais fort gré. Dans la limite de vos capacités et de vos connaissances, très chère.

Et il accompagna sa réponse d’une révérence tout à fait ridicule. Du genre de celles qu’on ne voyait que dans les films. Elle explosa de rire et dût s’appuyer contre un mur du Château Vivant, qui se mit à se trémousser, comme si on le chatouillait. Elle en avait les larmes aux yeux.
- … C’était quoi… ça ? … Enorme !

Elle reproduisit le geste et dès qu’elle croisait le regard du vampyr, son fou rire revenait de plus belle.
Elle reprit peu à peu son souffle et essuya ses yeux.

- Bon, excusez-moi, mais ne refaites plus ce geste étrange devant moi. Vous allez me tuer de rire. Je vous explique le plan. Je sors du boulot. Je n’ai pas mangé. Vous êtes habillé comme il y a au moins deux-cent ans. Si vous sortez comme ça, vous n’allez pas passer inaperçu. On va passer chez moi avant et je vous emmènerai manger.

Et sans plus d’indications, elle lui prit la main et l’entraîna dans une rue adjacente au Château Vivant. Son immeuble se dressait de toute sa hauteur, sombre et étrange. Ils montèrent les quelques soixante marches et pénétrèrent dans le loft miroitant de couleur. Des miroirs, de partout. Des objets de toutes les couleurs, sur les murs. La cuisine était impeccablement rangée, comme à l’habitude. Elle poussa Valkandre sur un canapé noir où des coussins orange trônaient et elle se rendit dans sa petite chambre. Elle y dénicha un simple jean noir et un T-Shirt blanc qu’elle apporta au Vampyr.

- La salle de bain est au fond à droite, dit-elle en lui désignant ledit fond.

Pendant ce temps, elle prépara quelque nourriture à emporter. Qu’est-ce qu’il pouvait manger ? Elle n’en savait rien mais il mangerait ce qu’elle lui donnerait. Elle n’avait pas assez d’argent pour acheter autre chose pour un vampyr exigeant. Elle emballa ce qui leur servirait de pique-nique et mit le tout dans un grand sac. Elle alla toquer à la porte de la salle d’eau.

- Vous allez bien ? On va bientôt y aller, si vous permettez.

En attendant qu’il en ressorte, elle changea son haut, puisqu’elle avait finalement transpiré dedans et prit une chemise à manches courtes de couleur rose pâle. Elle mit son chapeau et se cala contre le dos du canapé.

_♣ _______________ ♣_
Echoes of History
Mais faut pas que tu désespères, perds pas espoir. Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire. Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand, qui sauve la vie, qui trompe la mort, qui déglingue enfin le blizzard.
(code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valkandre A. Kahl Ylegosh

Parce que vous ne valez rien
Parce que vous ne valez rien



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Lun 11 Mar - 19:22

- … C’était quoi… ça ? … Enorme !

Pardon? Elle se permet de commenter ce que je fais à voix haute? Et elle se moque, en plus? Guenon mal embouchée, va... Bon, soyons bon prince et pardonnons-lui. Elle doit être un peu simplette, d'où son job aux cuisines... De mon temps, c'est là qu'on casait les abrutis du château. Ça fait au moins une chose qui n'a pas changé, en mille ans. C'est bon de voir que les meilleures choses restent!
Ah, voilà qu'elle me singe, maintenant. Eh bah ça s'arrange pas, mais tant qu'elle est contente... Il vaut certainement mieux ne pas la contrarier.

- Bon, excusez-moi, mais ne refaites plus ce geste étrange devant moi. Vous allez me tuer de rire. Je vous explique le plan. Je sors du boulot. Je n’ai pas mangé. Vous êtes habillé comme il y a au moins deux-cent ans. Si vous sortez comme ça, vous n’allez pas passer inaperçu. On va passer chez moi avant et je vous emmènerai manger.

Quoi, mes vêtements?! Qu'est-ce-qu'elles ont mes frusques? Malpolie et sans aucun goût, en plus. Bon, je dois quand même lui concéder ce point: Bien que splendide, mon habillement est en contraste saisissant avec les "choses" que monsieur Toutlemonde porte de nos jours. Je suppose que je vais devoir la suivre dans le taudis où elle doit certainement habiter afin de voir de quoi il retourne... Et puis, de toute façon, si ma guide doit manger, autant laisser ma guide manger. Je ne voudrais pas que ma guide tombe d’inanition car, sans guide, je serais bien démuni. Si jeune et déjà anorexique... Un peu plus et elle s'envole... Ce serait dommage!
Vais-je accepter de porter ces fringues immondes? Vais-je chanter ce requiem pour blonde? (ah non, je m'égare un peu, là...)" Vous le saurez au prochain épisode!


- PROCHAIN ÉPISODE -


Ainsi, notre sympathique vampyr suivit sa guide (Oui, je sais, vous commencez à aimer ce mot. Ne vous en faites pas, je vous en donnerai d'autres comme celui-là. Contents? - simple question rhétorique, la réponse ne m'intéresse pas.) jusqu'à son taudis... Qui n'en était pas un, à sa grande surprise et aussi sa petite déception (Tournure inexistante, jesaistaisezvous). Après tout, qui n'aime pas avoir raison? Sa stupéfaction atteint son summum lorsque la gente demoiselle lui proposa d'aller prendre une douche - tout seul - dans la salle qu'elle avait dédiée à l'hygiène. Oui, cette femme connaissait l'hygiène. Vous aussi êtes étonnés? Pas autant que Valinouchet, croyez-moi.

"La salle de bain est au fond à droite."

Après s'être rapidement délassé et lavé des effluves nauséabondes et de la poussière issue des ruelles de la ville, le tout sous un bon jet d'eau glaciale, Valkandre sortit de la douche (nu) et se mit en quête de ce que son hôte avait pu lui laisser pour remédier à son problème de naturisme périodique. A quelques mètres de la cabine de laquelle il s'extrayait, sur un panier à linge, trônaient un jean et un T-shirt. Ce qui choqua le plus notre charmant ami ne fut pas l'apparence étrange et quelque peu barbare de ces choses, mais plutôt la façon dont lesdites choses étaient arrivées à leur place actuelle: ces vêtements n'étaient pas là lorsqu'il était entré dans la salle de bain. La paysanne avait donc pénétré dans la pièce PENDANT qu'il procédait à ses ablutions, alors qu'il était dans le plus simple appareil. Elle l'avait même peut-être entendu chanter à tu-tête (ou brailler avec une exactitude plutôt douteuse) , sous un jet d'eau trop peu bruyant, un des "tubes" de son époque. S'il avait pu rougir, il ne s'en serait pas privé. Il se sentit tout-à-coup très proche de ce jeune soldat avec lequel il s'était amusé au palais.

"- Vous allez bien ? On va bientôt y aller, si vous permettez.

Ah, parce qu'elle toque avant d'entrer, maintenant? C'est nouveau mais c'est bien! Elle sera peut-être même civilisée, un de ces jour...

- J'arrive, je me presse. Je ne voudrais pas vous mettre en retard, surtout vu les responsabilités qui sont les votre!"


Prenant son courage à deux mains et de la troisième ce qu'il restait de sa dignité, il sortit de la salle d'eau (mais habillé, cette fois). Evangeline l'attendait dans le salon, élégamment avachie contre le dossier de son canapé noir, lui_même parsemé de coussins oranges.

- "Cet intérieur est vraiment décoré avec goût, ne pu-t-il s'empêcher de remarquer avec une certaine note d'agacement. Ça a déjà plus de cachet qu'une grotte, quoi. C'est votre œuvre, j'imagine? *soupir* Bravo.

Valkandre dut faire face à un véritable conflit intérieur. Il venait de faire un compliment sincère à quelqu'un (chose qu'il n'avait pas faite depuis un bon millénaire, à part à lui-même) et ce quelqu'un n'était qu'une roturière, roturière qui l'avait espionné sous la douche!

- Bref, quel est le programme de cet après-midi? Nous allons partir pour un voyage vers l'exotique pays des cuisine du Château, en plein dans le monde de l'étrange et de l'inexpliqué? A moins que vous n'ayez d'autre trépidante destination à me proposer... Je vous suis, délicieuse guide!"

Et c'est parti pour de nouvelles aventures...
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evangeline Imaginearium

The purpose of life is a life of purpose ☿
The purpose of life is a life of purpose ☿



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Sam 30 Mar - 10:06


Valkandre sortit enfin de la douche. Voilà un cliché qui n’était plus vrai : les hommes aussi mettaient beaucoup de temps à se préparer. Alors qu’elle en avait pour une dizaine de minutes. Pffff, ah les hommes. Des bons à rien. Il observa un peu l’appartement et dit, d’une voix presque neutre :

- Cet intérieur est vraiment décoré avec goût. Ça a déjà plus de cachet qu'une grotte, quoi. C'est votre œuvre, j'imagine? Bravo.

- Oui, c’est moi qui ai décoré. Enfin, j’ai récupéré pas mal de choses et on m’a pas mal aidé pour la peinture. Je suis contente si ça vous plait.

Evangeline regarda à son tour son invité et dut reconnaitre que ses vêtements lui allaient mieux qu’à elle. En même temps, elle était plus fournie en haut que lui au niveau des pectoraux. Na.

- Bref, quel est le programme de cet après-midi ? Nous allons partir pour un voyage vers l'exotique pays des cuisines du Château, en plein dans le monde de l'étrange et de l'inexpliqué? A moins que vous n'ayez d'autre trépidante destination à me proposer... Je vous suis, délicieuse guide!

Elle pouffa de rire sous l’appellation « délicieuse ».
- Je ne suis pas délicieuse, comme vous dites. En fait, je ne pensais pas aller manger au Château. Je pensais vous emmener dans un restaurant que je connais et qui soit dans mes moyens. Vous avez sans doute remarqué que je ne roule pas sur l’or, alors vous vous en contenterez.

Maintenant qu’ils étaient tous les deux prêts pour sortir, elle poussa le vampyr dehors. Elle ferma tous les verrous et ils descendirent rapidement les escaliers. Comme par hasard, il commençait à pleuvoir. Elle n’avait bien sûr pas de parapluie. Heureusement, le petit bistrot n’était pas trop loin. Mais suffisamment pour qu’ils dussent courir. Ils arrivèrent donc trempés chez Mario, son pizzaïolo préféré. Il faisait partie, avec Claude, de ses seuls amis au Lancovit. D’ailleurs, elle les soupçonnait d’être ensemble mais elle n’avait toujours pas pu les percer à jour. Personne ne savait que c’était une femme, sauf le Roi, la Reine et maintenant Valkandre. Le petit Italien avec sa moustache caractéristique était vêtu, comme d’habitude de son tablier bleu et de sa casquette rouge. Il lui désigna sa table avec un accent très prononcé et ils s’y installèrent. Une bonne odeur de pizza flottait dans le petit établissement dont la lumière se profilait, dehors, sur les gouttes de pluie. Ce qui était bien ici, c’est que les prix n’étaient pas démesurés et que ce n’était pas trop apprêté. Les nappes étaient blanches et les couverts de couleur argent mais les assiettes faisaient décontractées puisqu’elles étaient assez chou : blanches avec trois papillons bleu dans un des coins, sur celle de Valkandre ils étaient dorés.

La jeune femme enleva sa veste qu’elle laissa près du radiateur et saisit celle de son invité, enfin, concrètement, c’était sa veste à elle. Leurs manches étaient toutes trempées et on aurait dit deux cockers qui s’étaient perdus en chemin. Un grand silence se fit. Mario vint finalement prendre les commandes :

- Qu’est-ce que je te sers aujourd’hui, Adam ? Comme d’habitude ? dit-il en posant sa main sur l’épaule de la jeune femme.

- Oui, s’il te plait. Mets en deux, il en prendra une aussi.

- Pas de problème, à tout de suite, lui répondit-il avant de partir en cuisine.

Elle reporta son attention sur son invité et le détailla du regard. Quel âge pouvait-il bien avoir ? Elle lui en donnait une quarantaine. Il semblait riche également. Le pauvre, obligé de manger dans un bistrot exigu comme celui-ci alors qu’il devait avoir l’habitude de la gastronomie la plus fine… Elel décida d’engager à nouveau la conversation.

- Et, au fait, vous ne m’avez pas dit. Où étiez-vous avant de venir ici ?

Son ton était plein de curiosité retenue mais elle ne voulait pas trop lui en demander par peur de le gêner.

_♣ _______________ ♣_
Echoes of History
Mais faut pas que tu désespères, perds pas espoir. Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire. Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand, qui sauve la vie, qui trompe la mort, qui déglingue enfin le blizzard.
(code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valkandre A. Kahl Ylegosh

Parce que vous ne valez rien
Parce que vous ne valez rien



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Lun 13 Mai - 18:23



Comme d'accoutumée, mon interlocutrice réagit à mes marques de politesse et de mépris avec son éloquence habituels: elle gloussa.
Je dois bien admettre qu'à la longue, il est plutôt pesant de toujours avoir à faire avec une dinde sans la moindre répartie. A mon époque, les femmes avaient plus de classe. Je l'admets, je parle de femmes vampyres, mais les humaines ne devaient pas être bien loin derrière.

- Je ne suis pas délicieuse, comme vous dites. En fait, je ne pensais pas aller manger au Château. Je pensais vous emmener dans un restaurant que je connais et qui soit dans mes moyens. Vous avez sans doute remarqué que je ne roule pas sur l’or, alors vous vous en contenterez.

Je poussai un soupire de lassitude et la suivi hors de son appartement. Bien entendu, je ne pouvais pas faire autre chose qu’acquiescer. Leurs majestés royales m'avaient mis dans de beau draps et s'étaient bien moqués de moi, en confiant ma réadaptation à une pareille gueuse. De plus, j'appréhendais, plein d'angoisse, notre futur repas et ce à mesure que nous progressions dans la rue. Je devais malgré tout accepter l'inévitable: un restaurant qu'elle fréquentait, elle, une mortelle de son genre, ne saurait certainement pas cuisiner quoi que ce soit qui puisse sustenter une créature telle que moi. Les punchs sanguins à l'orange, le lemon-globine swann... Bref, tout le minimum vitae gastronomique; voilà tout ce à quoi je pu dire au-revoir au seuil de la pizzeria dans laquelle nous entrâmes.

Et je ne fus pas déçu. Ou plutôt si, mais comme je m'y attendais, je n'étais pas déçu puisque j'avais raison en pensant l'être. De ce fait, j'avais la joie d'être déçu comme je l'imaginais et mon égo surpassait à ce moment-là de sa taille toute idée de dépit. Cela échappa probablement à ma masculine compagne, puisqu'elle fut agréable durant tout le temps, extraordinairement long il faut le dire, de notre repas. Je remarquai à notre entrée que le patron (ou bien était-ce le serveur?) s'adressa à elle d'un façon des plus surprenantes:

- Qu’est-ce que je te sers aujourd’hui, Adam ? Comme d’habitude ?

Apparemment, tout le monde prenait la jeune femme pour un homme, illusion qu'elle prenait apparemment soin d'entretenir. Je ressentis une petite pointe d'agacement en songeant au prénom, banal au possible, qu'elle avait adopté officiellement. Elle était soit dotée d'assez d'ironie et de culture générale pour avoir choisi, étant femme, de porter le nom du premier mâle humain dans un religion terrienne appelée "christianisme" et ce en toute dérision, à moins qu'elle ne l'ait trouvé joli et ignore tout de la signification de son patronyme. C'était d'ailleurs cette dernière hypothèse qui me semblait la plus crédible.

- Oui, s’il te plait. Mets en deux, il en prendra une aussi.

- Pas de problème, à tout de suite,

Et l'encombrant mortel sang alla. Je reportai mes sublimes yeux sur celle qui, ironie du sort, occupait mes pensées depuis quelques heures. Il se trouvait que je devais d'ailleurs occuper aussi considérablement les siennes, étant puisqu'elle me fixait avec beaucoup d'attention. Je crus même déceler une certaine lueur de pitié dans ses grands yeux féminins (que les humains pouvaient être stupide, pour pouvoir la croire un seul instant homme). Le rouge me monta aux joues. Essaya. N'y parvint pas, puisque les vampyrs ne rougissent pas. N'en étant plus à ça près, je me sentis très bête: Je venais en effet d'avoir eu une réflexion quasi-humaine sur la nature du ridicule. Bien entendu, nous ne connaissons pas ce genre de choses, d'où la bêtise de cette pensée. Je peux bien entendu me targuer d'avoir un esprit ordonné et direct, plein d'intelligence, d'audace et d'imagination. Et beaucoup de modestie.
Soit, ceci était un hors-sujet.

C'est alors que me vint à l'esprit qu'on venait de parler de moi. Elle avait tout simplement commandé à ma place, sang même prendre la peine de me consulter. Comme d'hab', quoi.
Malgré l'affront sans précédent que cela représentait, ce ne fut pas ce qui me préoccupa le plus. Mon esprit, si agile à l'accoutumée, avait mis plusieurs dizaines de secondes avant de comprendre ce qu'il venait de se produire. L'image me fit penser à ces machines terriennes, celles que les nonsos nomment "ordinateurs" et qui ressemblent plus à des engins de tortures pour développer le muscle cérébrale de la patience qu'à un moyen de vous simplifier la vie.
Bref, j'étais en manque.
Non mais en manque de sang! Rien d'autre, hein! (Vous êtes priés de ne pas imaginer n'importe quoi sur mon compte, bande de dépravés!)
Lorsque je commençai à songer avec envie à ce mrrr que j'avais aperçu une demie-heure plus tôt, je compris qu'il était impératif que je me nourrisse au plus vite, d'autant plus que ma langue avait bien trop tendance à mon goût à se balader sur la surface de mes lèvres et ce au vu des autres clients de la pizzeria.

- Et, au fait, vous ne m’avez pas dit. Où étiez-vous avant de venir ici ?

- Rien qui vous intéresse, j'en ai sang. J'ai habité dans ma caverne de 300m², tout sang, durant plusieurs sang-taines d'années; mille, peut-être et ce sang compter les années bissextiles et les jours et mois de l'année entamée. Avant sang, j'étais très haut sang avec Demiderus, mais nous avons eu quelques frictions et nous sommes faits du mauvais sang. Sang. Excusez-moi, j'ai terriblement mal au sang, j'ai l'impression qu'elle va exploser. Puis-je vous absorber? Non, excusez-moi, je n'ai rien sang. Dit. Éloignez vous, je crains d'abandonner toute sang, civilité, si vous continuez à sang... Sentir... Pardon, à exhaler cet appétissant sang, fumet, sous mon sang. Nez. Jeune femme, pourquoi vous faire passer pour un sang? Homme? Tais-toi, Ethelian.

Je commençais à dire certaines choses, à ne plus contrôler exactement mes paroles. J'avais abominablement mal au crane et l'odeur des proies autour de moi était toujours plus forte. Un pas, un sortilège d'immobilité, une étreinte, et j'aurais été rassasié. Mais j'aurais alors agressé des êtres conscients, intelligents (quoique), ce qui allait à l'encontre de tous mes principes (oui, j'en ai quelques uns, en cherchant bien) qui, d'ailleurs, perdaient de plus en plus de terrain face à la bestialité qui palpitait dans mes veines.
Celle-ci reflua quelque peu, à ma grande surprise, mais pas de façon vraiment significative. J'en compris la cause lorsque je vis les quelques cadavres d'insectes et celui de la pouic qui avait eu le malheur de frôler ma botte. Mon don d'absorption se déclenchait de lui-même, tuant les formes de vies inférieures qui, dans leur infortune, passaient à trop étroite proximité.

Affolé, mes perceptions brouillées par la brume rougeâtre qui déformait ma vision dans des tourbillons de brume rougeâtre, j'incantais en tout dernier recours un transimtus:

"Sang et arme, parfum et charme, que par le transmitus j'y mette fin sans une larme"

Je fus alors auréolé d'une lumière pourpre qui me paraissait être émise par chaque cellule de mon corps. Je sentis la force du sortilège m'écarteler entre Ici et Ailleurs. Juste avant de disparaître, je trébuchai, le corps ébranlé par jeune Evangeline, qui s'était jetée sur moi dans un effort désespéré pour me retenir. Nous fûmes tous deux emportés dans le tourbillon de mon (formidable) pouvoir.

... Et apparûmes dans une cave, celle-là même où les Très Hauts Mages et moi avions coutume de nous retrouver (pour des réunions SM, Mouahahahaaaaa!). Sauf que les individus présents avaient l'air de tout sauf de des Très Hauts Mages, à moins que la robe grise et noire ne soit une nouvelle mode lancée par un des descendants de Demiderus.
Quoi qu'il en soit, ils n'étaient visiblement pas spécialement ravis de nous trouver ici et la jeune humaine et moi partagions le plus sincèrement possible leur avis sur la question. Moi-même parce que j'avais justement cherché à éviter la compagnie des mortels pour ne pas avoir la tentation d'en faire mon prochain repas, elle parce qu'elle semblait les connaître, de réputation tout du moins.
L'un d'entre eux, un maigrelet revêtu d'un masque d'un ridicule à vomir (ou à mourir de rire, c'est selon), s'avança vers nous, imitant grossièrement une posture menaçante qui l'aurait probablement été s'il n'avait pas été... Ainsi.

- Qui êtes-vous, minables, pour oser déranger les Tout-Puissants Sangraves?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sight Once

Darkness is Heaven
Darkness is Heaven



MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Lun 1 Juil - 16:02



Sight avait parlé de sa voix lente et rocailleuse. Il était tapi dans l’ombre que lui offrait l’informité de la pièce. Un tout nouveau Sangrave s’était avancé vers les intrus, il savait pourtant qu’il était sous ses ordres à lui et qu’il pouvait le punir pour tout non-respect des règles. Il s’approcha d’Altan, c’était le nom du jeunot, et posa sa main gantée sur son épaule. Et serra. Un crac se fit entendre. Et contrairement à ce que l’on aurait pu croire, Sight se craquait simplement les doigts sur l’épaule cuirassée de la recrue. Il lui jeta néanmoins un regard dédaigneux après lui avoir administré une fameuse droite dont il se souviendrait.

- Altan, veux-tu vraiment que le Maître se charge de toi ? Non, évidemment que non. Arrête.

Une fois que le blessé se fut reculé, Sight prit son temps pour regarder les deux inconnus. Un grand, blafard, les crocs qui étaient de sortie, un regard transperçant. L’autre, un jeune homme, sec et de petite taille. Le premier était très élégamment vêtu. Quant au plus jeune, on sentait qu’il n’avait pas le même niveau de vie que son compagnon. Il croisa le regard du plus vieux et ne vit qu’une aura fauve qui s’échappait de lui. Réfléchissons. Visage pâle, crocs, yeux rouges. C’était sans doute un lapin albinos. Un Vampyr se tenait devant eux, il avait faim et ils étaient tous humains. Il se souvint cependant que le sang humain était mauvais, trèèèèèès mauvais pour les Vampyrs. Hin hin, intéressant.
Non seulement ils avaient dérangé une réunion de la plus haute importance – qui allait en effet se charger de nettoyer les toilettes cette semaine-ci ? – mais le Vampyr ne semblait même pas effrayé. Peut-être une lueur de surprise, en plus de la faim. Les jeunes de nos jours… Plus rien ne les impressionnait.
Il s’avança vers le couple et sous son masque, sourit. Le jeune homme, lui, les avaient reconnus.

- Que faites-vous ici ? Savez-vous qui nous sommes ?
- Oui oui, même très bien. On va vous laisser, hein. Continuez ce que vous faisiez, on s’en va…, lui répondit le plus jeune, les cordes vocales tressautant par l’angoisse.
- Oh mais je ne suis pas d’accord, je pense qu’on va bien s’amuser avec vous !

Il recula, sûrement par crainte puis jeta un coup d’œil à son coéquipier. Ils hochèrent la tête dans un bel assentiment. Et le petit incanta un Transmitus.

_♣ _______________ ♣_
I Will Dream of You
Turn into winter lights. Keeping your strength when it gets dark at night.
What are you made of water and glass. Keep it in your sights   now. It’s keeping you up
TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evangeline Imaginearium

The purpose of life is a life of purpose ☿
The purpose of life is a life of purpose ☿



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Lun 1 Juil - 20:53



Par on ne sait quel miracle, Evangeline avait maitrisé son Transmitus. Ils s’étaient, certes, éclatés par contre le sol à leur arrivée mais ils étaient entiers. Léger bémol à son sortilège : elle ne pensait qu’à un endroit calme, avec des victimes animales, et n’avait donc visualisé de lieu précis. Alors ils étaient quelque part, c’était sûr, mais où ? Le mystère restait tout à fait entier. Elle était tombée sur Valkandre et manqua de peu de lui casser son poignet en se relevant, avec hâte. Elle épousseta sa tenue, ramassa son chapeau et posa son panama sur ses cheveux ébouriffés par la chute. Une fois sa petite toilette achevée, tel un chat, elle s’étira et se décida finalement à regarder où elle était. Une grande étendue verdoyante, des arbres çà et là, un petit ruisseau ici, des Mooouuus dont la première tête broutait paisiblement, l’autre les sens en alerte, des Braaaaaas mais aussi des Spatchounes dont le brouhaha résonnait jusqu’aux oreilles d’Evangeline, tout respirait le calme.

Tout, sauf notre cher Valkandre. Au moins, ici, aucun humain ne risquait quoique ce soit. A part elle. Et il n’oserait pas attaquer la garante de son adaptation au nouvel Autremonde. Les Spatchounes, au lieu de s’éloigner d’un potentiel prédateur, au contraire, se rapprochaient d’eux. Elles se contentaient de glousser, comme à leur habitude. Et ce n’était pas la jeune travestie qui allait leur intimer de prendre la fuite. Elle était bien contente d’éviter d’être le repas d’un vampyr excentrique comme Valkandre. De n’importe qui d’ailleurs. Elle en était persuadée, elle ne devait pas être très bonne, une fois passée à la casserole.

Préférant s’éloigner d’un sanglant spectacle, elle laissa Valkandre à ses petites péripéties vampyriques. Trouvant le nécéssaire à même le sol, elle entreprit de faire une petite fiole de parfum Nature. Elle écrasa quelques toyes, kalornas et tatchoums ainsi qu’une bonne cinquantaine de rous. Elle préleva un peu d’eau du ruisseau et le mélange obtenu lui parut satisfaisant. Sa dextérité, l’habitude et son enthousiasme lui permirent de réaliser cette savante alliance en une petite dizaine de minutes. Après l’avoir versée dans le flacon qu’elle emportait toujours, au cas où, elle s’installa au creux d’un Géant d’Acier qui étendit ses larges racines autour de la jeune femme. Des bruits de mâchoires et des gloussements très vite interrompus lui parvinrent mais elle n’y prêta guère attention. Prise d’une soudaine angoisse, elle se leva en hâte, ouvrit la petite bouteille et la huma avec concentration. Une fois, deux fois. Elle la secoua mais rien n’y fit. Elle jeta un regard affolé vers le Géant d’Acier. Des Astophèles trônaient fièrement au pied de l’immense arbre. Enfer et Damnation. Complètement paniquée, elle courut vers les bruits macabres qui se taisaient peu à peu.

- Valkandre ! Valkandre ! A l’aide ! Aidez-moi ! J’ai perdu mon….

Le mot "odorat" fut evincé par la surprise. Elle s’arrêta devant le spectacle étonnant qui se trouvait devant elle. Elle s’était préparée à tout. Sauf à ça.

_♣ _______________ ♣_
Echoes of History
Mais faut pas que tu désespères, perds pas espoir. Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire. Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand, qui sauve la vie, qui trompe la mort, qui déglingue enfin le blizzard.
(code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valkandre A. Kahl Ylegosh

Parce que vous ne valez rien
Parce que vous ne valez rien



Par Le Revelus :
Accréditation:
Moi et les autres Autremondiens:

MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    Mar 2 Juil - 12:43


Après une rencontre brève et assez peu enrichissante avec la secte sadique&cruelle du moment et son Haut Gradé, le dénommé beau gosse anonyme, Evangeline et moi avions conclus d'un commun accord que nous dérangions. La chère enfant avait alors fait quelque chose qui ressemblait plus ou moins à de la magie, nous propulsant en quelques fractions de seconde au Paradis Terrestre.

Lorsque les quelques étincelles de son... Hem... Pouvoir se dissipèrent, nous nous retrouvâmes devant un océan de verdure, parsemé çà et là de quelques arbres touffus et d'une faune ô combien alléchante: des Spatchounes. Attendant impatiemment que l'autre daigne cesser de gratifier ma personne de son maigre céans, chose qu'elle fit après s'être copieusement appuyée sur mon poignet gauche, je me surpris par l'émission d'une pensée bestiale aux projets homicidaires. Vite, gueuse. Dégage de là.  

A peine se fut-elle levée que je bondis et, rapide comme l'éclair, fondis sur un des gallinacées, tandis qu'Evangeline s'éloignait en titubant. Tant pis pour le pouvoir élégant et peu salissant; je plantai mes crocs dans le long cou de la créature d'où le sang jaillit sous la forme d'abondants flots rubis. En quelques secondes, la bête fut vidée de son sang. Les autres Spatchounes, qui s'étaient approchés avec curiosité, s'écroulèrent bientôt, exsangues et sans vie. Encore affamé, j'entrepris de déployer mes perceptions, recherchant avidement d'autres proies à proximité. Je pris ainsi place sur l'herbe touffue de la prairie, au milieu des fleurs champêtres et des cadavres démembrés de mes victimes.  Alors que je m’allongeais, je fis usage de mon don de fascination, que je projetai de manière circulaire avec la force acquise par mes quelques millénaires d'existence. Sous peu, toutes sortes d'animaux se regroupèrent autour de moi en plusieurs files indiennes, chacun attendant patiemment son tour pour avoir enfin le droit de finir inanimé sur le sol doux et soyeux. Mon corps brillait d'une sourde lumière pourpre alors que je vidais tous ces êtres vivants de leurs forces vitales.

- Valkandre ! Valkandre ! A l’aide ! Aidez-moi ! J’ai perdu mon….

Et fichtre, j'avais oublié son existence, à celle-là. Devant moi, à quelques mètres des restes de mon copieux repas, Evangeline se tenait, rivalisant de blancheur avec ma personne. Les derniers toyes encore vivants s'écroulèrent à mes pieds, indéniablement morts, alors que mon halo rougeâtre se dissipait.

- Hem. Excusez-moi, je sais que ça fait un peu désordre. Je finis et je range tout. Promis. Comprenez-moi, c'est l’instinct! Je suis un chasseur et, comme tout bon chasseur, j'ai besoin de... manger. Enfin vous voyez, quoi. Je suis vraiment navré de vous infliger un tel spectacle.

Elle restait là, bouche bée, paralysée de stupeur et d'effroi, les mains crispées comme des branches mortes. Sa mâchoire semblait tendue à l'extrême, presque sur le point de se briser. Je passai ma main dans mes cheveux. Du moins, ce qu'il en restait. Il semblait que la maîtrise que ma compagne avait sur la magie était plus qu'approximative, tant et si bien qu'un simple Transmitus pouvait, avec elle, se changer en véritable guillotine. Je remerciai soudain le ciel de tout cœur, heureux d'être en vie, même si ma chevelure de rêve en avait pris un bon coup. Je m'inquiétai alors de son propre état car, chamboulée comme elle avait dû l'être par les deux téléportation successives et par la nature chaotique de la dernière, de même que par la scène... Gore à laquelle elle venait d'assister, il était fort probable que son organisme, plus faible que le mien, ait quelques difficultés à faire la part des choses.

- Evangeline, vous allez bien? Vous êtes plus blafardes que moi-même au sortir de ma grotte!

Et soudain, elle s'écroula.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -    

Revenir en haut Aller en bas
 

For Today, I'm a Boy ♪ Evangeline & Valkandre -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» What 's the date today ?
» Evangeline AK McDowell
» ~ Evangeline ~
» Yuliya Evangeline Ivanov - une taupe au visage d'ange
» Pour un cheval de trop (Pv : Evangeline Wiraa)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AutreMonde :: AutreMonde :: Le Lancovit-